mediacongo.net - Actualités - Etudiants de l’ISTA/Ndolo et passants dispersés lundi à coups de gaz lacrymogènes de la police 
Retour Société

Etudiants de l’ISTA/Ndolo et passants dispersés lundi à coups de gaz lacrymogènes de la police

Etudiants de l’ISTA/Ndolo et passants dispersés lundi à coups de gaz lacrymogènes de la police 2017-11-14
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/11-novembre/13-19/ista_policiers_manifestation_17_0001.jpg Kinshasa-

Des affrontements entre les forces de la police nationale et étudiants ont eu lieu le lundi 13 novembre 2017 aux alentours de l’Institut supérieur des techniques appliquées (ISTA) à Kinshasa. Échauffourées qui ont provoqué une perturbation de la circulation, tous les magasins, pharmacies, banques, agences de transfert, etc. situés au niveau du parking terminus Bonmarché ont fermé en catastrophe pour éviter des « dégâts collatéraux ».

« Il s’agit d’un problème de taux de change. Le précédent taux appliqué était de 9 670 FC pour 10 USD. Les étudiants ont appris que le gouvernement souhaite faire appliquer le taux budgétaire (1452 FC) pour les frais académiques. La police est intervenue et il y a des échauffourées », a dit un enseignant de l’ISTA qui a requis l’anonymat.

Un membre de la coordination estudiantine a pour sa part expliqué que cette situation est consécutive à l’incommunication qui bat son plein dans cette institution universitaire. Pour lui, cette situation serait évitable si tous les acteurs concernés par cette question étaient associés à une quelconque décision à prendre sur la marche de l’ISTA. «Compte tenue de la situation socio-économique du pays, toute décision à prendre, en ce qui concerne les frais connexes, devrait impérativement être négociée au sein d’un comité de partenaires qui comprend les administratifs, les académiques, les étudiants, les scientifiques et l’ensemble de la communauté universitaire», a déclaré cet étudiant sous le sceau de l’anonymat toujours.

Quartier commercial réputé dynamique et attractif, Bonmarché a reflété un visage maussade tout l’avant-midi de ce lundi, voire au-delà de 15 heures, à cause d’un déploiement inhabituel des policiers.

Face à la confusion qui a régné aux abords des avenue du Flambeau et Kabinda, la population n’a pas eu le temps de comprendre ce qui se passait, cherchant plutôt à vider les lieux pour se sécuriser. Des gaz lacrymogènes tirés d’on ne sait où ont mis tout le monde, policiers et passants, dans une position de recherche de solution pour atténuer suffocation à la gorge et picotement dans les yeux.

Notons que cette situation similaire a été vécue en 2016 sous le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Théophile Mbemba a invité, jeudi 10 novembre, les chefs d’établissements publics à fixer les frais académiques selon le taux officiel.


MCN Team / mediacongo.net
1290 suivent la conversation
5 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
VERITE' - 14.11.2017 10:16

ICREDUKE Jckmzlo, peut etre chez les Kimbagistes OU vous appellez votre leader " Mon freateur" ou encore " mon dieu ". En Afrique du Sud les etudiants revendique pour le " free education for all " et ils le font librement, les quelles parmis les deux sont fantaisistes ???? Bande d'incredules.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jckmzlo - 14.11.2017 10:08

Le TAUX de change doit être uniforme de par la république. Aucune institution estudiantine ne doit être privilégiée. Les Etudiants de l'ISTA Kinshasa-Ndolo se considèrent comme les enfants de parents pauvres au détriment de ceux de l'ISTA Goma, qui eux paient les frais au taux officiel. Les revendications doivent être fondées et non fantaisistes.

Non 2
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Sylvain membre de la famille Katintima - 14.11.2017 09:29

Le plan premier de Kabira en RDC c'est d'assassiner le système éducatif congolais. Kabira pense qu'_il un petit dieu mais toute chose a une fin. Il dirige la RDC sans avoir étudié et n'a pas honte d'utiliser les prof congolais contre leurs propres enfants. Et kabira reste entrain de rire de congolais. Pitié aux congolais vraiment.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 14.11.2017 09:11

Ils vont diriger le pays de cette maniere jusque quand ??? Hommes sans intelligeance. Le Zimbabwe a compris. L'armee a prevenue Mugabe que s'il continu avec ses betises, l'armee va intervenir. La dictature a toujours une fin, vouloir ou pas. Les traitres comme les Tshibala, Mende, Olenga Nkoy, Atundu, Tambwe Mwamba, Nanga etc... payeront trop cher, pas en enfer mais ici bas. TOUT SE PAYE ICI BAS DIT ON. Vous allez experimenter cela.

Non 2
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mawangu Sitra - 14.11.2017 08:49

C'est ça le gouvernement de satan. Un gouvernement de désordre, d'injustice, d'exploitation et de sang... Personne n'a le droit de faire une quelconque revendication, quelque juste soit-elle. C'est la "Démon-Crature" de JKK et NANGA, le grand traître.

Non 2
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR