mediacongo.net - Actualités - Stabilité du cadre macroéconomique : la BCC promet la consolidation des acquis de 2017  

Retour Economie

Stabilité du cadre macroéconomique : la BCC promet la consolidation des acquis de 2017  

Stabilité du cadre macroéconomique : la BCC promet la consolidation des acquis de 2017   2018-03-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/03-mars/12-18/bcc-cpm-reunion-20161212-mediacongo-net.jpg -

Une réunion du Comité de Politique Monétaire sous la présidence du Gouverneur de la BCC, Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, le 12 décembre, 2016. (© Zoom Eco)

Compte tenu des résultats économiques obtenus en 2017, la République démocratique du Congo (RDC) compte poursuivre sur la même lancée. C’est ce qu’a indiqué le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC) et président du Comité de politique monétaire (CPM), Deogratias Mutombo Mwana Nyembo. C’était au cours d’un point de presse tenu le vendredi 9 mars à l’issue de la deuxième réunion du CPM (2018).

Après un état des lieux de l’économie nationale à fin décembre 2017, Deogratias Mutombo a annoncé l’intention de la RDC de consolider les acquis de 2017 afin d’aboutir à des résultats meilleurs en 2018.

« L’économie congolaise se porte de mieux en mieux. La stabilité du cadre macroéconomique se consolide davantage, même si au stade actuel, les résultats enregistrés restent encore en deçà des attentes. Nous croyons fermement que l’année 2018 enregistrera des performances, des indicateurs économiques beaucoup plus satisfaisants », a-t-il rassuré.

Déjà, s’est félicité le gouverneur de la BCC, les statistiques disponibles annoncent une bonne nouvelle pour 2017, même si cet exercice s’est déjà clôturé. Allusion faite au taux de croissance économique de 2017. « Le taux de croissance économique confirmé après la prise en compte de réalisations de production à fin décembre est passé à 3,7 % contre 2,4 % en 2016. Il a ainsi atteint un même niveau que la croissance mondiale, tout en étant bien au dessus de la croissance moyenne de l’Afrique subsaharienne », a annoncé Deogratias Mutombo.

Ce qui constitue une bonne base pour impulser la croissance en 2018, étant donné que l’évolution de l’activité économique se réalise en continuité et avec l’élan qui avait été pris depuis le second semestre de 2017, à la suite de mesures de la stabilisation et de relance de l’économie. Et cela traduit la réalisation des résultats enregistrés sur les deux premiers mois de l’année 2018.

Sur le plan de la stabilité, la RDC a enregistré le taux d’inflation, en cumul annuel, de 3,5%.

Pour ce qui est de la dépréciation monétaire, en moyenne à fin février 2018, le franc congolais ne s’est déprécié que de 1,3 % alors qu’à fin février 2017, la dépréciation était de 7,6 %. Les réserves de change, elles, ont également connu une augmentation. Elles se situent donc aujourd’hui à 974 millions USD, représentant déjà un mois d’importations. Ce qui constitue un motif de joie pour l’Institut d’émission. « Nous sommes déjà en train d’abandonner les trois semaines d’importations et nous sommes légèrement au-delà de quatre semaines », s’est réjoui le président du CPM.

L’opinion se souviendra qu’à un moment donné, le matelas de devises a atteint 2,9 semaines d’importations. Et avec les quatre semaines déjà franchi, la BCC évoque déjà un mois d’importations. Ainsi donc, l’institut d’émission tend vers la barre psychologique d’un milliard de dollars comme réserves de change. Il ne reste que 26 millions USD pour atteindre ce chiffre.

En ce qui concerne les finances publiques, l’on fait état d’un équilibre qui se consolide également.

A fin février, indique un communiqué de la BCC, le budget de l’Etat a dégagé un excédent confortable de 158 milliards de francs congolais contre 9 milliards seulement à la période correspondante de 2017.

Pour Deogratias Mutombo, cet effort d’ajustement budgétaire est la réponse à la recommandation faite par le chef de l’Etat depuis juillet 2017, laquelle recommandation proscrit le déficit budgétaire. Et depuis, l’Etat ne peut vivre au-delà de ses propres moyens.

Ce qui convainc le gouverneur de la BCC à adresser un message aux agents économiques. « Les agents économiques devaient savoir que le déficit public est interdit. Et donc, il n’y a aucune raison de s’inquiéter à cause de l’instabilité pour le lendemain, instabilité due au déficit, étant donné que c’est le déficit des finances publiques qui se trouve être le principal déclencheur sûr de l’instabilité sur le plan macroéconomique. Et la politique monétaire reste encore restrictive, avec le maintien de coefficient de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme », a déclaré le gouverneur de la Banque centrale du Congo.


MCN TEAM / mediacongo.net
744 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement
AUTOUR DU SUJET

Détournement des fonds publics à la BCC : à quand l'ouverture d'une enquête par le PGR ?

Economie ..,

La BCC vulgarise la loi relative au crédit-bail

Economie ..,

La BCC ramène son taux directeur de 20% à 14%

Economie ..,

La simplification de la fiche d’importations constitue l’une des réformes phares (BCC)

Economie ..,