Etat de la Nation: un discours de (re)mise au point du Président Kabila ?

Mediacongo - dossier
cache/etat-nation-kabila-devant-congres_640_350_1.jpg
2017-10-17

Retour à la home Dossier

Etat de la Nation: un discours de (re)mise au point du Président Kabila ?

Etat de la Nation: un discours de (re)mise au point du Président Kabila ?

Le président de la République, Joseph Kabila, s’est exprimé ce mardi 15 novembre devant le Parlement, réuni en congrès à Kinshasa dans un discours retraçant son bilan des quinze années au pouvoir mais il a aussi fait le point sur les évènements récents qui se sont déroulées en RDC ainsi que les présentes préoccupations profondes de la nation congolaise.

Le Bilan

« Quinze ans durant, les Congolaises et Congolais m’ont accordé leur confiance et assuré de leur soutien indéfectible. Ce qui m’a permis, ensemble avec toutes les Institutions du pays, de remettre celui-ci sur orbite, dans le concert des Nations », a-t-il débuté en retraçant ainsi son parcours à la tête du pays.

« De 2001 à ce jour, du chemin a été parcouru vers la réalisation de ces objectifs. Un long chemin, semé de beaucoup d’embuches, mais aussi jalonné de plusieurs réalisations dont nous sommes en droit d’être fiers », a-t-il déclaré pour évoquer la stabilité politique et le retour à la paix, les premières élections démocratiques, la décentralisation, des réformes structurelles.

Par la suite, le président a abordé la question de l’économie, où « le cercle vicieux de l’hyperinflation et de la dépréciation de la monnaie nationale a été brisée, le taux d’inflation ramené à moins de 1% en 2015 et la dette extérieure effacée à plus de 90%, tandis que l’investissement direct privé a connu un bond appréciable, grâce à une politique économique rigoureuse et aux réformes structurelles engagées depuis 2001 ».
Avec comme « Conséquence logique, le pays a renoué avec la croissance économique qui, avant la présente crise économique internationale, née de la chute brutale des cours des matières premières d’exportation, avait frôlé les deux chiffres et qui, en dépit de cette crise, n’en reste pas moins au-dessus de la moyenne africaine. »

En outre, en termes de perspectives d'avenir, « c’est de faire du Congolais, le premier investisseur dans son pays, et de la demande intérieure, le moteur de notre économie. » notamment par la mise en place d'« un plan stratégique national de développement [...], afin de matérialiser notre rêve commun d’un Congo émergent à l’horizon 2030 et développé à celui 2050.»
Sur le plan sécuritaire le bilan des reformes qu'il a entrepris ont permis, de réduire les « zones de non-droit, jadis occupés par divers groupes armés », a-t-il affirmé.

Dans son discours, le président de la République n'a pas omis de faire le bilan sur la situation sociale des Congolais puisque, selon le chef de l'Etat, depuis les années 90 et au regard « des stigmates des pillages de 1991 et 1993 et la perte constante du pouvoir d’achat de la population se faisaient terriblement sentir, comme en témoignent un taux de chômage de 84%, un taux de scolarisation inférieur à 2% et un taux moyen d’indice de la pauvreté de 80% », On ne peut qu'affirme et constate que : « des efforts ont été engagés pour améliorer la rémunération du personnel civil et militaire » bien que « la finalité de la croissance économique recherchée demeurant, par ailleurs, la création continue d’emplois dans tous les secteurs de la vie économique et la promotion de la classe moyenne, tant en milieux urbains que ruraux.»

Le président reconnait que le travail dans ce domaine n'est pas encore terminé puisqu'il assigne au futur Gouvernement la mission, « tout aussi prioritaire [entendu en dehors des élections], d’œuvrer à l’amélioration du social de notre population.»

« Je tiens à dire à notre jeunesse que les stratégies de leur réinsertion socio-économique sont en cours », a-t-il lancé comme message d'espoir à la jeunesse congolaise désœuvrée et sans-emplois.

L’actualité en RDC

Abordant les faits de l’actualité en RDC, le président Kabila avait commencé son discours par demande au Congres et à l'assistance présente une minute de silence pour « les victimes de la barbarie des forces terroristes et criminelles à Beni, dans le Kasaï Central et Oriental ainsi qu’à Kinshasa » avant de condamner « fermement » les événements malheureux survenus les 19 et 20 septembre derniers.

Le chef de l'État a rappelé que « la stabilité politique doit être considérée comme un patrimoine commun » qui doit être « consolidé par [...] l’organisation régulière des élections démocratiques et apaisées à tous les niveaux. » en vue de « garantir la moralisation de la vie politique et assure le renouvellement continu de la classe politique. »

Sur le contexte de report de la présidentielle (qui était prévue initialement le mois prochain) et la mise en place de l'initiative du Dialogue nationale, en vue de régler cette question, le président Joseph Kabila a tout d’abord tenu à dénoncer l’ingérence extérieure, le qualifiant d'« instrumentalisation malveillante des certaines officines étrangères nostalgiques d’un temps pourtant bien révolu », avant de fustigé de manière rudes les opposants et de lancer une mise en garde très ferme envers ceux qui voudrait déstabiliser les institutions en place: « Soucieux de Mes responsabilités de garant du bon fonctionnement des Institutions, Je ne peux permettre que la République soit prise en otage par une frange de sa classe politique, et exposée au risque d’instabilité, avec pour conséquence de retarder d’avantage l’organisation des élections. »

Dialogue

Revenant à un ton plus conciliant, le président de la République, a fait un appel pour que « nous conjurions, de manière définitive et irréversible, les vieux démons tendant à emprunter des raccourcis pour s’emparer du pouvoir d’Etat par la force » et de poursuivre en expliquant que: « C’est ici le lieu d’affirmer que l’alternative que, de l’intérieur comme de l’extérieur, certains opposent à cette option de bon sens, est tout simplement inacceptable, car elle aurait pour effet de replonger notre cher et beau pays dans le chaos, comme c’est aujourd’hui le cas de certains pays frères à travers le monde. »

Et de laisser, une fois de plus, la porte ouverte pour l'adhésion de tous les acteurs politiques et sociales aux recommandations du Dialogue national, qui constitue, selon le chef de l’Etat, « la seule feuille de route mise au point par les Congolais eux-mêmes, représentants aussi bien l’Opposition Politique, la Société Civile que la Majorité » et qui fixe « des perspectives, réalistes et responsables, tant pour l’organisation des élections, que pour la stabilité des Institutions pendant la période pré-électorale, électorale et post-électorale.»

En ce sens, le souhait le plus cher au Président est que: « conformément à l’article 24 de l’Accord politique, ceux qui, pour une raison ou pour une autre, n’ont pas participé à sa conclusion, puisse y adhérer en le signant. » Et pour insister sur sa mise en place, Joseph Kabila a affirmé qu'il allait donc « designer incessamment, le Premier Ministre qui aura la charge de former le Gouvernement d’union nationale dont la mission principale sera de conduire le peuple aux élections, tout en préservant les acquis économiques et sociaux des quinze dernières années.»

Saluant au passage Matata Ponyo et son gouvernement sortant qui, « avec dévouement, ont abattu un travail remarquable durant quatre ans » ainsi que le travail du Facilitateur Edem Kodjo qui a permis la mise ne place de cette feuille de route qui démontre une fois de plus au monde entier que : « placés dans des conditions de libre exercice de leur droit à l’autodétermination, ils [les Congolais] sont capables de régler en toute responsabilité leurs divergences.»

Quid de son avenir politique ?

Enfin, se prononçant solennellement sur son sort politique, le Président Kabila a été clair en déclarant: « Quant à tous ceux qui semblent se préoccuper à longueur des journées de mon avenir politique, je tiens à dire, tout en les en remerciant, que, la République Démocratique du Congo est une démocratie constitutionnelle et que toutes les questions pertinentes relatives au sort des Institutions et de leurs animateurs sont réglées de manière satisfaisante par la Constitution. ». Renchérissant même en disant que « N’ayant jamais été violée, la Constitution sera toujours respectée, et ce, dans toutes ses dispositions. ». En bref, il la respectera à la lettre... comme il a toujours fait.

Si pour certains, Joseph Kabila a recadré les choses, et notamment la question relative à son avenir. Pour d’autres, par contre, le chef de l’Etat a, une fois de plus, raté l’occasion d'informer.

 

MCN Team / Mediacongo.net

Articles liés à ce sujet
Infos congo - Actualités Congo - -Etat de la Nation: après l'Opposition, la Majorité réagit à son tour sur le discours du chef...

Etat de la Nation: après l'Opposition, la Majorité réagit à son tour sur le discours du chef...

Politique 17.11.2016,
Infos congo - Actualités Congo - Kinshasa-Joseph Kabila devant les élus du peuple réunis en Congrès : un discours d’anthologie

Joseph Kabila devant les élus du peuple réunis en Congrès : un discours d’anthologie

Politique 17.11.2016, Kinshasa
Infos congo - Actualités Congo - Kinshasa-En échos à cette parole donnée du Rais, le Rassemblement prend acte de l’engagement...

En échos à cette parole donnée du Rais, le Rassemblement prend acte de l’engagement...

Politique 16.11.2016, Kinshasa
Infos congo - Actualités Congo - Kinshasa-RDC : la classe politique réagit au discours de Joseph Kabila sur l’état de la Nation

RDC : la classe politique réagit au discours de Joseph Kabila sur l’état de la Nation

Politique 16.11.2016, Kinshasa
Infos congo - Actualités Congo - Kinshasa-Devant le Congrès, Joseph Kabila reste vague sur son avenir politique

Devant le Congrès, Joseph Kabila reste vague sur son avenir politique

Politique 16.11.2016, Kinshasa
Infos congo - Actualités Congo - Kinshasa-RDC: un discours à la nation combatif pour Joseph Kabila

RDC: un discours à la nation combatif pour Joseph Kabila

Politique 16.11.2016, Kinshasa
Infos congo - Actualités Congo - Kinshasa-L'accord politique "seule feuille de route" de résolution de la crise, selon Kabila

L'accord politique "seule feuille de route" de résolution de la crise, selon Kabila

Politique 16.11.2016, Kinshasa
Infos congo - Actualités Congo - Kinshasa-Olenghankoy : "A la place d'un bilan sérieux, Kabila a fait une déclaration de guerre"

Olenghankoy : "A la place d'un bilan sérieux, Kabila a fait une déclaration de guerre"

Politique 16.11.2016, Kinshasa
Infos congo - Actualités Congo - -Devant le Parlement réunis en Congrès, Kabila parle mais ne répond pas

Devant le Parlement réunis en Congrès, Kabila parle mais ne répond pas

Politique 16.11.2016,
Infos congo - Actualités Congo - Kinshasa-Etat de la Nation: le président Kabila fait son bilan et règle ses comptes avec le...

Etat de la Nation: le président Kabila fait son bilan et règle ses comptes avec le...

Politique 15.11.2016, Kinshasa
Infos congo - Actualités Congo - Kinshasa-Etat de la Nation: une communication mi-figue mi-raisin du président Kabila, selon la Société...

Etat de la Nation: une communication mi-figue mi-raisin du président Kabila, selon la Société...

Politique 15.11.2016, Kinshasa
Infos congo - Actualités Congo - -Devant le Congrès, Joseph Kabila préconise la sauvegarde des institutions, de la démocratie et...

Devant le Congrès, Joseph Kabila préconise la sauvegarde des institutions, de la démocratie et...

Politique 15.11.2016,
9776 suivent la conversation
4 commentaire(s)
Nsaki-Madeso Musaka Potopoto - 04.01.2017 08:47

Quid de son avenir ? C'est rentrer chez lui avec toute sa marmaille qu'il nous a amenée pour piller et détruire notre pays : Ruguiza, Azarias, Nyarugabo, Mitakuira, Kamerhe et que sais-je encore qui gouvernent l'Armée, la Police, l'ANR et les Régies financières !

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mpondianga - 21.11.2016 12:02

Le discours de Kabila c'est un rendez-vous une fois encore raté sur la personne du président avec le peuple. Nous ne dirons pas assez sur les souffrances atroces que subit le congolais depuis la nuit de temps. L'heure est venu où ceux qui nous ont gardé sous ce joug lachent et Kabila et les rwandais ne nous barreront pas la route que toute l'Afrique se mobilise(Rwanda,Afrique du sud,Zimbabwe,Ouganda,Burundi,Angola,Tanzanie etc...)Kabila n'a rien dit. Vive le 20/12/2016 !!!!

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
avatar
Anonyme - 16.11.2016 16:43

C'est vraiment un discours Bilan. Ceux qui cherchent le bilan de cet homme ont été bien servis. Quel Bilan pour Etienne STHISEKEDI qui n'a jamais réussi même l'idéologie de son parti 'DEMOCRATIE", ni dans son partie, moins encore dans le pays parce qu'il n'avais pas réussi à faire organiser les élections par son ami Mobutu. Aussi, c'est ridule pour ceux qui disent qu'il n'a jamais géré; pourquoi, c'est peut être l'incapacité, mais il gère quand même son parti politique: quel Bilan. Chers compatriotes, référez-vous à l'histoire des politiciens avant de voter pour eux.

Non 3
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Tshom - 16.11.2016 14:34

Je suis fier de notre président, mais quitter le pouvoir selon qu'ils se convenu au dialogue serai une réussite pour tout les congolais donc wumela mais sala pe okende po to tala pe ndenge mboka eko konzama na ba konzi oyo ba lobaka fort.

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?