Kinshasa, vendredi 1 août 2014
    Accueil | Newsletter | Archives | Contact |  
 ACTUALITÉS
  Politique
  Economie
  Régions
  Femme
  Santé
  Culture
  Science & env.
  Religion
  Musique
  Société
  Insolite
  Sport
  Diaspora
  Revue de presse
  
 OPPORTUNITÉS
  Offres d'emploi
  Appels d'offres
  Petites annonces
  Annuaire Diaspora
  
 PUBLIREPORTAGES
  Echos des Entrep.
  Stratégies
  Initiatives
  Talents
  Ouvrages
  Interviews
  Chroniques & Analyses
  
 HORECA
  Hôtels
  Restaurants - Bar
  Cafés - Salons Thé
  Salles (fêtes,...)
  
 CULTURE
  Histoire
  Géographie
  Paroles des Sages
  
 ETUDES
  Au Congo
  A l'étranger
  
 




 
  Histoire  
   
 
LE RENOUVEAU DU XIXe SIECLE
 
- Les zandés et les mangbetus -
 
    < Précédent Suivant >    
         
Les Zandés constituent une aristocratie guerrière établie primitivement dans les actuels Soudan et RCA(République Centrafricaine) et qui arriva au Congo au XVIII siècle.

Dans le courant du XIX siècle, des chefs Zandé (Abandya à l'ouest et Avungara à l'Est) formèrent plusieurs principautés strictement hiérarchisées et répandirent sur une grande échelle la langue et les coutumes Zandé parmi les peuples autochtones soumis. De telle sorte que le groupe linguistique Zandé sera au XXe siècle l'une des ethnies les plus nombreuses de l'Afrique centrale, évaluée à près d'un million dont (en 1960) 525 000 au Congo, 295 000 au Soudan, 50 000 en RCA.

Contrairement aux hégémonies Luba-Lunda, nettement sur leur déclin à la fin du XIXe siècle, les Zandé connaissent leur apogée à l'époque de la conquête coloniale. À partir de 1860, la puissance des chefferies Zandé s'accroît formidablement grâce aux commerçants de Khartoum qui achètent des esclaves contre des fusils. Les chefs Zandé, désormais appelés sultans, reconnaissent en 1879 la souveraineté de l'Egypte.

Mais en 1884, l'avancé mahdiste contraint le représentant du gouvernement égyptien à capituler mettant ainsi fin aux relations avec les Zandé. Jusqu'en 1890, les sultans Zandé n'auront plus de rapports avec les marchands de Khartoum mais utiliseront les armes reçues les années précédentes à augmenter les dimensions de leurs principautés.

Les Belges, arrivés en 1890 par le Sud, mettront vingt-deux années pour "pacifier" complètement la région de l'Uélé et n'y parviendront qu'en démembrant systématiquement les grandes chefferies entre 1896 et 1912.

Les Mangbetu
Nabiemibali est le fondateur du royaume Mangbetu. Il règne de 1815 à 1860 environ et étend son autorité sur les deux rives de la Bomokandi au nord d'Isiro (ex-Paulis) jusque sur l'Uélé en aval de Niangara. En 1967 Munza, un de ses petits-fils, accède au pouvoir et reçoit en 1869 la visite de l'explorateur allemand Schweinfurth accompagnant une caravane de traitants nubiens venus de Khartoum.

En 1881, le royaume Mangbetu est déjà très affaibli par des querelles de palais, mais le faste de la cour d'Azanga, un frère de Munza, impressionne encore fortement l'Italien Casati et le Russe Junker venus explorer les bassins de l'Uelé et du Mbomu (les deux principaux affluents de l'Oubangui)
En 1890, le pays Mangbetu, qui a coupé toute relation avec le Nord depuis 1884-1885, voit arriver d'autres Arabes acheteurs d'esclaves venus cette fois du Sud, à partir de la région de Stanleyville. Il sera facilement conquis par les Belges après la défaite des Arabes en 1895

     
    < Précédent
Page(s) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 
Suivant >    
 
 
 
 
 
 
 
 
     
Rechercher  
   
Offres d'emploi
         
    Agent de développement local
     
    Toutes les offres
Grands débats
         
    ÉLECTIONS 2016 : DOIT-ON REVOIR LA CONSTITUTION ?
     
  Tous les débats
     
Appels d'offres
     
  Travaux de réhabilitation et aménagement bureau coordination programme village assaini DNH (D9) à l'HGR K ex. Mama Yemo
   
  Tous les appels d'offres
 
Visitez l'Espace Promo
         
    Découvrez les produits, les services,les sociétés,.. dans notre "Espace Promo"
 

:::: mediacongo.net 2014::: - conditions d'utilisation