Kinshasa, lundi 28 juillet 2014
    Accueil | Newsletter | Archives | Contact |  
 ACTUALITÉS
  Politique
  Economie
  Régions
  Femme
  Santé
  Culture
  Science & env.
  Religion
  Musique
  Société
  Insolite
  Sport
  Diaspora
  Revue de presse
  
 OPPORTUNITÉS
  Offres d'emploi
  Appels d'offres
  Petites annonces
  Annuaire Diaspora
  
 PUBLIREPORTAGES
  Echos des Entrep.
  Stratégies
  Initiatives
  Talents
  Ouvrages
  Interviews
  Chroniques & Analyses
  
 HORECA
  Hôtels
  Restaurants - Bar
  Cafés - Salons Thé
  Salles (fêtes,...)
  
 CULTURE
  Histoire
  Géographie
  Paroles des Sages
  
 ETUDES
  Au Congo
  A l'étranger
  
 




 
 
[ Imprimer cet article ] | [ Envoyer à un(e) amie(e) ]
 
 
Toutes les offres immobilières sur IMCONGO.com [ Masquer / Afficher la pub ]
Venues en RDC pour les travaux des cinq chantiers, des entreprises chinoises se lancent dans l’exploitation artisanale de bois !


La RDC, pays à la dimension d’un sous continent au cœur de l’Afrique, avec ses 900 essences de bois, 49% des forêts tropicales africaines, 60% de forêts du bassin du Congo, est devenue aujourd’hui un véritable « Eldorado » pour les exploitations forestiers de tous bords.

Après les Occidentaux qui ont toujours œuvré dans l’exploitation forestière industrielle conformément à la législature en la matière, des Chinois sont actuellement en train d’envahir toutes les régions forestières du pays pour l’exploitation artisanale du bois, qui selon l’arrêté 035/Cab/ECN–EF/2006 et à l’instar du petit commerce, est une activité réservée aux nationaux.

C’est pourquoi, les membres de l’Association Congolaise des exploitations forestiers artisanaux (ACEFA) dénoncent la présence des ressortissants chinois dans plusieurs les forêts de Bandundu, notamment aux environs de Mashambio, dans le groupement de Twa où ils profitent de l’extrême pauvreté de la population pour faire transporter 200m3 de bois Wenge à 200 dollars ! D’autres négocient à 2000 dollars américains six tiges sur pied, abattent et chargent les bois pour les faire transformer à Kinshasa et exporter vers la chine.

Dans la province de Bandundu, des Chinois venus pour les travaux de cinq chantiers sont devenus maitres en exploitation artisanale de bois, foulant ainsi au pied la législation en la matière.

A Gambomi, sur la rivière KasAï, non loin de Mushi, un ressortissant chinois y a installé un siège d’exploitation de vois sous la couverture de l’héritier de la concession, un certain Merlin Malonga, au nom de qui tous les documents sont délivrés. Pourtant, les travaux s’effectuent à Domu.

Même constant à Mbutiele dans le groupement Baboma sud, dans le secteur Bateke sud, territoire de Kwamouth, où un autre Chinois bossu a installé son quartier général pour exploiter uniquement le bois Wenge.

Des informations en provenance de cette partie de la province de Bandundu signalent aussi la présence des Chinois à Mangayi dans l’exploitation artisanale du bois au mépris même de législation.

Dans la province de l’Equateur, la plus grande de nos provinces forestières, la situation est préoccupante. A Lukolela, un sujet chinois répondant au nom de Tang Chou Ping projette de prendre toute la bande forestière de Lukolela et de percer jusqu’à Bandundu pour l’exploitation artisanale de bois. Ce chinois est déjà en pleine exploitation artisanale. Yang Chou Ping a installé aussi à Bolomba une scierie mobile et exploite les bois vers Wenzisekri, indique une source basée dans la région.

Une autre société écran dénommée « Song Ling Wood » dirigée par les associés Song et You et leur mandataire à Inongo dans la Maindombe, Zhu Phing Yong est en pleine exploitation artisanale de bois dans la province de l’Equateur.

Au regard de tout ce qui passe dans ce secteur (où les Chinois se comportent comme des négriers et dans un terrain conquis, on est tenté de se poser la question de savoir avec quels documents légaux les chinois exploitent les forêts congolaises ? La réponse est facile.

Ces Chinois venus pour les cinq chantiers et les Indo-pakistanais ont trouvé un terrain très favorable où l’application des textes de lois n’est pas la préoccupation de l’autorité et où les intérêts privés et personnels l’emportent sur les intérêts du pays, où la culture des antivaleurs à sa place, et enfin où l’impunité est presque institutionnalisée.

Dans cet environnement propice, les Chinois et autres Indo-pakistanais servent de leurs moyens financiers et matériels pour obtenir tout ce qu’ils veulent avoir.

La stratégie de ces Chinois est claire : attaquer les forêts qui sont très riches en matière ligneuse de haute valeur commerciale, où il y a une forte concentration à l’hectare pour beaucoup produire en peu de temps.

Les cahiers des charges pour les populations autochtones ou plans d’aménagement sont des termes qui n’existent pas dans le langage de ces Chinois.

Pendant que ces expatriés avec la bénédiction de leurs parrains sont en train de piller les forêts congolaises, le président de l’ACEFA, Jean Wabangane et ses principaux collaborateurs multiplient des colloques et ateliers pour sensibiliser les exploitants forestiers artisanaux congolais à la légalité à l’exploitation forestière à faible impact (EFI) et au reboisement. Cela, pour assurer une gestion durable aux ressources forestières et garantir la pérennité pour les générations futures de la RDC.

L’Association congolaise des exploitants forestiers artisanaux avait adressée une correspondance depuis le 30 juillet 2011 au ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, José Endundo, pour dénoncer et protester contre l’exploitation artisanale illicite et anarchique de bois par les ressortissants chinois. Mais, jusqu’à ce jour, cette lettre est sans réponse. Le silence coupable du ministre José Endundo face à cette situation déplorable qui hypothèque les intérêts du pays frise une complicité coupable.

L’ACEFA appelle donc les autorités politiques, administratives et coutumières de la RDC à prendre leurs responsabilités devant les dangers qui menacent les forêts congolaises.

 



Godé Kalonji Mukendi
Kinshasa, 21/09/2011 (La Tempête des Tropiques, via mediacongo.net)
 
 
  Lire aussi :
[ Retour ]
 
 
Rechercher  
   
Offres d'emploi
         
    Conseiller en formation
     
    Toutes les offres
Grands débats
         
    ÉLECTIONS 2016 : DOIT-ON REVOIR LA CONSTITUTION ?
     
  Tous les débats
     
Appels d'offres
     
  Travaux d'élargissement, aménagement bureaux DAM, réhabilitation du hall1 & 2 du MCL, aménagement bureaux ainsi que le bétonnage de l'aire de stockage du magasin central de Limete
   
  Tous les appels d'offres
 
Visitez l'Espace Promo
         
    Découvrez les produits, les services,les sociétés,.. dans notre "Espace Promo"
 

:::: mediacongo.net 2014::: - conditions d'utilisation