mediacongo.net - Petites annonces - Les maladies de l’intelligence collective RD Congolaise

Les maladies de l’intelligence collective RD Congolaise

Les maladies dont question dans l’article sous examen peuvent se résumer en quelques mots : l’ensemble de disfonctionnement que nos gouvernants traitent de manière partisane. En d’autres termes, au lieu que les problèmes qui se présentent à eux soient résolus en usant de l’intelligence avec conscience, nos gouvernants tentent de trouver des solutions en usant de leurs intelligences, en tout cas pour la plupart, sans conscience en privilégiant plutôt leurs partis ! ils ruinent par cette approche non seulement leurs âmes mais mettent également ainsi en danger l’avenir de tout un peuple.
Heureusement, le RD Congolais n’est plus celui qui ne s’intéressait pas à la politique jadis. Il scrute dorénavant tout attitude de nos médiocres aux peines fin.
La première grande maladie, c’est de n’appliquer qu’une loi disparate. Si la loi n’est faite que pour les faibles selon les médiocres politiciens, cela voudrait dire dans un tel environnement que la justice ne fait pas correctement son travail. Sinon, comment comprendre Matata Ponyo, Emmanuel Shadari, Azarias Ruberwa, Bruno Tshibala et Mova Sakani qui ont concocté cette trahison du pays, chipoté dans l’arrêté de 2013 instituant par tricherie la colline de Minembwe en commune rurale n’ont toujours pas été récupéré par la justice ? Puis qu’au départ, dans le document de base, Minembwe n’était pas citée. Elle a été glissée après falsification du document de base selon une émission de BOSOLO NA POLITIK qui circule dans les réseaux sociaux.
Comment comprendre, les avocats de Vital Kamerhe qui faisaient tant de bruits pour obtenir la liberté provisoire de leur client se sont tus d’un coup depuis que ce dernier serait dans les soins dans un hôpital ! Lui, VK, que nous avons vu sirotant son verre de Wisky à Ngaliema Center. Cela voudrait aussi dire soit la justice ne fait pas correctement son travail ou nous sommes réellement ficelés par des maffieux que nous avons l’obligation de combattre derrière FATSHI jusqu’au dernier de ces gens réunis au sein de Front des Cons du Congo (FCC en sigle). Il a suffi que nous posions cette interrogation dans whatup pour entendre un avocat de VK intervenir dans Top Congo. Il pousse leur logique de mensonge au bout pour que ce voleur aille en exil à l’étranger afin de se soustraire de la justice.
La deuxième grande maladie, c’est le « m’as-tu vu » dont souffre encore nos piètres gouvernants. Amoureux des caméras, même pour enlever les bétons qui empêchent la population de jouir des sauts-de-mouton visiblement terminés, veulent une inauguration en pompe comme s’ils travaillaient correctement.
Le manque d’anticipation est aussi une de ces maladies dont souffrent nos gouvernants. S’ils savent anticiper pour l’avenir de leurs enfants en détournant le denier public sans pitié, le sort des gouvernés dans leurs différentes prédations n’a rien à voir dans le moindre de leurs soucis. Que des millions de dollars qui se volatilisent ! Et, des médiocres pareils commencent à penser revenir en 2023. Que n’ont-ils pas fait en 18 ans pour chercher à tromper encore le peuple ? Que ces bandits de grand chemin arrêtent leurs aventures. Le peuple ne se laissera plus faire. Tellement qu’ils ne comptent que sur la tricherie, ils résistent au changement de la cour constitutionnelle, à la restructuration de la CENI et veulent pousser leur bêtise plus loin en écartant la population du processus des élections présidentielles. En osant cela : « bafwa bafwa bashala bashala » sera notre cri de guerre. C’est-à-dire ceux qui vont mourir, mourront et ceux qui vont rester, resteront pourvu que nous nous débarrassions du FCC.
Enfin, sans être exhaustif, la maladie de la distraction en est également une que les médiocres utilisent. Pendant que nous attendons que la police mette fin aux phénomènes Kuluna par une approche douce du genre opération LIKOFI, le général Sylvano KASONGO prend plaisir à distraire les gens en arrêtant les mineurs ayant des longs cheveux, des oreilles trouées alors que les voleurs et autres personnes venimeuses opèrent devant les sous-ciats dans toute impunité. Le même général lance des boîtes de dénonciation alors que les adresses des Kuluna sont quasiment connues des postes de police pour les avoir arrêtés, auditionnés au moins une fois sur PV ! pourquoi, ne recourt-il pas à ces adresses pour lancer la version douce de l’opération LIKOFI ?
Pour les Kuluna en cravates, la justice et l’inspection générale de finance doivent agir vite de concert pour qu’avant 2023, ces malfrats soient hors d’état de nuire dans la prison afin d’envisager autrement l’avenir de notre pays. Les valeurs démocratiques incarnées par l’actuel chef de l’Etat, devront durer au moins dix ans. Celui qui viendra après lui, pourra s’inspirer de ces valeurs. Plus question de laisser aux inconscients, médiocres, le leadership de ce grand pays au centre de l’Afrique.
Si l’intelligence collective fonctionnait comme elle se devait, Alexis Tambwe Mwamba ne serait pas en liberté. Lui qui glorifiait quasiment d’avoir abattu un avion commercial de notre compagnie nationale, ne serait pas au perchoir du Sénat. Ces maladies collectives sont renforcées par le fait que les mêmes acteurs qui endeuillent nos frères et sœurs à l’Est jusqu’à ce jour, lors de Kamwena Nsapu, des fausses communes au-delà de l’aéroport international de Ndjili, occupent encore des fonctions par défi dans nos institutions au point de se croire invulnérable. Trop, c’est trop. L’excès est toujours blâmable.
Il a fallu près de 60 ans pour que dans ce pays, nous apprenions des scandales des détournements de nos médiocres et voir des « excellences » finir à la prison. Cet élan ne doit pas s’arrêter.
Nous, peuple, ne devons pas croire que FATSHI doit combattre seul nos ennemis qui ne se cachent plus. Ils commencent même à miroiter 2023. Quel cynisme ! Dieu est de notre côté. Il a toujours été Vainqueur. Cette fois-ci, soyons prêts à découdre avec les malfrats de FCC qui ont bénéficié des béquilles de leur coalition de la tricherie.
A tous les niveaux, dans l’armée, dans la fonction publique, dans la police, dans nos universités, dans nos écoles, partout ailleurs ; nous ne devons plus tolérer la médiocrité et continuerons à la dénoncer jusqu’au sacrifice suprême. Les satanistes réunis au sein du FCC ne doivent plus se pavaner à travers le pays en restant impunis !
C’est de cette seule façon que notre pays sera libéré de nos ennemis et de ses traitres afin que l’intelligence collective soit guérie.
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png



Retour à la liste Petites annonces / Evénements, Formations, Conférences & Eglises  
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
mediacongo
Auteur : Le livre ouvert

Code MediaCongo : U7NPB7H
  Voir toutes ses annonces   Voir son profil

Les maladies de l’intelligence collective RD Congolaise

Postée le: 19.10.2020
Ville : LUBUMBASHI
Description

Les maladies dont question dans l’article sous examen peuvent se résumer en quelques mots : l’ensemble de disfonctionnement que nos gouvernants traitent de manière partisane. En d’autres termes, au lieu que les problèmes qui se présentent à eux soient résolus en usant de l’intelligence avec conscience, nos gouvernants tentent de trouver des solutions en usant de leurs intelligences, en tout cas pour la plupart, sans conscience en privilégiant plutôt leurs partis ! ils ruinent par cette approche non seulement leurs âmes mais mettent également ainsi en danger l’avenir de tout un peuple.
Heureusement, le RD Congolais n’est plus celui qui ne s’intéressait pas à la politique jadis. Il scrute dorénavant tout attitude de nos médiocres aux peines fin.
La première grande maladie, c’est de n’appliquer qu’une loi disparate. Si la loi n’est faite que pour les faibles selon les médiocres politiciens, cela voudrait dire dans un tel environnement que la justice ne fait pas correctement son travail. Sinon, comment comprendre Matata Ponyo, Emmanuel Shadari, Azarias Ruberwa, Bruno Tshibala et Mova Sakani qui ont concocté cette trahison du pays, chipoté dans l’arrêté de 2013 instituant par tricherie la colline de Minembwe en commune rurale n’ont toujours pas été récupéré par la justice ? Puis qu’au départ, dans le document de base, Minembwe n’était pas citée. Elle a été glissée après falsification du document de base selon une émission de BOSOLO NA POLITIK qui circule dans les réseaux sociaux.
Comment comprendre, les avocats de Vital Kamerhe qui faisaient tant de bruits pour obtenir la liberté provisoire de leur client se sont tus d’un coup depuis que ce dernier serait dans les soins dans un hôpital ! Lui, VK, que nous avons vu sirotant son verre de Wisky à Ngaliema Center. Cela voudrait aussi dire soit la justice ne fait pas correctement son travail ou nous sommes réellement ficelés par des maffieux que nous avons l’obligation de combattre derrière FATSHI jusqu’au dernier de ces gens réunis au sein de Front des Cons du Congo (FCC en sigle). Il a suffi que nous posions cette interrogation dans whatup pour entendre un avocat de VK intervenir dans Top Congo. Il pousse leur logique de mensonge au bout pour que ce voleur aille en exil à l’étranger afin de se soustraire de la justice.
La deuxième grande maladie, c’est le « m’as-tu vu » dont souffre encore nos piètres gouvernants. Amoureux des caméras, même pour enlever les bétons qui empêchent la population de jouir des sauts-de-mouton visiblement terminés, veulent une inauguration en pompe comme s’ils travaillaient correctement.
Le manque d’anticipation est aussi une de ces maladies dont souffrent nos gouvernants. S’ils savent anticiper pour l’avenir de leurs enfants en détournant le denier public sans pitié, le sort des gouvernés dans leurs différentes prédations n’a rien à voir dans le moindre de leurs soucis. Que des millions de dollars qui se volatilisent ! Et, des médiocres pareils commencent à penser revenir en 2023. Que n’ont-ils pas fait en 18 ans pour chercher à tromper encore le peuple ? Que ces bandits de grand chemin arrêtent leurs aventures. Le peuple ne se laissera plus faire. Tellement qu’ils ne comptent que sur la tricherie, ils résistent au changement de la cour constitutionnelle, à la restructuration de la CENI et veulent pousser leur bêtise plus loin en écartant la population du processus des élections présidentielles. En osant cela : « bafwa bafwa bashala bashala » sera notre cri de guerre. C’est-à-dire ceux qui vont mourir, mourront et ceux qui vont rester, resteront pourvu que nous nous débarrassions du FCC.
Enfin, sans être exhaustif, la maladie de la distraction en est également une que les médiocres utilisent. Pendant que nous attendons que la police mette fin aux phénomènes Kuluna par une approche douce du genre opération LIKOFI, le général Sylvano KASONGO prend plaisir à distraire les gens en arrêtant les mineurs ayant des longs cheveux, des oreilles trouées alors que les voleurs et autres personnes venimeuses opèrent devant les sous-ciats dans toute impunité. Le même général lance des boîtes de dénonciation alors que les adresses des Kuluna sont quasiment connues des postes de police pour les avoir arrêtés, auditionnés au moins une fois sur PV ! pourquoi, ne recourt-il pas à ces adresses pour lancer la version douce de l’opération LIKOFI ?
Pour les Kuluna en cravates, la justice et l’inspection générale de finance doivent agir vite de concert pour qu’avant 2023, ces malfrats soient hors d’état de nuire dans la prison afin d’envisager autrement l’avenir de notre pays. Les valeurs démocratiques incarnées par l’actuel chef de l’Etat, devront durer au moins dix ans. Celui qui viendra après lui, pourra s’inspirer de ces valeurs. Plus question de laisser aux inconscients, médiocres, le leadership de ce grand pays au centre de l’Afrique.
Si l’intelligence collective fonctionnait comme elle se devait, Alexis Tambwe Mwamba ne serait pas en liberté. Lui qui glorifiait quasiment d’avoir abattu un avion commercial de notre compagnie nationale, ne serait pas au perchoir du Sénat. Ces maladies collectives sont renforcées par le fait que les mêmes acteurs qui endeuillent nos frères et sœurs à l’Est jusqu’à ce jour, lors de Kamwena Nsapu, des fausses communes au-delà de l’aéroport international de Ndjili, occupent encore des fonctions par défi dans nos institutions au point de se croire invulnérable. Trop, c’est trop. L’excès est toujours blâmable.
Il a fallu près de 60 ans pour que dans ce pays, nous apprenions des scandales des détournements de nos médiocres et voir des « excellences » finir à la prison. Cet élan ne doit pas s’arrêter.
Nous, peuple, ne devons pas croire que FATSHI doit combattre seul nos ennemis qui ne se cachent plus. Ils commencent même à miroiter 2023. Quel cynisme ! Dieu est de notre côté. Il a toujours été Vainqueur. Cette fois-ci, soyons prêts à découdre avec les malfrats de FCC qui ont bénéficié des béquilles de leur coalition de la tricherie.
A tous les niveaux, dans l’armée, dans la fonction publique, dans la police, dans nos universités, dans nos écoles, partout ailleurs ; nous ne devons plus tolérer la médiocrité et continuerons à la dénoncer jusqu’au sacrifice suprême. Les satanistes réunis au sein du FCC ne doivent plus se pavaner à travers le pays en restant impunis !
C’est de cette seule façon que notre pays sera libéré de nos ennemis et de ses traitres afin que l’intelligence collective soit guérie.
mediacongo
mediacongo
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
right
Annnonce Suivante : Amertume (3)
left
Annonce Précédente : OFFRE DE MASTER PROFESSIONNEL EN LOGISTIQUE