mediacongo.net - Petites annonces - Comment mettre fin à la prolifération des partis politiques ?

Comment mettre fin à la prolifération des partis politiques ?

Il est transmis une correspondance à notre rédaction qui a retenue toute notre attention. Elle avait été envoyée au parlement à l’époque où Kengo était président du sénat. Elle avait été adressée à celui qui fut président de l’assemblée nationale (AN), Aubin MINAKU et, le sénat n’était qu’en copie. Pendant ce temps, l’actuel Président de la République était président de rassemblement de l’opposition, Rassop en sigle.
Selon son initiateur, n’ayant pas reçu de réponse du président de l’assemblée nationale, au lieu de suivre les conseils ou les propositions qu’il faisait, il apprendra simplement que le président de l’assemblée nationale évoquera la création des plateformes politiques. Il a toujours cru que c'est de là sont partis le FCC, le CACH et LAMUKA. C’est pourquoi, l’initiateur transmis sa correspondance à Limete à l’actuel Président de la République alors jadis président de RASSOP.
Malheureusement, tout comme notre administration publique, nos chefs politiques n'ont pas la culture de répondre aux correspondances des citoyens !
Votre rédaction délivre dans les lignes qui suivent juste la pensée de son initiateur parce qu’il estime que résoudre cette situation serait apporter une grande solution pour l’avenir dans ce pays en matière d’imbroglio politique que nous vivons quasi quotidiennement. La balle est du côté du prochain président de l'AN.
En effet, dans le droit constitutionnel, il n’existe pas plus de 4 courants politiques. Pourquoi l’assemblée nationale actuelle ne coulerait-elle pas sous forme des lois ces différents courants de pensée et que tout parti politique s’identifie dans cela ?
Ces lois feront que nous n’ayons pas plus de 4 grands partis politiques. Et comme chaque congolais aime être président, que la pratique démocratique en interne soit de mise pour que ces partis ainsi reformés se choisissent à chaque fois leurs représentants qui appuieront leurs idéologies respectives. Que leur présidence soit de façon tournante et cætera. C’est de cette façon que l’imbroglio politique auquel nous perdons du temps dans le développement de notre pays prendra fin. plus de 800 partis politiques ne font pas de nous un pays sérieux. Les députés doivent y réfléchir sérieusement. c'est aussi cela le peuple d'abord.
Pour ce faire, chacun de nos politiciens devra se surpasser pour taire ses propres ambitions s’il échoue dans leurs élections internes. Avoir l’esprit d’attente du prochain tour ainsi de suite.

https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png



Retour à la liste Petites annonces / Evénements, Formations, Conférences & Eglises  
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
mediacongo
Auteur : Le livre ouvert

Code MediaCongo : U7NPB7H
  Voir toutes ses annonces   Voir son profil

Comment mettre fin à la prolifération des partis politiques ?

Postée le: 27.12.2020
Ville : KINSHASA
Description

Il est transmis une correspondance à notre rédaction qui a retenue toute notre attention. Elle avait été envoyée au parlement à l’époque où Kengo était président du sénat. Elle avait été adressée à celui qui fut président de l’assemblée nationale (AN), Aubin MINAKU et, le sénat n’était qu’en copie. Pendant ce temps, l’actuel Président de la République était président de rassemblement de l’opposition, Rassop en sigle.
Selon son initiateur, n’ayant pas reçu de réponse du président de l’assemblée nationale, au lieu de suivre les conseils ou les propositions qu’il faisait, il apprendra simplement que le président de l’assemblée nationale évoquera la création des plateformes politiques. Il a toujours cru que c'est de là sont partis le FCC, le CACH et LAMUKA. C’est pourquoi, l’initiateur transmis sa correspondance à Limete à l’actuel Président de la République alors jadis président de RASSOP.
Malheureusement, tout comme notre administration publique, nos chefs politiques n'ont pas la culture de répondre aux correspondances des citoyens !
Votre rédaction délivre dans les lignes qui suivent juste la pensée de son initiateur parce qu’il estime que résoudre cette situation serait apporter une grande solution pour l’avenir dans ce pays en matière d’imbroglio politique que nous vivons quasi quotidiennement. La balle est du côté du prochain président de l'AN.
En effet, dans le droit constitutionnel, il n’existe pas plus de 4 courants politiques. Pourquoi l’assemblée nationale actuelle ne coulerait-elle pas sous forme des lois ces différents courants de pensée et que tout parti politique s’identifie dans cela ?
Ces lois feront que nous n’ayons pas plus de 4 grands partis politiques. Et comme chaque congolais aime être président, que la pratique démocratique en interne soit de mise pour que ces partis ainsi reformés se choisissent à chaque fois leurs représentants qui appuieront leurs idéologies respectives. Que leur présidence soit de façon tournante et cætera. C’est de cette façon que l’imbroglio politique auquel nous perdons du temps dans le développement de notre pays prendra fin. plus de 800 partis politiques ne font pas de nous un pays sérieux. Les députés doivent y réfléchir sérieusement. c'est aussi cela le peuple d'abord.
Pour ce faire, chacun de nos politiciens devra se surpasser pour taire ses propres ambitions s’il échoue dans leurs élections internes. Avoir l’esprit d’attente du prochain tour ainsi de suite.

mediacongo
mediacongo
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
right
Annnonce Suivante : Un pas de plus
left
Annonce Précédente : La fin d’une année est l’occasion de rappeler la naissance de Jésus, Noël ayant été choisi pour la commémorer.