mediacongo.net - Petites annonces - Les maux et solutions de la fonction publique

Les maux et solutions de la fonction publique

Le fait que le pays ait été géré longtemps par des inconscients, une mentalité incompatible au développement s’est enracinée dans bon nombre de nos compatriotes. Surtout, à la fonction publique en particulier et toutes les entreprises de l’Etat en général.
- La pléthore : lorsqu’on passe à la fonction publique, il ne suffit pas d’être expert pour comprendre qu’il y a pléthore. Il est des « chefs » qui ne lisent que les journaux et papotent tout l’avant-midi et rentrent chez eux satisfaits d’une journée de travail. Il sied de dénombrer ceux qui sont éligible à la pension et que le ministre ayant la fonction publique dans ses attributions de planifier des sorties de fin de carrière chaque mois. Il ne faut pas attendre la banque mondiale parce que l’argent ne manque pas dès lors s’il y a eu à détourner ;
- Le job description : nous sommes sûr et certain que le jour où l’IGF effectuera une analyse systématique des jobs descriptions des agents et cadres de l’Etat, elle ressortira des fictifs énormes qui profitent inutilement de la paie. Il y a lieu de détacher des agents IGF aux ministères rien que pour ce genre de travail ;
- La démotivation des agents : lorsqu’à l’EPST l’on a appris le détournement quasi mensuel de soixante- deux milliards de francs congolais, la redistribution d’une telle somme à ceux qui la mérite poussera les agents à être présents tous les jours aux services. Comment voulez-vous voir les agents tous les jours si ce que vous leurs payez ne suffit pas pour ne serait-ce être là une semaine ?
- La désertion : le mot favori des sous-gestionnaires des ministères qui leurs permet de dégager des paies en leurs faveurs. La motivation du personnel passera par l’assainissement de pléthore et la paie correcte mensuelle qui tient compte du panier de la ménagère ;
- La corruption : lorsqu’un projet a été élaboré par et pour les congolais, il est aberrant que les autorités ne le financent pas au motif de recourir aux bailleurs ou la politique que nous qualifions de la main tendue. A cause de rétro-commission, de la corruption, des projets pouvant résorber le chômage dans le pays ont été orientés aux pays limitrophes. C’est pourquoi les médiocres doivent disparaître de la scène politique ;
- Les anti-valeurs : chaque congolais à son poste, à sa position, doit savoir dénoncer tout ce qui ne cadre pas avec la métrologie. Il ne faut plus encourager des mauvaises pratiques. Il faut les rendre publiques afin que leurs auteurs n’osent plus y recourir pour l’intérêt de tous ;
- L’argent de nos vaillants militaires qui seraient détournés : les auteurs doivent être traduits à l’auditorat pour haute trahison et le suivi de ces soldes dorénavant pour qu’ils aboutissent à leurs bénéficiaires respectifs.
En un seul article, il nous sera difficile de tout étaler. Le travail que l’IGF a commencé à la hiérarchie de nos ministères et entreprises de l’Etat, doit descendre jusqu’au huissier. Des sommes récupérées de la mafia de l’EPST par exemple, peuvent être redistribuées de manière efficiente. De la même manière que les agents de la DGRAD sont déployés aux ministères pour suivre les actes générateurs des recettes, les agents IGF doivent l’être aussi pour contrôler cela à la source …
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png



Retour à la liste Petites annonces / Evénements, Formations, Conférences & Eglises  
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
mediacongo
Auteur : Le livre ouvert

Code MediaCongo : U7NPB7H
  Voir toutes ses annonces   Voir son profil

Les maux et solutions de la fonction publique

Postée le: 16.02.2021
Ville : KINSHASA
Description

Le fait que le pays ait été géré longtemps par des inconscients, une mentalité incompatible au développement s’est enracinée dans bon nombre de nos compatriotes. Surtout, à la fonction publique en particulier et toutes les entreprises de l’Etat en général.
- La pléthore : lorsqu’on passe à la fonction publique, il ne suffit pas d’être expert pour comprendre qu’il y a pléthore. Il est des « chefs » qui ne lisent que les journaux et papotent tout l’avant-midi et rentrent chez eux satisfaits d’une journée de travail. Il sied de dénombrer ceux qui sont éligible à la pension et que le ministre ayant la fonction publique dans ses attributions de planifier des sorties de fin de carrière chaque mois. Il ne faut pas attendre la banque mondiale parce que l’argent ne manque pas dès lors s’il y a eu à détourner ;
- Le job description : nous sommes sûr et certain que le jour où l’IGF effectuera une analyse systématique des jobs descriptions des agents et cadres de l’Etat, elle ressortira des fictifs énormes qui profitent inutilement de la paie. Il y a lieu de détacher des agents IGF aux ministères rien que pour ce genre de travail ;
- La démotivation des agents : lorsqu’à l’EPST l’on a appris le détournement quasi mensuel de soixante- deux milliards de francs congolais, la redistribution d’une telle somme à ceux qui la mérite poussera les agents à être présents tous les jours aux services. Comment voulez-vous voir les agents tous les jours si ce que vous leurs payez ne suffit pas pour ne serait-ce être là une semaine ?
- La désertion : le mot favori des sous-gestionnaires des ministères qui leurs permet de dégager des paies en leurs faveurs. La motivation du personnel passera par l’assainissement de pléthore et la paie correcte mensuelle qui tient compte du panier de la ménagère ;
- La corruption : lorsqu’un projet a été élaboré par et pour les congolais, il est aberrant que les autorités ne le financent pas au motif de recourir aux bailleurs ou la politique que nous qualifions de la main tendue. A cause de rétro-commission, de la corruption, des projets pouvant résorber le chômage dans le pays ont été orientés aux pays limitrophes. C’est pourquoi les médiocres doivent disparaître de la scène politique ;
- Les anti-valeurs : chaque congolais à son poste, à sa position, doit savoir dénoncer tout ce qui ne cadre pas avec la métrologie. Il ne faut plus encourager des mauvaises pratiques. Il faut les rendre publiques afin que leurs auteurs n’osent plus y recourir pour l’intérêt de tous ;
- L’argent de nos vaillants militaires qui seraient détournés : les auteurs doivent être traduits à l’auditorat pour haute trahison et le suivi de ces soldes dorénavant pour qu’ils aboutissent à leurs bénéficiaires respectifs.
En un seul article, il nous sera difficile de tout étaler. Le travail que l’IGF a commencé à la hiérarchie de nos ministères et entreprises de l’Etat, doit descendre jusqu’au huissier. Des sommes récupérées de la mafia de l’EPST par exemple, peuvent être redistribuées de manière efficiente. De la même manière que les agents de la DGRAD sont déployés aux ministères pour suivre les actes générateurs des recettes, les agents IGF doivent l’être aussi pour contrôler cela à la source …
mediacongo
mediacongo
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
right
Annnonce Suivante : Nous avons vu hier comment Cody a été touché par cette parole : “Savez-vous que Jésus vous aime ?”
left
Annonce Précédente : Cody attendait devant la porte d’une église à Henderson (États-Unis). On offrait là, aux sans-abri, du café, de la nourriture et la possibilité de prendre une douche...