mediacongo.net - Petites annonces - METTRE LA RDC SOUS PROTECTORAT DES NATIONS UNIES

METTRE LA RDC SOUS PROTECTORAT DES NATIONS UNIES

METTRE LA RDC SOUS PROTECTORAT DES NATIONS UNIES
Face au report en repot des élections, Afrique-Santé demande de la possibité de la mise de la RDC sous protectorat des Nations Unies . Et en notre qualité du Président de l'AFRIQUE -SANTE,asbl, nous sollicitons une transition pour une durée de 6 mois avec une CENI recomposée et apolitique et la formation d'un Gouvernement des Technocrates sans aucun politicien de la Majorité ni de l'opposition ni du centre en vue de départager ces derniers et organiser les élections, libres ,transparentes et démocratiques. Mais il faudra perdre la souveraineté de la RDC et le mettre sous protectorat des Nations Unies pour éviter les troubles et les massacres des populations pendant la période pré-électorale.

La RDC est entrée en pleine usure du pouvoir dans toutes les institutions à mandat électifs, Le Président de la République, les Sénateurs, Députés Nationaux et Députés Provinciaux sont fin mandat depuis fin 2016 et on voit exacerbe la violence sous toutes ses formes comme mode d’expression collective, compromettant ainsi sur l’avenir de notre cher pays.




Pourtant la RDC qui n’a que connu ses premières élections démocratiques qu’à partir des années 1960, à la veille le pays est entre dans un cycle infernal de violences , de massacres ,révolutions- rebellions et de dictature sous la conduite du Président Mobutu durant 34 ans, puis le Président Mzee KABILA suivi de son successeur le Président Joseph KABILA feront naitre l’espoir en revenant sur la vocation démocratique de la RDC.

Mais fort est de voir revenir encore vers le régime anti-démocratique avec cette usure du pouvoir dans toutes les institutions, la CENI annonce l’impossibilité de l’organisation des élections avant avril 2019 et quant à l’opposition, bien qu’ accusant traitrise et opportunisme sans vision réelle pour la vraie démocratie, le bonheur du peuple .

En effet, les violences en RDC suite à l'usure du pouvoir et mauvaise foi pour la CENI à organiser les élections conformément à la Constitution de la RDC et l'Accord de Saint Sylvestre du 31 décembre, se font ressentir pour la population, pas moins de 1.329 cas de violations des droits de l'homme ayant été recensées entre début juin et fin août. Le tribut payé par les civils est également humanitaire, avec 8,5 millions de personnes dont 5,5 millions d'enfants en besoin d'assistance, et 3,8 millions de déplacés internes et 621.000 réfugiés congolais dans la région des Grands Lacs.Lorsqu’ on observe des élus nationaux et provinciaux qui ont été démocratiquement élus, adoptent progressivement un comportement erratique et sombrent dans la mal-gouvernance, attendre l’issue légale de leur mandat paraît parfois insupportable, et l’interrompre pacifiquement serait une nécessité

Que la Communauté internationale puissent agir vite et prévenir le chaos en perspective, face à cette manque volonté politique de la part du politique congolais d'aller aux élections, bien au contraire l' Opposition et la Majorité se complaisent dans les négociations en négociations, transition en transition, les arrangements éphémères ,le partage des postes sans mandat du peuple.
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png



Retour à la liste Petites annonces / Evénements, Formations, Conférences & Eglises  
mediacongo
Auteur : Prof. Dr.Robert KIKIDI

Code MediaCongo : WE8J2GQ
  Voir toutes ses annonces   Voir son profil

METTRE LA RDC SOUS PROTECTORAT DES NATIONS UNIES

Postée le: 13.10.2017
Ville : NEW-YORK
Description

METTRE LA RDC SOUS PROTECTORAT DES NATIONS UNIES
Face au report en repot des élections, Afrique-Santé demande de la possibité de la mise de la RDC sous protectorat des Nations Unies . Et en notre qualité du Président de l'AFRIQUE -SANTE,asbl, nous sollicitons une transition pour une durée de 6 mois avec une CENI recomposée et apolitique et la formation d'un Gouvernement des Technocrates sans aucun politicien de la Majorité ni de l'opposition ni du centre en vue de départager ces derniers et organiser les élections, libres ,transparentes et démocratiques. Mais il faudra perdre la souveraineté de la RDC et le mettre sous protectorat des Nations Unies pour éviter les troubles et les massacres des populations pendant la période pré-électorale.

La RDC est entrée en pleine usure du pouvoir dans toutes les institutions à mandat électifs, Le Président de la République, les Sénateurs, Députés Nationaux et Députés Provinciaux sont fin mandat depuis fin 2016 et on voit exacerbe la violence sous toutes ses formes comme mode d’expression collective, compromettant ainsi sur l’avenir de notre cher pays.




Pourtant la RDC qui n’a que connu ses premières élections démocratiques qu’à partir des années 1960, à la veille le pays est entre dans un cycle infernal de violences , de massacres ,révolutions- rebellions et de dictature sous la conduite du Président Mobutu durant 34 ans, puis le Président Mzee KABILA suivi de son successeur le Président Joseph KABILA feront naitre l’espoir en revenant sur la vocation démocratique de la RDC.

Mais fort est de voir revenir encore vers le régime anti-démocratique avec cette usure du pouvoir dans toutes les institutions, la CENI annonce l’impossibilité de l’organisation des élections avant avril 2019 et quant à l’opposition, bien qu’ accusant traitrise et opportunisme sans vision réelle pour la vraie démocratie, le bonheur du peuple .

En effet, les violences en RDC suite à l'usure du pouvoir et mauvaise foi pour la CENI à organiser les élections conformément à la Constitution de la RDC et l'Accord de Saint Sylvestre du 31 décembre, se font ressentir pour la population, pas moins de 1.329 cas de violations des droits de l'homme ayant été recensées entre début juin et fin août. Le tribut payé par les civils est également humanitaire, avec 8,5 millions de personnes dont 5,5 millions d'enfants en besoin d'assistance, et 3,8 millions de déplacés internes et 621.000 réfugiés congolais dans la région des Grands Lacs.Lorsqu’ on observe des élus nationaux et provinciaux qui ont été démocratiquement élus, adoptent progressivement un comportement erratique et sombrent dans la mal-gouvernance, attendre l’issue légale de leur mandat paraît parfois insupportable, et l’interrompre pacifiquement serait une nécessité

Que la Communauté internationale puissent agir vite et prévenir le chaos en perspective, face à cette manque volonté politique de la part du politique congolais d'aller aux élections, bien au contraire l' Opposition et la Majorité se complaisent dans les négociations en négociations, transition en transition, les arrangements éphémères ,le partage des postes sans mandat du peuple.
mediacongo
mediacongo
mediacongo
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
right
Annnonce Suivante : APPEL D'OFFRE À TOUS
left
Annonce Précédente : politique