mediacongo.net - Petites annonces - Si Emmanuel Ramazani Shadary devenait Président de la RDC en 2019 !?

Si Emmanuel Ramazani Shadary devenait Président de la RDC en 2019 !?

Si Emmanuel Ramazani Shadary devenait Président de la RDC en 2019 !?

Par l’Evangéliste Prof Dr Robert KIKIDI MBOSO KAMA, Ph. D en économie de la santé, 3eme Cycle en Sociologie politique et Criminologie, Président de l’Afrique-Santé, asbl

Un choix logique du Politicologue et scientifique Ancien VICE Premier Ministre de SEM Emmanuel Ramazani Shadary mais problématique si l’opposition présente un Candidat commun et unique», résume une source onusienne. En plus, l’ex-ministre de l’Intérieur est sous sanction de l’Union européenne pour entrave au processus électoral et le PALU ne saura pas mobilisé ses Militants en faveur du Dauphin du Chef de l’Etat Joseph Kabila, ni Masimanimba dont leur Elu Prof KINKIE MULUMBA est Candidat à la présidentielle prochaine. Problématique aussi, car potentiellement « il représente le scénario du dauphin provisoire si les ééctions n’aient pas lieu cette année donc une nouvelle donne peut s’ glisser », explique une autre source qui craint le scénario d’une succession à la Poutine, cette fois qui verrait le président Kabila partir en apparence pour mieux revenir plus tard.
Fidèle parmi les fidèles, Emmanuel Ramazani Shadary osera-t-il tuer le père et surtout redistribuer les cartes dans l’appareil sécuritaire s’il est élu en Décembre 2018a alors que SEM le Président Joseph Kabila a bien pris soin d’y faire revenir récemment à des postes-clés ses généraux les plus fidèles ? Autant de questions qui agitent les milieux diplomatiques et politiques à Kinshasa.
C’est quand même un acte tout à fait exceptionnel par rapport aux autres présidents africains surtout du centre. Je salue personnellement la décision du Président Kabila de garantir l’ordre constitutionnel. Puisqu’ aujourd’hui, il est devenu banal d’entendre dire qu’un président veut se représenter pour un troisième mandat puis un quatrième en violation de sa constitution ou par modification de cette dernière. Les Présidents Burundais Pierre Nkurunziza et Sassou d’ici du Congo Brazzaville ont été élus malgré la forte contestation d’une franche du peuple et de l’Opposition pour un 3ième mandat. Leur voisin rwandais Paul Kagamé a été plus subtil, il s’est fait « plébisciter » par son peuple également pour un 3ième mandat.
Les années dernières, ce fut le cas du président Compaoré du Burkina Faso de vouloir modifier la Constitution pour se représenter. Cela a provoqué sa chute. Chez nous, en RDC malgré cette tentative de referendum constitutionnel qui a connu la contestation du peuple et de l’opposition, on est à l’aboutissement heureux du processus, car les précédents historiques du feu Président Mobutu et de Mzee LD Kabila sont là pour nous enseigner davantage.

Il faut retenir que dans la plus grande majorité des cas, l’alternance ou la continuité par le changent de candiddat favorise grandement la qualité et l’efficacité de la gouvernance et renforce la démocratie, alors que la permanence indéfinie du même homme au pouvoir parfois entouré que de flatteurs ou sous couvert d’exigence populaire soigneusement orchestrée finit toujours par devenir un facteur d’instabilité. Il importe donc de convaincre les détenteurs du pouvoir qu’« il n’existe pas de sagesse plus vraie que la crainte de DIEU » et que l’alternance au pouvoir est la clé de la stabilité et l’antidote aux coups d’Etat.

Oui et Amen, le Chef de l’Etat SEM Joseph Kabila est incité à la Sagesse Divine, à l’éthique du pouvoir et il lui faut rassurer sur le bon déroulement d’une retraite politique prise dans la force de l’âge et sa sécurité financière et physique ou protection rapprochée ainsi que le maintien des privilèges et de l’immunité diplomatique lui doivent être garantis, ce qui a pour corollaire l’absence à son encontre, de la part de ses successeurs, de tout esprit de revanche, de persécution et d’humiliation.
Donner au « ex Président après les élections» l’impression fondée qu’il est toujours écouté et utile à la nation, faire en sorte qu’il ne soit pas marginalisé, quel que soit le cadre dans lequel il évolue bien que Honorable Sénateur en vie, est également indispensable. Comme chacun le sait en criminologie que, l’ennui est mère de tous les complots.
IL NE FAUT PAS QUE LE CAS DE LISSOUBA ET SASSOU ARRIVE PLUTARD EN RDC.
Que Dieu source du pouvoir vous bénisse.
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png

Retour à la liste Petites annonces / Evénements, Formations, Conférences & Eglises  
mediacongo
Auteur : Prof. Dr.Robert KIKIDI

Code MediaCongo : WE8J2GQ
  Voir toutes ses annonces   Voir son profil

Si Emmanuel Ramazani Shadary devenait Président de la RDC en 2019 !?

Postée le: 12.09.2018
Ville : KINSHASA
Description

Si Emmanuel Ramazani Shadary devenait Président de la RDC en 2019 !?

Par l’Evangéliste Prof Dr Robert KIKIDI MBOSO KAMA, Ph. D en économie de la santé, 3eme Cycle en Sociologie politique et Criminologie, Président de l’Afrique-Santé, asbl

Un choix logique du Politicologue et scientifique Ancien VICE Premier Ministre de SEM Emmanuel Ramazani Shadary mais problématique si l’opposition présente un Candidat commun et unique», résume une source onusienne. En plus, l’ex-ministre de l’Intérieur est sous sanction de l’Union européenne pour entrave au processus électoral et le PALU ne saura pas mobilisé ses Militants en faveur du Dauphin du Chef de l’Etat Joseph Kabila, ni Masimanimba dont leur Elu Prof KINKIE MULUMBA est Candidat à la présidentielle prochaine. Problématique aussi, car potentiellement « il représente le scénario du dauphin provisoire si les ééctions n’aient pas lieu cette année donc une nouvelle donne peut s’ glisser », explique une autre source qui craint le scénario d’une succession à la Poutine, cette fois qui verrait le président Kabila partir en apparence pour mieux revenir plus tard.
Fidèle parmi les fidèles, Emmanuel Ramazani Shadary osera-t-il tuer le père et surtout redistribuer les cartes dans l’appareil sécuritaire s’il est élu en Décembre 2018a alors que SEM le Président Joseph Kabila a bien pris soin d’y faire revenir récemment à des postes-clés ses généraux les plus fidèles ? Autant de questions qui agitent les milieux diplomatiques et politiques à Kinshasa.
C’est quand même un acte tout à fait exceptionnel par rapport aux autres présidents africains surtout du centre. Je salue personnellement la décision du Président Kabila de garantir l’ordre constitutionnel. Puisqu’ aujourd’hui, il est devenu banal d’entendre dire qu’un président veut se représenter pour un troisième mandat puis un quatrième en violation de sa constitution ou par modification de cette dernière. Les Présidents Burundais Pierre Nkurunziza et Sassou d’ici du Congo Brazzaville ont été élus malgré la forte contestation d’une franche du peuple et de l’Opposition pour un 3ième mandat. Leur voisin rwandais Paul Kagamé a été plus subtil, il s’est fait « plébisciter » par son peuple également pour un 3ième mandat.
Les années dernières, ce fut le cas du président Compaoré du Burkina Faso de vouloir modifier la Constitution pour se représenter. Cela a provoqué sa chute. Chez nous, en RDC malgré cette tentative de referendum constitutionnel qui a connu la contestation du peuple et de l’opposition, on est à l’aboutissement heureux du processus, car les précédents historiques du feu Président Mobutu et de Mzee LD Kabila sont là pour nous enseigner davantage.

Il faut retenir que dans la plus grande majorité des cas, l’alternance ou la continuité par le changent de candiddat favorise grandement la qualité et l’efficacité de la gouvernance et renforce la démocratie, alors que la permanence indéfinie du même homme au pouvoir parfois entouré que de flatteurs ou sous couvert d’exigence populaire soigneusement orchestrée finit toujours par devenir un facteur d’instabilité. Il importe donc de convaincre les détenteurs du pouvoir qu’« il n’existe pas de sagesse plus vraie que la crainte de DIEU » et que l’alternance au pouvoir est la clé de la stabilité et l’antidote aux coups d’Etat.

Oui et Amen, le Chef de l’Etat SEM Joseph Kabila est incité à la Sagesse Divine, à l’éthique du pouvoir et il lui faut rassurer sur le bon déroulement d’une retraite politique prise dans la force de l’âge et sa sécurité financière et physique ou protection rapprochée ainsi que le maintien des privilèges et de l’immunité diplomatique lui doivent être garantis, ce qui a pour corollaire l’absence à son encontre, de la part de ses successeurs, de tout esprit de revanche, de persécution et d’humiliation.
Donner au « ex Président après les élections» l’impression fondée qu’il est toujours écouté et utile à la nation, faire en sorte qu’il ne soit pas marginalisé, quel que soit le cadre dans lequel il évolue bien que Honorable Sénateur en vie, est également indispensable. Comme chacun le sait en criminologie que, l’ennui est mère de tous les complots.
IL NE FAUT PAS QUE LE CAS DE LISSOUBA ET SASSOU ARRIVE PLUTARD EN RDC.
Que Dieu source du pouvoir vous bénisse.
mediacongo
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
right
Annnonce Suivante : Si Emmanuel Ramazani Shadary devenait Président de la RDC en 2019 !?
left
Annonce Précédente : Le plus beau jour de ma vie