mediacongo.net - Petites annonces - LES BIENFAITS DE LA CRAINTE DE DIEU DANS NOTRE PROFESSION

LES BIENFAITS DE LA CRAINTE DE DIEU DANS NOTRE PROFESSION

LES BIENFAITS DE LA CRAINTE DE DIEU DANS NOTRE PROFESSION.
Par l'Evangéliste Robert KIKIDI ,Leader d'AREV-Ministries
lisons le texte d' Exode chapitre 1 :15-21 « Le roi d'Égypte parla aussi aux sages-femmes des Hébreux, nommées l'une Schiphra, et l'autre Pua. Il leur dit: Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux et que vous les verrez sur les sièges, si c'est un garçon, faites-le mourir; si c'est une fille, laissez-la vivre. Mais les sages-femmes craignirent Dieu, et ne firent point ce que leur avait dit le roi d'Égypte; elles laissèrent vivre les enfants. Le roi d'Égypte appela les sages-femmes, et leur dit: Pourquoi avez-vous agi ainsi, et avez-vous laissé vivre les enfants? Les sages-femmes répondirent à Pharaon: C'est que les femmes des Hébreux ne sont pas comme les Égyptiennes; elles sont vigoureuses et elles accouchent avant l'arrivée de la sage-femme. Dieu fit du bien aux sages-femmes; et le peuple multiplia et devint très nombreux. Parce que les sages-femmes avaient eu la crainte de Dieu, Dieu fit prospérer leurs maisons".
Ce texte nous donnes trois biens faits aux femmes professionnelle de santé ou sages- femmes:

1.Ces femmes ont obéis à Dieu plutôt à l'ordre mal donné par leur Roi de tuer les enfants garçons nés des femmes herbeuses.

Elles sont là pour épargner les vie et non pas pour tuer. Mais combien des médecins, les autres professionnels de santé, et autres catégorie professionnelle ont été complices de la mort, des massacres et tuerie de personnes à cause de l'ARGENT OU DES MAUVAISES INSTRUCTION DE LEURS CHEFS!? Peut-être, il est votre cas.

2.Dieu à fait du bien à ces femmes sages.

Le bien suprême que Dieu fait à l’être humain, c’est Son salut en Son fils Jésus-Christ. Ce salut représente effectivement la somme de tous nos besoins passés, présents, futurs. Passons rapidement en revue quelques-uns des aspects du salut de Dieu. Il y a toujours dans ce salut un relèvement. L’être humain est d’une manière ou d’une autre abaissé; mais voilà le message de l’Évangile qui arrive et qui est reçu, et c’est le temps du relèvement par la délivrance, la guérison divine, le changement de la nouvelle naissance, la restauration de la personne. Quel bien divin dans ce relèvement !
En nous sauvant Dieu nous fait du bien par rapport au problème de la culpabilité, souvent compliqué par le coeur tortueux, et qui peut alors trouver une solution définitive car enracinée dans l’oeuvre de Jésus-Christ. Quel bien pour nous de ne plus être contraint de mentir, ou d’espérer en notre » béatitude »pour aller au ciel. Comme ses femmes-sages en Egypte,nous sommes venus à la lumière, et le sang de Jésus nous purifie de tout péché. La repentance fut et demeure un grand réconfort : certes elle est précédée d’une tristesse selon Dieu, mais quelle paix ne produit-t-elle pas !lisons tous dans le livre des Actes 10: 37 et 38. Nous avons là un résumé fidèle du ministère de Jésus et DIEU LE Père : Il faisait du bien. Mais la Bible se fait plus précise encore : lisons au Psaume 13:6, et au Psaume 116:7. Dieu m’a fait du bien, à moi ! Ce qui vaut mieux que : Dieu fait du bien.Dieu nous fait du bien au travers des certitudes de la foi, certitudes acquises de et dans la Parole de Dieu, parole véritable et éternelle dont nous nous nourrissons, et qui dans les temps de tempête, de tensions, alors que les soubresauts du monde laissent augurer même le pire, vient ancrer nos coeurs dans les réalités divines, invisibles par l’oeil et pourtant réelles. Quelle paix alors !
Avant d’aller un peu plus loin dans la pensée du bien que Dieu fait aux siens, arrêtons-nous quelques instants. Dieu m’a fait du bien ! Mais savons nous aussi ce qui nous fait du mal ? La Bible qualifie l’être humain de « perdu »; il l’est tellement, qu’il ne sait plus reconnaître ce qui est vraiment bien pour lui et ce qui lui fait du mal. Et c’est ainsi que l’être humain pense, pratique ce qui lui causera du tort et des dommages, pas seulement dans des situations extrêmes comme celle du geôlier de Philippe, a qui Paul devra rapidement dire : « ne te fais pas de mal », mais aussi beaucoup plus couramment, dans la vie quotidienne. Êtes-vous certains que vos compagnies ne vous font pas de mal ? Pas seulement celles faite de chair et d’os, des êtres humains que vous choisissez pour vous entourer, mais aussi les compagnies qui sont les nôtres via les écrans qui sont dans nos maisons ? De quelle nourriture nourrissons-nous notre être intérieur ? Bonne ou mauvaise ? Et que dire de l’incrédulité entretenue ? Le péché, tout péché, ne nous fait-il pas tort ? D’où vient-il alors que nous flirtions avec lui comme avec un bon compagnon ? « Quelqu’un marchera-t-il sur des charbons ardents, sans que ses pieds soient brûlés ? » (Prov 6/28). Cette image est employée à propos du tort causé par le péché d’adultère. Mais il n’y a pas que ce péché ! Qui d’entre nous accepterait ce matin de se déchausser pour marcher sur des charbons ardents ? Alors pourquoi être faible et complaisant par rapport au péché ?
Le monde et son esprit trompent les êtres humains. Pensez-vous que c’est une bonne chose que d’être trompé ? N’est-il pas temps pour quelqu’un de rentrer en lui-même ?
Dieu m’a fait du bien ! Il est assez aisé de comprendre et d’accepter les formes de bien que Dieu nous témoigne telles qu’elles ont été énoncées précédemment. Mais Dieu nous fait aussi du bien d’autres manières : lisons pour finir deux textes, dont le premier se trouve au Psaume 65, les versets10 à 14. Les derniers versets de notre lecture évoque une grande joie car il y a une grande bénédiction dans les choses de la nature et plus particulièrement de l’agriculture. Voici venu le temps de la moisson, de l’abondance. Dieu est dans cette bénédiction, mais Il est tout autant dans ce qui a précédé : le texte parle des sillons, c’est donc il y a eu une charrue qui est passée. Il a fallu briser les mottes, ameublir la terre afin de l’ensemencer, puis l’arroser. Nous préférons la moisson au labour, surtout en rapport avec nous-mêmes, mais pas de moisson sans labour. Et quand Dieu passe Sa charrue dans nos coeurs, quand Il s’occupe de briser les mottes, disons-le avec foi : Il nous fait aussi du bien.

3.Dieu fit prospérer les maisons de Sages-Femmes.

Etat professeur de l'Economie de la sante, je définie la prospérité comme d'une part la bonne santé, situation favorable d'une personne et d'autre part
un état d'abondance ; augmentation des richesses d'une famille ou d'une collectivité ou l' heureux développement d'une production, d'une maison ou d'une entreprise. Dieu voyant sa crainte à travers ses femmes qui ont même risquer leur vie en refusant d'obéir au Roi tueur, a fait réussir leurs affaires, e augmenter leurs richesses et le bonheur s'est installé dans leurs maisons respectives, dont la réussite était manifeste. POURQUOI TU n'as pas le bonheur ET TU VIS LA CULPABILITE ? CE PEUT-ÊTRE A CAUSE DE TES , DE TA COMPLICITE DANS LES MEURTRES, EMPOISONNEMENT DES INNOCENTS , tu es tellement instrumentisé à faire le mal à lieu et place du bien.

Que le SEIGNEUR VOUS aide .Evangéliste Robert KIKIDI.
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png



Retour à la liste Petites annonces / Evénements, Formations, Conférences & Eglises  
mediacongo
Auteur : Prof. Dr.Robert KIKIDI

Code MediaCongo : WE8J2GQ
  Voir toutes ses annonces   Voir son profil

LES BIENFAITS DE LA CRAINTE DE DIEU DANS NOTRE PROFESSION

Postée le: 04.04.2019 | Modifiée le 09.04.2019
Ville : KINSHASA
Description

LES BIENFAITS DE LA CRAINTE DE DIEU DANS NOTRE PROFESSION.
Par l'Evangéliste Robert KIKIDI ,Leader d'AREV-Ministries
lisons le texte d' Exode chapitre 1 :15-21 « Le roi d'Égypte parla aussi aux sages-femmes des Hébreux, nommées l'une Schiphra, et l'autre Pua. Il leur dit: Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux et que vous les verrez sur les sièges, si c'est un garçon, faites-le mourir; si c'est une fille, laissez-la vivre. Mais les sages-femmes craignirent Dieu, et ne firent point ce que leur avait dit le roi d'Égypte; elles laissèrent vivre les enfants. Le roi d'Égypte appela les sages-femmes, et leur dit: Pourquoi avez-vous agi ainsi, et avez-vous laissé vivre les enfants? Les sages-femmes répondirent à Pharaon: C'est que les femmes des Hébreux ne sont pas comme les Égyptiennes; elles sont vigoureuses et elles accouchent avant l'arrivée de la sage-femme. Dieu fit du bien aux sages-femmes; et le peuple multiplia et devint très nombreux. Parce que les sages-femmes avaient eu la crainte de Dieu, Dieu fit prospérer leurs maisons".
Ce texte nous donnes trois biens faits aux femmes professionnelle de santé ou sages- femmes:

1.Ces femmes ont obéis à Dieu plutôt à l'ordre mal donné par leur Roi de tuer les enfants garçons nés des femmes herbeuses.

Elles sont là pour épargner les vie et non pas pour tuer. Mais combien des médecins, les autres professionnels de santé, et autres catégorie professionnelle ont été complices de la mort, des massacres et tuerie de personnes à cause de l'ARGENT OU DES MAUVAISES INSTRUCTION DE LEURS CHEFS!? Peut-être, il est votre cas.

2.Dieu à fait du bien à ces femmes sages.

Le bien suprême que Dieu fait à l’être humain, c’est Son salut en Son fils Jésus-Christ. Ce salut représente effectivement la somme de tous nos besoins passés, présents, futurs. Passons rapidement en revue quelques-uns des aspects du salut de Dieu. Il y a toujours dans ce salut un relèvement. L’être humain est d’une manière ou d’une autre abaissé; mais voilà le message de l’Évangile qui arrive et qui est reçu, et c’est le temps du relèvement par la délivrance, la guérison divine, le changement de la nouvelle naissance, la restauration de la personne. Quel bien divin dans ce relèvement !
En nous sauvant Dieu nous fait du bien par rapport au problème de la culpabilité, souvent compliqué par le coeur tortueux, et qui peut alors trouver une solution définitive car enracinée dans l’oeuvre de Jésus-Christ. Quel bien pour nous de ne plus être contraint de mentir, ou d’espérer en notre » béatitude »pour aller au ciel. Comme ses femmes-sages en Egypte,nous sommes venus à la lumière, et le sang de Jésus nous purifie de tout péché. La repentance fut et demeure un grand réconfort : certes elle est précédée d’une tristesse selon Dieu, mais quelle paix ne produit-t-elle pas !lisons tous dans le livre des Actes 10: 37 et 38. Nous avons là un résumé fidèle du ministère de Jésus et DIEU LE Père : Il faisait du bien. Mais la Bible se fait plus précise encore : lisons au Psaume 13:6, et au Psaume 116:7. Dieu m’a fait du bien, à moi ! Ce qui vaut mieux que : Dieu fait du bien.Dieu nous fait du bien au travers des certitudes de la foi, certitudes acquises de et dans la Parole de Dieu, parole véritable et éternelle dont nous nous nourrissons, et qui dans les temps de tempête, de tensions, alors que les soubresauts du monde laissent augurer même le pire, vient ancrer nos coeurs dans les réalités divines, invisibles par l’oeil et pourtant réelles. Quelle paix alors !
Avant d’aller un peu plus loin dans la pensée du bien que Dieu fait aux siens, arrêtons-nous quelques instants. Dieu m’a fait du bien ! Mais savons nous aussi ce qui nous fait du mal ? La Bible qualifie l’être humain de « perdu »; il l’est tellement, qu’il ne sait plus reconnaître ce qui est vraiment bien pour lui et ce qui lui fait du mal. Et c’est ainsi que l’être humain pense, pratique ce qui lui causera du tort et des dommages, pas seulement dans des situations extrêmes comme celle du geôlier de Philippe, a qui Paul devra rapidement dire : « ne te fais pas de mal », mais aussi beaucoup plus couramment, dans la vie quotidienne. Êtes-vous certains que vos compagnies ne vous font pas de mal ? Pas seulement celles faite de chair et d’os, des êtres humains que vous choisissez pour vous entourer, mais aussi les compagnies qui sont les nôtres via les écrans qui sont dans nos maisons ? De quelle nourriture nourrissons-nous notre être intérieur ? Bonne ou mauvaise ? Et que dire de l’incrédulité entretenue ? Le péché, tout péché, ne nous fait-il pas tort ? D’où vient-il alors que nous flirtions avec lui comme avec un bon compagnon ? « Quelqu’un marchera-t-il sur des charbons ardents, sans que ses pieds soient brûlés ? » (Prov 6/28). Cette image est employée à propos du tort causé par le péché d’adultère. Mais il n’y a pas que ce péché ! Qui d’entre nous accepterait ce matin de se déchausser pour marcher sur des charbons ardents ? Alors pourquoi être faible et complaisant par rapport au péché ?
Le monde et son esprit trompent les êtres humains. Pensez-vous que c’est une bonne chose que d’être trompé ? N’est-il pas temps pour quelqu’un de rentrer en lui-même ?
Dieu m’a fait du bien ! Il est assez aisé de comprendre et d’accepter les formes de bien que Dieu nous témoigne telles qu’elles ont été énoncées précédemment. Mais Dieu nous fait aussi du bien d’autres manières : lisons pour finir deux textes, dont le premier se trouve au Psaume 65, les versets10 à 14. Les derniers versets de notre lecture évoque une grande joie car il y a une grande bénédiction dans les choses de la nature et plus particulièrement de l’agriculture. Voici venu le temps de la moisson, de l’abondance. Dieu est dans cette bénédiction, mais Il est tout autant dans ce qui a précédé : le texte parle des sillons, c’est donc il y a eu une charrue qui est passée. Il a fallu briser les mottes, ameublir la terre afin de l’ensemencer, puis l’arroser. Nous préférons la moisson au labour, surtout en rapport avec nous-mêmes, mais pas de moisson sans labour. Et quand Dieu passe Sa charrue dans nos coeurs, quand Il s’occupe de briser les mottes, disons-le avec foi : Il nous fait aussi du bien.

3.Dieu fit prospérer les maisons de Sages-Femmes.

Etat professeur de l'Economie de la sante, je définie la prospérité comme d'une part la bonne santé, situation favorable d'une personne et d'autre part
un état d'abondance ; augmentation des richesses d'une famille ou d'une collectivité ou l' heureux développement d'une production, d'une maison ou d'une entreprise. Dieu voyant sa crainte à travers ses femmes qui ont même risquer leur vie en refusant d'obéir au Roi tueur, a fait réussir leurs affaires, e augmenter leurs richesses et le bonheur s'est installé dans leurs maisons respectives, dont la réussite était manifeste. POURQUOI TU n'as pas le bonheur ET TU VIS LA CULPABILITE ? CE PEUT-ÊTRE A CAUSE DE TES , DE TA COMPLICITE DANS LES MEURTRES, EMPOISONNEMENT DES INNOCENTS , tu es tellement instrumentisé à faire le mal à lieu et place du bien.

Que le SEIGNEUR VOUS aide .Evangéliste Robert KIKIDI.
mediacongo
mediacongo
mediacongo
mediacongo
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
right
Annnonce Suivante : SOLUTION SORTIE ROUTE MOKALI-BOULEVARD LUMUMBA
left
Annonce Précédente : CEPD