mediacongo.net - Petites annonces - Biographie du Maréchial Mobutu le dictateur ami des démocrates occidentaux

Biographie du Maréchial Mobutu le dictateur ami des démocrates occidentaux

Biographie du Maréchial Mobutu le dictateur ami des démocrates occidentaux

Nous avons 21 ans que l'AFDL conduit le Nationaliste-Lumumbiste Mzée Laurent-Désiré Kabila prenaient d’assaut de FIZI Baraka, passant toutes les provinces d'Est,du Centre et de l'Ouest jusqu'qu'à la capitale de la RDC, l'ex. Zaïre, Kinshasa, Chassant du pouvoir d'Etat l'homme fort à la tête du pays, le Président Maréchal Mobutu Sese Seko qui aimait effectuer une croisière sur le fleuve Zaïre (Congo), s’est enfui vers son Kawele à Gbadolite au Nord Ubangi et puis au Maroc à Rabat où quelque mois plus tard, il est mort, sa dépouille mortelle y est encore là à ses cimetières loin de la RDC. C'était sans doute, la fin de la Dictature de l'homme aux toques de léopard, mais aussi l'accomplissement de sa prophétie du malheur qui disait qu'après lui, aura le déluge. A plus de vingt-un ans, cette date historique, on fait la réminiscence sur l’ambivalence du personnage Mobutu, à la fois Père de l'Unité Nationale et à la fois sanguinaire ainsi qu'à travers la biographie d'un dictateur-ami des démocrates des USA, de la France, de la Belgique, etc.

Oui, le 17 mai est une journée historique pour la République Démocratique du Congo, l’ex. Zaïre et les soldats. Espoir par la guerre Libération avec adhésion populaire d'en finir avec le Régine de la Gouvernance criminelle mais aussi, une journée de la déception de l'espoir perdu par la réinstallation après du même régime décrié par tous.

Deux décennies passées, jour pour jour tombait le régime du Maréchal Mobutu au terme de 32 années de règne sans partage des richesse et du bonheur avec le peuple congolais (Zaïrois) mais il est resté ami incontestable des soient disant démocrates européens, nous rappelle la pensée de Voltaire qui disait devant l'argent on a la même réligion. Ce jour-là, les Zaïrois(Congolais) fut en attente avec impatience la chute de l’homme aux invariables toques de léopard qui fut affaibli par sa maladie et surtout par l'Opposition dont l'UDPS, le PALU, le PRP et le FNLC. Sous la pression des rebelles de l'AFDL soutenus par la Coalition Rwando- et les Ougando-Burundaise, le Maréchal Mobutu avait pris la fuite vers ses terres à Kawele de Gdabolite, dans le Nord-Ouest du pays, aux confins de la République Centrafricaine, avant de partir s’installer dès le lendemain au Maroc où il sera éteint.

le Colonel devenu Maréchal plus tard est arrivé au pouvoir par un coup d’Etat militaire et il a été aussi chassé par Coup d'Etat de plus jeunes soldats" les KADOGO". Tous leurs coups d’Etat ont été financés par les mêmes Occidentaux. Bien qu'à l'époque, ces derniers voyaient en lui un rempart contre les communistes, l’homme qui a la terrorisé le pays, la RDC, éliminant méthodiquement ses opposants et spoliant le peuple; comme on a accusé les régimes qui l'ont succédé.


C’est cette histoire de la Gouvernance criminelle, de sang, de corruption et de pillage que je vous raconte plus que le journaliste Jean-Pierre Langellier dans la biographie consacrer au dictateur congolais, mort quelques mois seulement après son départ précipité de son pays. « Personnage haut en couleur, le Maréchal Mobutu impressionnait, se souvient l’auteur, par son intelligence qui lui a permis de s’ériger en un leader africain incontournable de son temps ». Ce sont ses rencontres avec ce chef d’Etat hors norme qui a conduit Jean-Pierre Langellier à se lancer dans le projet biographique du dictateur. « C’était d’autant plus passionnant à faire, explique l’auteur, qu’il n’existait pas de biographie complète de l’homme, de son enfance à son exil au Maroc ».

Qui était Mobutu selon les services de renseignements européens?

La première biographie complète de l'ancien homme fort de la RDC (anciennement le Zaïre), remonte jusqu’à son enfance à Lisala, dans la province de Gemena l'un des EX.Districts de l'ex Province de l'Equateur.

Qui était Mobutu ou Mohutu ?

Né vers 1930 dans une famille modeste, de père Ngbemana transformé en ligala à gbemani, qui est en fait un hutu Rwandais qui est venu travaillé aux hévéas à Lisala - Gemena, qui fut le frère ainé de Bisengimana ,le puissant Dircab de Mobutu et Habiarynama ancien Président Rwandais abattus par le missile tiré par Paul Kagame actuel Président rwandais. La Gazette Belge signale que sa mère fut morte de la fièvre jaune « négro vomito », elle est originaire du Rwanda comme son Géniteur et non pas de la RCA. Son père a sollicité l’aide de l’Eglise catholique pour la prise en charge de son fils « Mohutu » transformé en ngbandi Mobutu. Et une jeune dame Yemo de a tribut ngbandi et de la famille de Lito, une Catéchiste accepte de le prendre en charge avec ceux deux fils l’homme qui s’est construit seul, puisant ses modèles notamment dans les livres. C’était, selon Albert Henri Buisine, le Belge qui fut Chef de sa Maison Civile, un gros consommateur de livres d’histoire, surtout des biographies de Napoléon et de Charles de Gaulle. Son livre préféré était toutefois Le Prince de Machiavel, ce qui explique sans doute cette extraordinaire « intelligence stratégique » qui lui a permis de tenir tête aux stratèges américains et belges et tirer profit de l’opposition entre les différents protagonistes de la Guerre froide.
Peu de gens savent qu’avant d’être un dictateur sanguinaire, l’homme était journaliste de métier et gagnait sa vie en racontant les heurs et malheurs du Congo colonial dans les pages des journaux belges consacrés à la colonie. « Les rares biographies de Mobutu qui existent ne remontent pas avant l’indépendance du Congo en 1960 et leurs auteurs oublient de rappeler que l’homme était un journaliste qui avait mal tourné », déclare Jean-Pierre Langellier qui a lu les 200 articles que le journaliste Mobutu avait produits dans une première vie, ce qui laissait sans doute déjà entrevoir ses affinités idéologiques et politiques.
Les grandes étapes de la vie de Mobutu sont connues. Il est entré dans la vie politique en tant qu’ami et confident de 3 mois éphémère Premier Premier ministre du Congo indépendant, Patrice Lumumba, avant de s’imposer en profitant des rivalités entre le Premier ministre et le Président. Il a surtout profité des craintes de la Belgique, l’ex-puissance coloniale, de voir sa mainmise sur les immenses ressources du Congo mise en cause à court terme par le pouvoir postcolonial. Il sera aussi son bourreau.
Le biographe de Mobutu raconte aussi comment son protagoniste fut très vite repéré par la CIA qui l’a instrumentalisé dans sa « guerre froide » contre les communistes. Le long règne de Mobutu a été aussi marqué par des atrocités commises contre les opposants au régime notamment l’assassinat de l’opposant et combattant de la liberté Pierre Mulele en 1967, le massacre des étudiants du campus de Lubumbashi en 1991 par l’opération « Lititi Mboka » et la corruption qui avait atteint des proportions jamais égalées ailleurs en Afrique. « La terreur et l’argent étaient les principaux ressorts du mobutisme », proclame Langellier.
Les ambivalences du personnage
Raconté avec brio, ce récit de la vie du dictateur de l’Afrique centrale se lit comme un roman picaresque, qui met à nu les excès de son héros et sa mégalomanie. L’originalité du portrait que brosse l’auteur réside toutefois dans l’ambivalence du personnage. La personnalité de Mobutu ne se réduit pas aux brutalités de son exercice du pouvoir ni à son avidité au gain.
Le récit souligne aussi son sens de la stratégie dont témoignent les nationalisations à la fin des années 1960 des entreprises minières tenues par les anciens colonisateurs, la « zaïrisation » de l’économie et de la culture et, last but not least, les initiatives consistant à organiser des événements de premier plan tel que le match de boxe en octobre 1974 opposant champions du monde Mohammed Ali et Georges Foreman qui plaça le Zaïre sur la carte du monde. En accueillant ce match à Kinshasa, Mobutu voulait montrer au monde entier que, écrit son biographe, « son peuple vit dans la dignité et la fierté d’être africain ».
Il n’en reste pas moins que les trente années de règne de Mobutu ont plongé son pays dans le chaos dont le Zaïre devenu la République démocratique du Congo a encore du mal à s’arracher.
« Mais les Congolais qui pardonnent facilement ont pardonné à Mobutu ses excès et ses brutalités pour ne se souvenir que de son intelligence et de son charisme », soutient Jean-Pierre Langellier qui clôt sa biographie toutefois sur un regret. « On rêve à ce qu’aurait pu devenir son pays si Mobutu avait réussi son rendez-vous avec l’histoire en canalisant, pour le meilleur, l’énergie positive et le génie créatif hors pair du peuple congolais.»
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png



Retour à la liste Petites annonces / Evénements, Formations, Conférences & Eglises  
mediacongo
Auteur : Prof. Dr.Robert KIKIDI

Code MediaCongo : WE8J2GQ
  Voir toutes ses annonces   Voir son profil

Biographie du Maréchial Mobutu le dictateur ami des démocrates occidentaux

Postée le: 10.06.2019
Ville : KINSHASA
Description

Biographie du Maréchial Mobutu le dictateur ami des démocrates occidentaux

Nous avons 21 ans que l'AFDL conduit le Nationaliste-Lumumbiste Mzée Laurent-Désiré Kabila prenaient d’assaut de FIZI Baraka, passant toutes les provinces d'Est,du Centre et de l'Ouest jusqu'qu'à la capitale de la RDC, l'ex. Zaïre, Kinshasa, Chassant du pouvoir d'Etat l'homme fort à la tête du pays, le Président Maréchal Mobutu Sese Seko qui aimait effectuer une croisière sur le fleuve Zaïre (Congo), s’est enfui vers son Kawele à Gbadolite au Nord Ubangi et puis au Maroc à Rabat où quelque mois plus tard, il est mort, sa dépouille mortelle y est encore là à ses cimetières loin de la RDC. C'était sans doute, la fin de la Dictature de l'homme aux toques de léopard, mais aussi l'accomplissement de sa prophétie du malheur qui disait qu'après lui, aura le déluge. A plus de vingt-un ans, cette date historique, on fait la réminiscence sur l’ambivalence du personnage Mobutu, à la fois Père de l'Unité Nationale et à la fois sanguinaire ainsi qu'à travers la biographie d'un dictateur-ami des démocrates des USA, de la France, de la Belgique, etc.

Oui, le 17 mai est une journée historique pour la République Démocratique du Congo, l’ex. Zaïre et les soldats. Espoir par la guerre Libération avec adhésion populaire d'en finir avec le Régine de la Gouvernance criminelle mais aussi, une journée de la déception de l'espoir perdu par la réinstallation après du même régime décrié par tous.

Deux décennies passées, jour pour jour tombait le régime du Maréchal Mobutu au terme de 32 années de règne sans partage des richesse et du bonheur avec le peuple congolais (Zaïrois) mais il est resté ami incontestable des soient disant démocrates européens, nous rappelle la pensée de Voltaire qui disait devant l'argent on a la même réligion. Ce jour-là, les Zaïrois(Congolais) fut en attente avec impatience la chute de l’homme aux invariables toques de léopard qui fut affaibli par sa maladie et surtout par l'Opposition dont l'UDPS, le PALU, le PRP et le FNLC. Sous la pression des rebelles de l'AFDL soutenus par la Coalition Rwando- et les Ougando-Burundaise, le Maréchal Mobutu avait pris la fuite vers ses terres à Kawele de Gdabolite, dans le Nord-Ouest du pays, aux confins de la République Centrafricaine, avant de partir s’installer dès le lendemain au Maroc où il sera éteint.

le Colonel devenu Maréchal plus tard est arrivé au pouvoir par un coup d’Etat militaire et il a été aussi chassé par Coup d'Etat de plus jeunes soldats" les KADOGO". Tous leurs coups d’Etat ont été financés par les mêmes Occidentaux. Bien qu'à l'époque, ces derniers voyaient en lui un rempart contre les communistes, l’homme qui a la terrorisé le pays, la RDC, éliminant méthodiquement ses opposants et spoliant le peuple; comme on a accusé les régimes qui l'ont succédé.


C’est cette histoire de la Gouvernance criminelle, de sang, de corruption et de pillage que je vous raconte plus que le journaliste Jean-Pierre Langellier dans la biographie consacrer au dictateur congolais, mort quelques mois seulement après son départ précipité de son pays. « Personnage haut en couleur, le Maréchal Mobutu impressionnait, se souvient l’auteur, par son intelligence qui lui a permis de s’ériger en un leader africain incontournable de son temps ». Ce sont ses rencontres avec ce chef d’Etat hors norme qui a conduit Jean-Pierre Langellier à se lancer dans le projet biographique du dictateur. « C’était d’autant plus passionnant à faire, explique l’auteur, qu’il n’existait pas de biographie complète de l’homme, de son enfance à son exil au Maroc ».

Qui était Mobutu selon les services de renseignements européens?

La première biographie complète de l'ancien homme fort de la RDC (anciennement le Zaïre), remonte jusqu’à son enfance à Lisala, dans la province de Gemena l'un des EX.Districts de l'ex Province de l'Equateur.

Qui était Mobutu ou Mohutu ?

Né vers 1930 dans une famille modeste, de père Ngbemana transformé en ligala à gbemani, qui est en fait un hutu Rwandais qui est venu travaillé aux hévéas à Lisala - Gemena, qui fut le frère ainé de Bisengimana ,le puissant Dircab de Mobutu et Habiarynama ancien Président Rwandais abattus par le missile tiré par Paul Kagame actuel Président rwandais. La Gazette Belge signale que sa mère fut morte de la fièvre jaune « négro vomito », elle est originaire du Rwanda comme son Géniteur et non pas de la RCA. Son père a sollicité l’aide de l’Eglise catholique pour la prise en charge de son fils « Mohutu » transformé en ngbandi Mobutu. Et une jeune dame Yemo de a tribut ngbandi et de la famille de Lito, une Catéchiste accepte de le prendre en charge avec ceux deux fils l’homme qui s’est construit seul, puisant ses modèles notamment dans les livres. C’était, selon Albert Henri Buisine, le Belge qui fut Chef de sa Maison Civile, un gros consommateur de livres d’histoire, surtout des biographies de Napoléon et de Charles de Gaulle. Son livre préféré était toutefois Le Prince de Machiavel, ce qui explique sans doute cette extraordinaire « intelligence stratégique » qui lui a permis de tenir tête aux stratèges américains et belges et tirer profit de l’opposition entre les différents protagonistes de la Guerre froide.
Peu de gens savent qu’avant d’être un dictateur sanguinaire, l’homme était journaliste de métier et gagnait sa vie en racontant les heurs et malheurs du Congo colonial dans les pages des journaux belges consacrés à la colonie. « Les rares biographies de Mobutu qui existent ne remontent pas avant l’indépendance du Congo en 1960 et leurs auteurs oublient de rappeler que l’homme était un journaliste qui avait mal tourné », déclare Jean-Pierre Langellier qui a lu les 200 articles que le journaliste Mobutu avait produits dans une première vie, ce qui laissait sans doute déjà entrevoir ses affinités idéologiques et politiques.
Les grandes étapes de la vie de Mobutu sont connues. Il est entré dans la vie politique en tant qu’ami et confident de 3 mois éphémère Premier Premier ministre du Congo indépendant, Patrice Lumumba, avant de s’imposer en profitant des rivalités entre le Premier ministre et le Président. Il a surtout profité des craintes de la Belgique, l’ex-puissance coloniale, de voir sa mainmise sur les immenses ressources du Congo mise en cause à court terme par le pouvoir postcolonial. Il sera aussi son bourreau.
Le biographe de Mobutu raconte aussi comment son protagoniste fut très vite repéré par la CIA qui l’a instrumentalisé dans sa « guerre froide » contre les communistes. Le long règne de Mobutu a été aussi marqué par des atrocités commises contre les opposants au régime notamment l’assassinat de l’opposant et combattant de la liberté Pierre Mulele en 1967, le massacre des étudiants du campus de Lubumbashi en 1991 par l’opération « Lititi Mboka » et la corruption qui avait atteint des proportions jamais égalées ailleurs en Afrique. « La terreur et l’argent étaient les principaux ressorts du mobutisme », proclame Langellier.
Les ambivalences du personnage
Raconté avec brio, ce récit de la vie du dictateur de l’Afrique centrale se lit comme un roman picaresque, qui met à nu les excès de son héros et sa mégalomanie. L’originalité du portrait que brosse l’auteur réside toutefois dans l’ambivalence du personnage. La personnalité de Mobutu ne se réduit pas aux brutalités de son exercice du pouvoir ni à son avidité au gain.
Le récit souligne aussi son sens de la stratégie dont témoignent les nationalisations à la fin des années 1960 des entreprises minières tenues par les anciens colonisateurs, la « zaïrisation » de l’économie et de la culture et, last but not least, les initiatives consistant à organiser des événements de premier plan tel que le match de boxe en octobre 1974 opposant champions du monde Mohammed Ali et Georges Foreman qui plaça le Zaïre sur la carte du monde. En accueillant ce match à Kinshasa, Mobutu voulait montrer au monde entier que, écrit son biographe, « son peuple vit dans la dignité et la fierté d’être africain ».
Il n’en reste pas moins que les trente années de règne de Mobutu ont plongé son pays dans le chaos dont le Zaïre devenu la République démocratique du Congo a encore du mal à s’arracher.
« Mais les Congolais qui pardonnent facilement ont pardonné à Mobutu ses excès et ses brutalités pour ne se souvenir que de son intelligence et de son charisme », soutient Jean-Pierre Langellier qui clôt sa biographie toutefois sur un regret. « On rêve à ce qu’aurait pu devenir son pays si Mobutu avait réussi son rendez-vous avec l’histoire en canalisant, pour le meilleur, l’énergie positive et le génie créatif hors pair du peuple congolais.»
mediacongo
mediacongo
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
right
Annnonce Suivante : FELICITATION AUX COMBATTANTS DE L'UDPS
left
Annonce Précédente : Le fruit de l'Esprit : la bonté (7)