mediacongo.net - Petites annonces - Trois Personnes dans l’unité d’un seul Dieu : Le Saint Esprit, sa divinité

Trois Personnes dans l’unité d’un seul Dieu : Le Saint Esprit, sa divinité

Occupons-nous maintenant de la troisième Personne de la Trinité. C’est ainsi que l’on désigne par un seul mot le mystère insondable de l’existence de trois Personnes dans l’unité d’un seul Dieu.
Plusieurs passages de l’Écriture nous montrent l’Esprit Saint comme une Personne divine. Il est l’énergie toute-puissante qui agit dans tout acte créateur. Ainsi nous le voyons, lorsque la terre était désolation et vide, planer sur la face des eaux (Genèse 1:2). Élihu dit à Job : « L’Esprit de Dieu m’a fait » (Job 33:4), et le psalmiste proclame : « Tu envoies ton Esprit ; ils sont créés » (Ps. 104:30). Dans la vision des os secs rappelés à la vie, Ézéchiel prophétise en disant : « Esprit, viens des quatre vents, et souffle sur ces tués, et qu’ils vivent » ; puis le Seigneur, l’Éternel, explique la vision. Ces os sont le peuple d’Israël, maintenant dans la mort, mais que l’Esprit de Dieu réveillera et ranimera : « Je mettrai mon Esprit en vous, dit l’Éternel, et vous vivrez » (Ézéch. 37:9, 14.) C’est l’Esprit de Dieu qui opère la nouvelle naissance, créant dans le croyant une nouvelle nature (Jean 3:5-8). C’est l’Esprit de l’Éternel qui contestait avec les hommes rebelles au temps de Noé, et cet Esprit était aussi l’Esprit de Christ (Genèse 6:3 et 1 Pierre 3:18-20). C’était l’Esprit de l’Éternel qui était en Moïse et Josué et qui animait les hommes forts qui délivraient Israël. Il était aussi sur les prophètes pour les faire parler ou pour leur montrer des visions de Dieu. (Nomb. 11:17, 29 ; 27:18 ; Juges 3:10 ; 11:29 ; 14:6 ; 2 Chron. 20:14 ; Ézéch. 3:12, 14 ; 11:24 ; Michée 3:8 ; Aggée 2:5).
Ces passages de l’Ancien Testament nous font voir l’Esprit de Dieu comme une Personne agissante ; mais c’est dans le Nouveau Testament qu’il apparaît d’une manière distincte comme telle, exerçant son action sur les hommes et en eux. Nous apprenons d’abord que c’est lui qui forme en Marie le corps de l’enfant saint qui devait naître d’elle : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la Puissance du Très-haut te couvrira de son ombre ; c’est pourquoi aussi la sainte chose qui naîtra, sera appelée Fils de Dieu » (Luc 1:35). C’est ‘Esprit Saint qui, de même qu’il agissait dans les Prophètes, animait aussi les saints qui attendaient le Messie, comme Élisabeth, Zacharie, Siméon (Luc 1:41, 42, 67 ; 2:25, 26). Ensuite, comme nous l’avons vu, l’Esprit Saint descend sur Jésus à son baptême, et Jésus, rempli de l’Esprit Saint, est conduit par lui au désert pour être tenté par le diable (Luc 4:1). Ensuite il commence son ministère « dans la puissance de l’Esprit » » (Luc 4:14 ; Actes 10:38). Tous ces passages nous montrent bien l’Esprit Saint comme une Personne qui agit et opère. C’était aussi par l’Esprit Saint que Jésus chassait les démons (Matt. 12:28) ; c’est par l’Esprit qu’il a été ressuscité (1 Pierre 3:18), et après sa résurrection, c’est par l’Esprit Saint qu’il donne ses ordres aux apôtres (Actes 1:2).
Mais le Seigneur avait promis à ses disciples de leur envoyer le Consolateur, l’Esprit de vérité, pour être avec eux éternellement. L’Esprit Saint devait remplacer pour eux et auprès d’eux Christ monté au ciel. C’était donc une Personne divine, mais non pas visible comme Christ l’avait été. Le monde avait vu Jésus, l’avait entendu, mais l’avait haï et rejeté. L’Esprit Saint, tout aussi réellement une Personne que Christ, ne pouvait être vu ni reçu par le monde ; Il devait être avec les disciples et en eux (Jean 14:16, 17). Comme le Père avait donné Christ, ainsi il donnait l’Esprit Saint ; il l’envoyait (Jean 14:26), est-il dit ; or cela ne peut se dire que d’une Personne. Le Seigneur dit bien aussi qu’il l’enverra, mais, comme l’explique l’apôtre Pierre, Christ reçoit de la part du Père l’Esprit Saint promis, et l’envoie aux siens (Jean 15:26 ; 16:7 ; Actes 2:33). Et ce qui nous fait voir encore que l’Esprit Saint est bien une Personne, c’est que le Seigneur dit que lorsqu’il sera venu, il enseignera ses disciples, et leur rappellera les choses que Jésus a dites ; il les conduira dans la vérité, il leur annoncera les choses à venir (Jean 14:26 ; 16:13).
C’est dans les Actes surtout, où nous voyons s’accomplir ce que Jésus avait promis à ses disciples, qu’apparaît encore plus distinctement le fait que l’Esprit Saint est une Personne divine et que nous pouvons contempler son activité. Il descend sur les disciples le jour de la Pentecôte, « et ils furent tous remplis de l’Esprit Saint ». Aussitôt sa présence en eux se manifeste par des miracles qu’il opère, par les dons qu’il confère, par le courage dont il anime ces hommes auparavant si lâches et timides, par la puissance qu’il communique à leurs paroles, par la vie sainte qu’il produit en ceux qui les reçoivent (Actes 2:4 ; 3:6, 7 ; 4:8 ; 2:42-47 ; 4:32-37). Là aussi le titre de Dieu lui est positivement donné. Ananias a menti à l’Esprit Saint qui était dans les apôtres et dans l’Assemblée, mais plus loin Pierre lui dit : « Tu n’as pas menti aux hommes, mais à Dieu » (Actes 5:3, 4).
Dans la suite du récit des Actes, l’Esprit Saint se montre avec une entière évidence comme une Personne distincte qui agit, envoie et conduit. Il dit à Antioche : « Mettez-moi maintenant à part Barnabas et Saul, pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés », et étant « envoyés par l’Esprit Saint », ils partirent (Actes 13:2, 4). Lors du second voyage de Paul, lui et ses compagnons voulaient annoncer la Parole en Asie, mais ils en sont empêchés par l’Esprit Saint ; pensant alors se diriger vers la Bithynie, l’Esprit de Jésus ne le leur permit pas (Actes 16:6, 7). Dans ces différentes occasions, nous voyons l’Esprit Saint agir comme une Personne. Il en est de même dans les épîtres, par exemple dans le douzième chapitre de la première épître aux Corinthiens, où nous lisons que c’est l’Esprit qui distribue les dons de grâce comme il lui plaît (1 Cor. 12:4, 11).
Il y aurait encore bien des choses à dire sur l’Esprit Saint, sur l’œuvre de cette troisième Personne de la Trinité dans les croyants et sur son action dans les cœurs, mais bornons-nous pour le présent à méditer avec soin les passages cités et cette grande vérité que la parole de Dieu nous enseigne, que l’Esprit Saint est une réelle Personne divine ; de même que le Père est Dieu, que le Fils est Dieu, l’Esprit aussi est Dieu.
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png



Retour à la liste Petites annonces / Evénements, Formations, Conférences & Eglises  
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.

Trois Personnes dans l’unité d’un seul Dieu : Le Saint Esprit, sa divinité

Postée le: 10.12.2019
Ville : LUBUMBASHI
Description

Occupons-nous maintenant de la troisième Personne de la Trinité. C’est ainsi que l’on désigne par un seul mot le mystère insondable de l’existence de trois Personnes dans l’unité d’un seul Dieu.
Plusieurs passages de l’Écriture nous montrent l’Esprit Saint comme une Personne divine. Il est l’énergie toute-puissante qui agit dans tout acte créateur. Ainsi nous le voyons, lorsque la terre était désolation et vide, planer sur la face des eaux (Genèse 1:2). Élihu dit à Job : « L’Esprit de Dieu m’a fait » (Job 33:4), et le psalmiste proclame : « Tu envoies ton Esprit ; ils sont créés » (Ps. 104:30). Dans la vision des os secs rappelés à la vie, Ézéchiel prophétise en disant : « Esprit, viens des quatre vents, et souffle sur ces tués, et qu’ils vivent » ; puis le Seigneur, l’Éternel, explique la vision. Ces os sont le peuple d’Israël, maintenant dans la mort, mais que l’Esprit de Dieu réveillera et ranimera : « Je mettrai mon Esprit en vous, dit l’Éternel, et vous vivrez » (Ézéch. 37:9, 14.) C’est l’Esprit de Dieu qui opère la nouvelle naissance, créant dans le croyant une nouvelle nature (Jean 3:5-8). C’est l’Esprit de l’Éternel qui contestait avec les hommes rebelles au temps de Noé, et cet Esprit était aussi l’Esprit de Christ (Genèse 6:3 et 1 Pierre 3:18-20). C’était l’Esprit de l’Éternel qui était en Moïse et Josué et qui animait les hommes forts qui délivraient Israël. Il était aussi sur les prophètes pour les faire parler ou pour leur montrer des visions de Dieu. (Nomb. 11:17, 29 ; 27:18 ; Juges 3:10 ; 11:29 ; 14:6 ; 2 Chron. 20:14 ; Ézéch. 3:12, 14 ; 11:24 ; Michée 3:8 ; Aggée 2:5).
Ces passages de l’Ancien Testament nous font voir l’Esprit de Dieu comme une Personne agissante ; mais c’est dans le Nouveau Testament qu’il apparaît d’une manière distincte comme telle, exerçant son action sur les hommes et en eux. Nous apprenons d’abord que c’est lui qui forme en Marie le corps de l’enfant saint qui devait naître d’elle : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la Puissance du Très-haut te couvrira de son ombre ; c’est pourquoi aussi la sainte chose qui naîtra, sera appelée Fils de Dieu » (Luc 1:35). C’est ‘Esprit Saint qui, de même qu’il agissait dans les Prophètes, animait aussi les saints qui attendaient le Messie, comme Élisabeth, Zacharie, Siméon (Luc 1:41, 42, 67 ; 2:25, 26). Ensuite, comme nous l’avons vu, l’Esprit Saint descend sur Jésus à son baptême, et Jésus, rempli de l’Esprit Saint, est conduit par lui au désert pour être tenté par le diable (Luc 4:1). Ensuite il commence son ministère « dans la puissance de l’Esprit » » (Luc 4:14 ; Actes 10:38). Tous ces passages nous montrent bien l’Esprit Saint comme une Personne qui agit et opère. C’était aussi par l’Esprit Saint que Jésus chassait les démons (Matt. 12:28) ; c’est par l’Esprit qu’il a été ressuscité (1 Pierre 3:18), et après sa résurrection, c’est par l’Esprit Saint qu’il donne ses ordres aux apôtres (Actes 1:2).
Mais le Seigneur avait promis à ses disciples de leur envoyer le Consolateur, l’Esprit de vérité, pour être avec eux éternellement. L’Esprit Saint devait remplacer pour eux et auprès d’eux Christ monté au ciel. C’était donc une Personne divine, mais non pas visible comme Christ l’avait été. Le monde avait vu Jésus, l’avait entendu, mais l’avait haï et rejeté. L’Esprit Saint, tout aussi réellement une Personne que Christ, ne pouvait être vu ni reçu par le monde ; Il devait être avec les disciples et en eux (Jean 14:16, 17). Comme le Père avait donné Christ, ainsi il donnait l’Esprit Saint ; il l’envoyait (Jean 14:26), est-il dit ; or cela ne peut se dire que d’une Personne. Le Seigneur dit bien aussi qu’il l’enverra, mais, comme l’explique l’apôtre Pierre, Christ reçoit de la part du Père l’Esprit Saint promis, et l’envoie aux siens (Jean 15:26 ; 16:7 ; Actes 2:33). Et ce qui nous fait voir encore que l’Esprit Saint est bien une Personne, c’est que le Seigneur dit que lorsqu’il sera venu, il enseignera ses disciples, et leur rappellera les choses que Jésus a dites ; il les conduira dans la vérité, il leur annoncera les choses à venir (Jean 14:26 ; 16:13).
C’est dans les Actes surtout, où nous voyons s’accomplir ce que Jésus avait promis à ses disciples, qu’apparaît encore plus distinctement le fait que l’Esprit Saint est une Personne divine et que nous pouvons contempler son activité. Il descend sur les disciples le jour de la Pentecôte, « et ils furent tous remplis de l’Esprit Saint ». Aussitôt sa présence en eux se manifeste par des miracles qu’il opère, par les dons qu’il confère, par le courage dont il anime ces hommes auparavant si lâches et timides, par la puissance qu’il communique à leurs paroles, par la vie sainte qu’il produit en ceux qui les reçoivent (Actes 2:4 ; 3:6, 7 ; 4:8 ; 2:42-47 ; 4:32-37). Là aussi le titre de Dieu lui est positivement donné. Ananias a menti à l’Esprit Saint qui était dans les apôtres et dans l’Assemblée, mais plus loin Pierre lui dit : « Tu n’as pas menti aux hommes, mais à Dieu » (Actes 5:3, 4).
Dans la suite du récit des Actes, l’Esprit Saint se montre avec une entière évidence comme une Personne distincte qui agit, envoie et conduit. Il dit à Antioche : « Mettez-moi maintenant à part Barnabas et Saul, pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés », et étant « envoyés par l’Esprit Saint », ils partirent (Actes 13:2, 4). Lors du second voyage de Paul, lui et ses compagnons voulaient annoncer la Parole en Asie, mais ils en sont empêchés par l’Esprit Saint ; pensant alors se diriger vers la Bithynie, l’Esprit de Jésus ne le leur permit pas (Actes 16:6, 7). Dans ces différentes occasions, nous voyons l’Esprit Saint agir comme une Personne. Il en est de même dans les épîtres, par exemple dans le douzième chapitre de la première épître aux Corinthiens, où nous lisons que c’est l’Esprit qui distribue les dons de grâce comme il lui plaît (1 Cor. 12:4, 11).
Il y aurait encore bien des choses à dire sur l’Esprit Saint, sur l’œuvre de cette troisième Personne de la Trinité dans les croyants et sur son action dans les cœurs, mais bornons-nous pour le présent à méditer avec soin les passages cités et cette grande vérité que la parole de Dieu nous enseigne, que l’Esprit Saint est une réelle Personne divine ; de même que le Père est Dieu, que le Fils est Dieu, l’Esprit aussi est Dieu.
mediacongo
mediacongo
AVIS AUX UTILISATEURS Les "petites annonces" sont publiées librement et gratuitement par leurs auteurs qui en sont respectivement responsables. mediacongo.net s’efforce de supprimer tout contenu abusif. Veuillez néanmoins faire attention, en particulier lors d’une éventuelle transaction.
right
Annnonce Suivante : LA DIRECTION GENERALE D-UNE ENTREPRISE
left
Annonce Précédente : OPS VIGNETTE : ESCROQUERIE DE FBN BANK ET DGRK KINSHASA