mediacongo.net - Appel d'offres - Recrutement des Partenaires locaux d’exécution dans le cadre du projet de « Relance économique et de réduction de la pauvreté en réponse aux effets de la Covid-19 dans les territoires de Uvira-Walungu-Idjwi-Kalehe-Kabare

Recrutement des Partenaires locaux d’exécution dans le cadre du projet de « Relance économique et de réduction de la pauvreté en réponse aux effets de la Covid-19 dans les territoires de Uvira-Walungu-Idjwi-Kalehe-Kabare

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE

APPEL A PROPOSITIONS DE PROJETS POUR LE RECRUTEMENT DES PARTENAIRES LOCAUX D’EXÉCUTION DANS LE CADRE DU PROJET DE « RELANCE ECONOMIQUE ET DE REDUCTION DE LA PAUVRETÉ EN RÉPONSE AUX EFFETS DE LA COVID-19 DANS LES TERRITOIRES DE UVIRA - WALUNGU - IDJWI - KALEHE – KABARE » / PROVINCE DU SUD KIVU

CONTEXTE ET DESCRIPTION DU PROJET.

La Coopération Suisse a développé un programme d’une portée sous régionale/ pays de Grands Lacs, pour pallier les effets de la pandémie COVID-19.  Ce programme a pour objectif global de contribuer à la relance des activités économiques par le renforcement des capacités techniques et financières des opérateurs locaux et à la réduction de la pauvreté par l’appui aux ménages les plus pauvres affectés par les effets du COVID-19.

Pour la matérialisation de ce programme en RDC, la Coopération Suisse a souhaité travailler en collaboration avec le PNUD en mode cost sharing.

Ainsi, les activités du projet seront développées dans la Province du Sud Kivu, avec une zone d’intervention couvrant cinq territoires, notamment les Territoires d’Uvira, Walungu, Kabare, Kalehe et Idjwi.

Ce projet s’adresse à 14.926 ménages des populations pauvres de 8 groupements des territoires précités, dont les conditions de vie sont précaires et caractérisées par de faibles productions agricoles, l’insécurité alimentaire, la malnutrition et le chômage. Depuis bientôt plus 24 mois, la pandémie de la COVID-19 a aggravé le niveau de fragilité de la population, ruiné plusieurs familles et handicapé la plupart des initiatives économiques régionales en matière d’échanges commerciaux internes et entre la RDC, le Rwanda et le Burundi. A la suite de cette pandémie, les moyens de production agricole ont été réduits, les emplois suspendus, les relations commerciales transfrontalières interrompues, le coût de transport de petits marchands haussés, les revenus baissées, le niveau de pauvreté dépassant un seuil tolérable d’un repas par jour et souvent incomplet sur le plan nutritionnel.

La COVID-19 a anéanti pas mal de systèmes de production formels et informels, et mis à mal le niveau de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages vulnérables à l’échelle provinciale, nationale et même mondiale. Il s’agit des effets de l’aggravation de la vulnérabilité et de la pauvreté de suite de la COVID -19 que les DDC/Suisse- PNUD voudraient bien atténuer afin de redonner des conditions de subsistance acceptables aux communautés de 8 groupements des 5 territoires précités.

D’une manière explicite, 90% de la population vivait des revenus agricoles dont les activités ont été réduites en raison des capacités insuffisantes d’investissement dans les travaux de production agricole et dans le développement des chaines de valeur de différentes spéculations à savoir ; la transformation, la conservation/conditionnement et la commercialisation des produits agricoles
Les échanges transfrontaliers ont été suspendus occasionnant les faillites de petits commerçant/es qui en dépendaient et l’arrêt de la circulation de l’argent. Seulement 100 personnes regroupées en Organisations Paysannes (OP) et coopératives agricoles sélectionnées échangent les produits de crise et de première nécessité avec les pays voisins.

Cette situation a compliqué davantage les conditions d’existence fragiles et développé une insécurité alimentaire au sein des plusieurs ménages appelés à s’adapter aux évènements exceptionnels, dont les effets négatifs sont les vols, la diminution du nombre de repas par jour, et des comportements inhabituels au sein des communautés.

Partant de ce constat, la pauvreté a exposé les populations à la vulnérabilité autant que la vulnérabilité expose les populations à la pauvreté et aux risques de la COVID-19, car cette pandémie s’attaque principalement aux personnes présentant une faible immunité (âge avancé- 60ans, maladies chroniques.) dont celle dépendante du manque d’une l’alimentation complète et équilibrée.

Dans la zone d’intervention, seules les AVEC fournissent un effort considérable pour appuyer les nécessiteux moyennant 10% d’intérêt sur 3 mois. Ceci pèse sur la capacité de l’agriculteur incertain de produire assez pour payer la dette, honorer ses intérêts, assurer la subsistance aux membres de la famille, subvenir à d’autres besoins autre que l’alimentation (santé, éducation, habillement, produits de première nécessité) et économiser pour les saisons de culture suivantes (semences, alimentation.). Il s’en suit des faibles productions et des faibles revenus ainsi que l’incapacité d’épargner pour la plupart des ménages.

Afin de stimuler la production agricole qui est en même temps la principale source alimentaire et de revenus de la population, la DDC et le PNUD voudraient mettre à la disposition de ces couches vulnérables, un fonds de crédit agricole accessible à 3000 producteurs agricoles regroupés dans 100 Organisations Paysannes (OP) et 8 Coopératives agricoles, le renforcement des capacités de 3 IMFs, et 3 associations locales,300 opérateurs économiques impliqués dans la valorisation commerciale de différents produits agricoles.

Stratégie de réponse du projet

Ce projet voudrait s’appuyer sur les capacités locales de résilience et de relèvement communautaire pour redynamiser les économies des ménages, à travers l’appui à la production agricole, l’appui aux opérateurs économiques locaux impliqués dans les petites activités de commerce local et transfrontalier des produits agricoles ainsi que la création d’emplois HIMO pour le développement des activités génératrices des revenus.

Cela passe par la mise en place d’un dispositif de garantie financière qui offre aux agriculteurs l’opportunité d’accéder aux crédits agricoles susceptible de couvrir les travaux d’investissements agricoles et d’élevage, l’acquisition des semences et intrants agricoles et permettre l’augmentation de la productivité et de la production. L’accès à ces crédits permettra également aux OP, IMF, Coopératives à offrir leurs services sous l’encadrement des partenaires techniques notamment les ONG nationales.   

Dans le domaine de création d’emplois, les efforts seront mis sur la création d’emplois temporaires à travers la réhabilitation des ouvrages communautaires comme les routes de desserte agricoles pour favoriser la réinsertion socioéconomique des chômeurs, l’évacuation des produits agricoles, les échanges communautaires et le développement des activités génératrices de revenus.

Dans le domaine d’appui à la production agricole proprement dit, le projet fera recours aux ONG locales pour l’encadrement technique des agriculteurs réunis au sein des organisations paysannes (OP). Les ONG faciliteront la fourniture d’intrants agricoles, la production et la multiplication des matériels végétaux., l’application des techniques agricoles les plus rationnelles et des appuis conseils spécifiques.

Les coopératives retenues seront appelées à encadrer les petit/es commerçant/es des produits agricoles porteurs d’intérêts financiers aux ménages pauvres.

A l’aide du fonds de garantie, des incitations seront accordées pour la promotion des acteurs individuels ou collectifs organisés en Organisations paysannes ou coopératives, et petites et moyennes entreprises rurales. Cela passe par l’assouplissement des conditions d’accès au crédit agricole et allégeant sensiblement des intérêts sur les crédits contractés (intérêt bonifié/symbolique) et en réservant forfaitairement un pourcentage de commission aux Institutions de Microfinances (IMFs) à titre des coûts de gestion des fonds transférés.
C’est ainsi que le PNUD entend développer un partenariat avec des ONGs Nationales remplissant les critères d’éligibilité et de technicité pour appuyer la mise en œuvre des activités favorisant l’accompagnement technique des producteurs agricoles regroupés au sein des Organisations Paysannes et la création d'emplois temporaires à travers des activités de Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO) /volet réhabilitation des infrastructures communautaires selon l'approche fondée sur le travail.

A.1. Objectifs et Résultats attendu du présent appel à projet

A.1.1. Objectif global

L’objectif global du présent appel à proposition des projets à coût fixe est d’identifier, dans le cadre du : projet de «  Relance Economique et Reduction de la pauvreté en réponse aux effets de la Covid -19 dans les Territoires de Walungu-Uvira-Idjwi-Kalehe- Kabare », des ONGs partenaires pour la mise en œuvre des activités de ce projet.  La cible à couvrir par ces activités concerne 3000 producteurs agricoles regroupés dans 100 Organisations Paysannes (OP), 8 Coopératives et 300 opérateurs économiques impliqués dans la valorisation commerciale de différents produits agricoles.

A.1.2 Objectifs spécifiques 

Les projets attendus des soumissionnaires seront alignés sur les objectifs spécifiques ci-dessous

a. Accompagner les acteurs de développement locaux ainsi que les populations à participer à la recherche et à la mise en œuvre des solutions aux besoins exprimés par les opérateurs agricoles locaux pour améliorer leur productivité, résilience et développement local.

b. Créer de l’emploi et relancer les activités agricoles en faveur des initiatives locales affectées par la crise de la COVID -19.

A.1.3 Résultats/Produits attendus

Trois Produits sont attendus de ce partenariat.

Produit 1 : Les solutions innovatrices des opérateurs agricoles servant à répondre aux besoins des communautés locales sont mis en place.

Produit 2 : Les fonds de garantie placés dans les institutions de microfinance (IMFs) et coopératives locales pour faciliter l’accès aux crédits aux producteurs locaux et autres opérateurs économiques.

Produit 3 : Les appuis directs en matériels et équipements agricoles lourds sont accordés aux OP et l’appui à la création d’emplois sous forme de HIMO (travail contre salaire) aux couches les plus pauvres et vulnérables.

A.1.4 Description des tâches

NB : La zone de couverture de ce projet est subdivisée en trois axes. Les paquets d’activités destinés à chaque axe constitue un lot.  Les axes couvrent différentes Entités administratives. Ci-dessous les axes d’intervention :

Les soumissionnaires intéressés doivent transmettre leurs dossiers Par e-mail à soumissions.cd@undp.org   avec mention de la référence et intitulé du dossier « 191/RPP/RELANCE ECONOMIQUE/2022 -Sélection Des Partenaires Locaux D’exécution Dans Le Cadre Du Projet De « Relance Economique Et De Reduction De La Pauvreté En Réponse Aux Effets De La Covid-19 Dans Les Territoires De Uvira - Walungu - Idjwi - Kalehe – Kabare » / PROVINCE DU SUD KIVU au plus tard le mercredi  1er juin 2022 à 23 heures.

Les offres doivent être envoyées par e-mail et en deux fichiers séparés. Le premier fichier contiendra l’offre technique (voir l’annexe 1) et le second fichier contiendra l’offre financière (voir l’annexe 2).

Toute question de clarification doit être adressée par e-mail à (soumission.info@undp.org), tout en mentionnant en objet du message l’intitulé du dossier tel que repris ci-haut. Les questions peuvent être soumises avant la date de clôture. Les questions doivent être posées par courrier électronique, à l’adresse ci-dessus. 

Veuillez noter qu´il est obligatoire d´indiquer cette référence dans l´objet du message. Les propositions transmises sans indiquer la référence correcte du dossier pourraient ne pas être prises en compte. 

 

Cliquez ici pour télécharger le document complet - DOC

Cliquez ici pour télécharger l'Annexe 1 - DOC

Cliquez ici pour télécharger l'Annexe 2 - XLSX

Sud-Kivu
https://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png
2022-05-22



Retour à la liste Appel d'offres
Publiée le 11/05/2022

Recrutement des Partenaires locaux d’exécution dans le cadre du projet de « Relance économique et de réduction de la pauvreté en réponse aux effets de la Covid-19 dans les territoires de Uvira-Walungu-Idjwi-Kalehe-Kabare

Lieu

Sud-Kivu ()

Description

Le poste

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE

APPEL A PROPOSITIONS DE PROJETS POUR LE RECRUTEMENT DES PARTENAIRES LOCAUX D’EXÉCUTION DANS LE CADRE DU PROJET DE « RELANCE ECONOMIQUE ET DE REDUCTION DE LA PAUVRETÉ EN RÉPONSE AUX EFFETS DE LA COVID-19 DANS LES TERRITOIRES DE UVIRA - WALUNGU - IDJWI - KALEHE – KABARE » / PROVINCE DU SUD KIVU

CONTEXTE ET DESCRIPTION DU PROJET.

La Coopération Suisse a développé un programme d’une portée sous régionale/ pays de Grands Lacs, pour pallier les effets de la pandémie COVID-19.  Ce programme a pour objectif global de contribuer à la relance des activités économiques par le renforcement des capacités techniques et financières des opérateurs locaux et à la réduction de la pauvreté par l’appui aux ménages les plus pauvres affectés par les effets du COVID-19.

Pour la matérialisation de ce programme en RDC, la Coopération Suisse a souhaité travailler en collaboration avec le PNUD en mode cost sharing.

Ainsi, les activités du projet seront développées dans la Province du Sud Kivu, avec une zone d’intervention couvrant cinq territoires, notamment les Territoires d’Uvira, Walungu, Kabare, Kalehe et Idjwi.

Ce projet s’adresse à 14.926 ménages des populations pauvres de 8 groupements des territoires précités, dont les conditions de vie sont précaires et caractérisées par de faibles productions agricoles, l’insécurité alimentaire, la malnutrition et le chômage. Depuis bientôt plus 24 mois, la pandémie de la COVID-19 a aggravé le niveau de fragilité de la population, ruiné plusieurs familles et handicapé la plupart des initiatives économiques régionales en matière d’échanges commerciaux internes et entre la RDC, le Rwanda et le Burundi. A la suite de cette pandémie, les moyens de production agricole ont été réduits, les emplois suspendus, les relations commerciales transfrontalières interrompues, le coût de transport de petits marchands haussés, les revenus baissées, le niveau de pauvreté dépassant un seuil tolérable d’un repas par jour et souvent incomplet sur le plan nutritionnel.

La COVID-19 a anéanti pas mal de systèmes de production formels et informels, et mis à mal le niveau de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages vulnérables à l’échelle provinciale, nationale et même mondiale. Il s’agit des effets de l’aggravation de la vulnérabilité et de la pauvreté de suite de la COVID -19 que les DDC/Suisse- PNUD voudraient bien atténuer afin de redonner des conditions de subsistance acceptables aux communautés de 8 groupements des 5 territoires précités.

D’une manière explicite, 90% de la population vivait des revenus agricoles dont les activités ont été réduites en raison des capacités insuffisantes d’investissement dans les travaux de production agricole et dans le développement des chaines de valeur de différentes spéculations à savoir ; la transformation, la conservation/conditionnement et la commercialisation des produits agricoles
Les échanges transfrontaliers ont été suspendus occasionnant les faillites de petits commerçant/es qui en dépendaient et l’arrêt de la circulation de l’argent. Seulement 100 personnes regroupées en Organisations Paysannes (OP) et coopératives agricoles sélectionnées échangent les produits de crise et de première nécessité avec les pays voisins.

Cette situation a compliqué davantage les conditions d’existence fragiles et développé une insécurité alimentaire au sein des plusieurs ménages appelés à s’adapter aux évènements exceptionnels, dont les effets négatifs sont les vols, la diminution du nombre de repas par jour, et des comportements inhabituels au sein des communautés.

Partant de ce constat, la pauvreté a exposé les populations à la vulnérabilité autant que la vulnérabilité expose les populations à la pauvreté et aux risques de la COVID-19, car cette pandémie s’attaque principalement aux personnes présentant une faible immunité (âge avancé- 60ans, maladies chroniques.) dont celle dépendante du manque d’une l’alimentation complète et équilibrée.

Dans la zone d’intervention, seules les AVEC fournissent un effort considérable pour appuyer les nécessiteux moyennant 10% d’intérêt sur 3 mois. Ceci pèse sur la capacité de l’agriculteur incertain de produire assez pour payer la dette, honorer ses intérêts, assurer la subsistance aux membres de la famille, subvenir à d’autres besoins autre que l’alimentation (santé, éducation, habillement, produits de première nécessité) et économiser pour les saisons de culture suivantes (semences, alimentation.). Il s’en suit des faibles productions et des faibles revenus ainsi que l’incapacité d’épargner pour la plupart des ménages.

Afin de stimuler la production agricole qui est en même temps la principale source alimentaire et de revenus de la population, la DDC et le PNUD voudraient mettre à la disposition de ces couches vulnérables, un fonds de crédit agricole accessible à 3000 producteurs agricoles regroupés dans 100 Organisations Paysannes (OP) et 8 Coopératives agricoles, le renforcement des capacités de 3 IMFs, et 3 associations locales,300 opérateurs économiques impliqués dans la valorisation commerciale de différents produits agricoles.

Stratégie de réponse du projet

Ce projet voudrait s’appuyer sur les capacités locales de résilience et de relèvement communautaire pour redynamiser les économies des ménages, à travers l’appui à la production agricole, l’appui aux opérateurs économiques locaux impliqués dans les petites activités de commerce local et transfrontalier des produits agricoles ainsi que la création d’emplois HIMO pour le développement des activités génératrices des revenus.

Cela passe par la mise en place d’un dispositif de garantie financière qui offre aux agriculteurs l’opportunité d’accéder aux crédits agricoles susceptible de couvrir les travaux d’investissements agricoles et d’élevage, l’acquisition des semences et intrants agricoles et permettre l’augmentation de la productivité et de la production. L’accès à ces crédits permettra également aux OP, IMF, Coopératives à offrir leurs services sous l’encadrement des partenaires techniques notamment les ONG nationales.   

Dans le domaine de création d’emplois, les efforts seront mis sur la création d’emplois temporaires à travers la réhabilitation des ouvrages communautaires comme les routes de desserte agricoles pour favoriser la réinsertion socioéconomique des chômeurs, l’évacuation des produits agricoles, les échanges communautaires et le développement des activités génératrices de revenus.

Dans le domaine d’appui à la production agricole proprement dit, le projet fera recours aux ONG locales pour l’encadrement technique des agriculteurs réunis au sein des organisations paysannes (OP). Les ONG faciliteront la fourniture d’intrants agricoles, la production et la multiplication des matériels végétaux., l’application des techniques agricoles les plus rationnelles et des appuis conseils spécifiques.

Les coopératives retenues seront appelées à encadrer les petit/es commerçant/es des produits agricoles porteurs d’intérêts financiers aux ménages pauvres.

A l’aide du fonds de garantie, des incitations seront accordées pour la promotion des acteurs individuels ou collectifs organisés en Organisations paysannes ou coopératives, et petites et moyennes entreprises rurales. Cela passe par l’assouplissement des conditions d’accès au crédit agricole et allégeant sensiblement des intérêts sur les crédits contractés (intérêt bonifié/symbolique) et en réservant forfaitairement un pourcentage de commission aux Institutions de Microfinances (IMFs) à titre des coûts de gestion des fonds transférés.
C’est ainsi que le PNUD entend développer un partenariat avec des ONGs Nationales remplissant les critères d’éligibilité et de technicité pour appuyer la mise en œuvre des activités favorisant l’accompagnement technique des producteurs agricoles regroupés au sein des Organisations Paysannes et la création d'emplois temporaires à travers des activités de Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO) /volet réhabilitation des infrastructures communautaires selon l'approche fondée sur le travail.

A.1. Objectifs et Résultats attendu du présent appel à projet

A.1.1. Objectif global

L’objectif global du présent appel à proposition des projets à coût fixe est d’identifier, dans le cadre du : projet de «  Relance Economique et Reduction de la pauvreté en réponse aux effets de la Covid -19 dans les Territoires de Walungu-Uvira-Idjwi-Kalehe- Kabare », des ONGs partenaires pour la mise en œuvre des activités de ce projet.  La cible à couvrir par ces activités concerne 3000 producteurs agricoles regroupés dans 100 Organisations Paysannes (OP), 8 Coopératives et 300 opérateurs économiques impliqués dans la valorisation commerciale de différents produits agricoles.

A.1.2 Objectifs spécifiques 

Les projets attendus des soumissionnaires seront alignés sur les objectifs spécifiques ci-dessous

a. Accompagner les acteurs de développement locaux ainsi que les populations à participer à la recherche et à la mise en œuvre des solutions aux besoins exprimés par les opérateurs agricoles locaux pour améliorer leur productivité, résilience et développement local.

b. Créer de l’emploi et relancer les activités agricoles en faveur des initiatives locales affectées par la crise de la COVID -19.

A.1.3 Résultats/Produits attendus

Trois Produits sont attendus de ce partenariat.

Produit 1 : Les solutions innovatrices des opérateurs agricoles servant à répondre aux besoins des communautés locales sont mis en place.

Produit 2 : Les fonds de garantie placés dans les institutions de microfinance (IMFs) et coopératives locales pour faciliter l’accès aux crédits aux producteurs locaux et autres opérateurs économiques.

Produit 3 : Les appuis directs en matériels et équipements agricoles lourds sont accordés aux OP et l’appui à la création d’emplois sous forme de HIMO (travail contre salaire) aux couches les plus pauvres et vulnérables.

A.1.4 Description des tâches

NB : La zone de couverture de ce projet est subdivisée en trois axes. Les paquets d’activités destinés à chaque axe constitue un lot.  Les axes couvrent différentes Entités administratives. Ci-dessous les axes d’intervention :

  • AXE 1 (LOT1) :  LUVUNGI (Territoire d’Uvira), KAMANYOLA et LURHALA (Territoire de Walungu).
  •  AXE 2 (LOT2) : MUDAKA et ISHUNGU (Territoire de Kabare), BITALE (Territoire de Kalehe) et MBINGA NORD (Territoire de Kalehe)
  •  AXE 3 (LOT 3) : KIHUMBA (Chefferie de Rubenga/Idjwi Nord).

Les soumissionnaires intéressés doivent transmettre leurs dossiers Par e-mail à soumissions.cd@undp.org   avec mention de la référence et intitulé du dossier « 191/RPP/RELANCE ECONOMIQUE/2022 -Sélection Des Partenaires Locaux D’exécution Dans Le Cadre Du Projet De « Relance Economique Et De Reduction De La Pauvreté En Réponse Aux Effets De La Covid-19 Dans Les Territoires De Uvira - Walungu - Idjwi - Kalehe – Kabare » / PROVINCE DU SUD KIVU au plus tard le mercredi  1er juin 2022 à 23 heures.

Les offres doivent être envoyées par e-mail et en deux fichiers séparés. Le premier fichier contiendra l’offre technique (voir l’annexe 1) et le second fichier contiendra l’offre financière (voir l’annexe 2).

Toute question de clarification doit être adressée par e-mail à (soumission.info@undp.org), tout en mentionnant en objet du message l’intitulé du dossier tel que repris ci-haut. Les questions peuvent être soumises avant la date de clôture. Les questions doivent être posées par courrier électronique, à l’adresse ci-dessus. 

Veuillez noter qu´il est obligatoire d´indiquer cette référence dans l´objet du message. Les propositions transmises sans indiquer la référence correcte du dossier pourraient ne pas être prises en compte. 

 

Cliquez ici pour télécharger le document complet - DOC

Cliquez ici pour télécharger l'Annexe 1 - DOC

Cliquez ici pour télécharger l'Annexe 2 - XLSX

Contact

Société :PNUD

Site Internet :

Email :

right
APPEL D'OFFRE SUIVANT : Service de Location Salle
left
APPEL D'OFFRE Précédent : Recrutement de Services de Consultant pour la digitalisation de l'IDEF Passagers (GO-PASS)