mediacongo.net - Actualités - Guerre en Ukraine : les nouvelles sanctions contre la Russie plombent les marchés mondiaux



Retour Economie

Guerre en Ukraine : les nouvelles sanctions contre la Russie plombent les marchés mondiaux

Guerre en Ukraine : les nouvelles sanctions contre la Russie plombent les marchés mondiaux 2022-02-28
Monde
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/02-fevr/21-27/bourse_frankfort_22_0214.jpg -

Lundi matin, les marchés mondiaux étaient largement dans le rouge après les nouvelles sanctions prises contre la Russie. Une flambée des prix de l’énergie pourrait renforcer l’inflation.

Influencées par la guerre en Ukraine, les Bourses européennes chutaient, ce lundi, peu avant 10h: Francfort perdait 2,39%, Paris 3,05%, Milan 2,59%, et Londres 1,54 pour cent. L’indice européen de référence, l’Eurostoxx 50, lâchait 3,18 pour cent. Les places asiatiques se montraient plus résilientes: Tokyo a grappillé 0,19%, Shanghai 0,32%, et Hong Kong a cédé 0,24 pour cent.

L’offensive russe sur l’Ukraine se poursuit au lendemain de la menace nucléaire brandie par Vladimir Poutine, à laquelle les Européens ont répliqué en promettant de fournir des armes à Kiev. La volonté de Moscou de trouver «un accord» avec Kiev ne suffisait pas pour l’instant à rassurer les marchés.

Les Occidentaux ont pris de lourdes nouvelles sanctions financières contre Moscou: notamment la décision d’exclure de nombreuses banques russes de la plateforme interbancaire Swift, rouage essentiel de la finance mondiale. Cette mesure «ne les bloque pas, mais ça les rend chaotiques et peu fiables», explique Ipek Ozkardeskaya, analyste de la banque Swissquote, au sujet des banques russes.

«Énorme choc inflationniste en Russie»?

 

La Banque centrale européenne a constaté, lundi, la «faillite ou faillite probable» de la filiale européenne de la banque russe Sberbank, parmi les plus grandes du pays, à cause de retraits «significatifs» des dépôts, en raison du conflit en Ukraine et des sanctions. L’accès de la banque centrale russe aux marchés des capitaux a également été restreint, la présidente de la Commission européenne souhaitant «paralyser» ses actifs. Conséquence directe, le rouble chutait de plus de 20% vers 9h50. Concrètement, «aucune banque du G7 ne sera en mesure d’acheter des roubles russes», précise Michael Hewson, analyste de CMC Markets, qui craint «un énorme choc inflationniste en Russie».

Les sanctions prises contre la Russie pourraient peser sur l’inflation également en dehors de la Russie. Le conflit est «susceptible de faire grimper significativement les prix de l’énergie, entraînant des effets inflationnistes immédiats et un frein important à la croissance mondiale», analyse Silvia Dall’Angelo, économiste chez Federated Hermes. Les prix du pétrole réduisaient légèrement leur envolée enregistrée plus tôt lors des échanges asiatiques, le baril de brut WTI bondissant tout de même de plus de 4%, à environ 95 dollars, et celui du Brent de 4,41%, à 102 dollars.

Le dollar prend du galon

Sur le marché européen du gaz naturel, le contrat de référence s’envolait de 23% vers 9h45. «Le retrait de certaines banques russes de Swift pourrait entraîner une perturbation de l’approvisionnement en pétrole, car les acheteurs et les vendeurs essaient de voir comment s’y retrouver dans les nouvelles règles», a noté Andy Lipow, de Lipow Oil Associates, à Houston. Selon l’Union européenne, environ 70% du secteur bancaire russe est actuellement exclu du système Swift. Les banques européennes en pâtissaient, à l’image de la Société générale (-9,7%) ou de BNP Paribas (-8,53%).

Enfin, du côté des devises, l’euro baissait nettement face au dollar, considéré comme une valeur refuge en temps d’incertitude. La devise européenne s’échangeait à 1,1166 dollar, en recul de 0,9 pour cent.

Le blé devient plus cher, la défense est recherchée

D’autres matières premières s’envolaient également: le blé tendre prenait 4,48%, le palladium 3,39%. La Russie et l’Ukraine sont des pays essentiels pour l’approvisionnement en pétrole, gaz, blé et autres matières premières cruciales.

L’Union européenne va débloquer 450 millions d’euros pour acheter des armes destinées aux forces armées ukrainiennes et l’Allemagne va livrer des armes à l’Ukraine. Dans le sillage de ces annonces, les entreprises de la défense étaient fortement recherchées. Francfort Rheinmetall, qui conçoit notamment des chars, s’envolait de 42,9% et Hensoldt (radars) de 84,8%.


Le Matin.ch / MCP, via mediacongo.net
8623 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Pétrole: Grâce à la Chine et l'Inde, la Russie se remplit les poches malgré la baisse des exportations
AUTOUR DU SUJET

Russie : le crash d'un avion-cargo militaire fait 4 morts et 5 blessées

Monde ..,

Livraison de gaz russe : l’Allemagne annonce des moments difficiles

Monde ..,

Sommet du G7 : Washington veut « augmenter la pression sur la Russie »

Monde ..,

Pétrole: Grâce à la Chine et l'Inde, la Russie se remplit les poches malgré la baisse des...

Monde ..,