mediacongo.net - Actualités - Poste du 1er vice-président à l’Assemblée nationale : la « Gestion des ambitions » à la porte de l'UDPS ?



Retour Politique

Poste du 1er vice-président à l’Assemblée nationale : la « Gestion des ambitions » à la porte de l'UDPS ?

Poste du 1er vice-président à l’Assemblée nationale : la « Gestion des ambitions » à la porte de l'UDPS ? 2022-04-07
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/04-avril/04-10/kabund_ass_pres_22_02145.jpg -

Qui donc, du parti présidentiel succédera au trône ?

Désormais, Il ne siégera plus au perchoir. Jean-Marc Kabund-A-Kabund a formalisé la semaine passée sa démarche. Il a formellement déposé, sa lettre de démission du poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale. A l’ère et à l’heure des médias sociaux, la correspondance adressée à cet effet à Christophe Mboso, président de la Chambre, a été très largement partagée dans plusieurs plateformes. C’est donc acté!

Dès lors, la démission de Jean-Marc-Kabund a été moins nouvelle dès les premières heures de son annonce, dans la mesure où cette formalité s’est avérée irréversible depuis le 14 janvier dernier. Autrement dit, c’est depuis plus de deux mois que l’opinion attendait voir Jean-Marc Kabund, aller jusqu’au bout de sa logique. Ce, après qu’il a annoncé, via un Tweet, son départ du bureau de la Représentation nationale.

La « Gestion des ambitions » à la porte de l’UDPS ?

Qui donc, succédera à Jean-Marc Kabund-A-Kabund au fauteuil de premier vice-président de l’Assemblée nationale?

La question reste suspendue sur les lèvres de plus d’un analyste.

Toutefois, rien n’a encore fuité jusque mercredi 6 avril 2022, en rapport avec le nom du potentiel remplaçant de Jean-Marc Kabund. Normal, quand on sait que le choix relève du pouvoir discrétionnaire du Président Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi, autorité morale du parti. Car, selon la clef de répartition initiale de postes au Bureau de la Chambre basse, le poste de premier vice-président revient à l’UDPS. Moralité, c’est donc le Chef de l’Etat et seul lui, qui a le dernier mot en ce qui concerne le casting.

A priori, pas facile d’être responsable de ce grand parti historique dans cette circonstance toute particulière qui le place devant une « guerre » de gestion des ambitions à la porte de l’UDPS. Même s’il n’y a encore rien d’officiel, la démission de Jean-Marc Kabund a ouvert la porte à une sorte de foire aux spéculations. Plusieurs langues parient sur un élu du peuple compétent.

Dans tous les cas, le successeur de l’ancien président a.i de l’UDPS, désormais ex-vice-président du Bureau de la Chambre, sera connu dans les jours à venir. La tradition prévoit l’annonce officielle, par le président de l’Assemblée nationale, de la vacance au poste afin de permettre aux différents prétendants de déposer leurs candidatures. Evidemment, il s’agit-là d’une simple formalité d’usage dans la mesure où il n’y aura pas de compétition proprement dite. Car, la plénière n’aura qu’à entériner le candidat déjà choisi en amont par l’UDPS.

La compétence exigée

Par ailleurs , les députés nationaux de la majorité parlementaire Union Sacrée demandent à l’UDPS la sélection d’un candidat compétent.

Car disent-ils, ce dernier aura une tâche pas facile au regard des enjeux politiques de l’heure en perspectives des prochaines élections. Hormis le critère de fidélité au président de la République et au parti présidentiel , les élus du peuple martèlent sur l’article 35 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui stipule que « le premier vice-président est chargé des questions législatives, des relations avec les groupes parlementaires et des relations extérieures. Il remplace le président en cas d’absence ou d’empêchement »

Selon eux , la chambre basse du parlement a besoin pour cette élection un oiseau rare juridiquement, politiquement et diplomatiquement « fort » d’où l’UDPS doit veiller sur la sélection d’un capital humain convenable, en rejetant les médiocres qui peuvent être un obstacle pour la vision prônée par le chef de l’État.

Ils insistent sur le fait que le critère juridique est un atout non moins négligeable qui, pausé sur le socle de l’éthique du travail dans le respect des règles de bonne gouvernance (Transparence, Redevabilité, Justice, Droits de l’homme, Normes internationales, Intérêts des parties prenantes), produirait des résultats escomptés, sinon acceptable.


RTNC / MCP, via mediacongo.net
2110 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : RDC-Vatican : Sama Lukonde et Pietro Parolin engagés pour le bien-être de Congolais
AUTOUR DU SUJET

UDPS : Les parlementaires debout en vacances parlementaires ?

Politique ..,

Haut-Katanga : les responsables de l’UDPS et UNAFEC appelés à mettre fin au désordre à...

Provinces ..,

Agression de la RDC par le Rwanda : l’UDPS/Tshisekedi constate l’indifférence de la...

Politique ..,

Accusée de haine tribale, l’UDPS dénonce « les imputations mensongères » du M23 et...

Politique ..,