mediacongo.net - Actualités - Interdiction d'exportation du blé par l'Inde: agriculteurs et négociants furieux d'avoir été privés d'une aubaine



Retour Monde

Interdiction d'exportation du blé par l'Inde: agriculteurs et négociants furieux d'avoir été privés d'une aubaine

Interdiction d'exportation du blé par l'Inde: agriculteurs et négociants furieux d'avoir été privés d'une aubaine 2022-05-23
Economie
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/05-mai/16-22/bl22.jpeg -

La décision de New Delhi d'interdire les exportations de blé en pleine flambée des prix due à l'invasion russe de l'Ukraine a provoqué la consternation à l'étranger et a fait monter encore plus les cours de cette céréale.

Et en Inde, agriculteurs et négociants sont maintenant furieux d'avoir été privés d'une aubaine, d'autant plus que les prix sur leur marché intérieur se sont au contraire effondrés.

L'Inde est le deuxième plus gros producteur de blé au monde, mais le gouvernement -principal acheteur de blé en Inde- a défendu l'interdiction, arguant que la sécurité alimentaire pour sa gigantesque population devait être assurée.

Cette mesure, conjuguée à la diminution de l'offre mondiale en provenance de Russie et d'Ukraine, toutes deux parmi les cinq premiers exportateurs mondiaux de blé, a fait grimper les prix à des niveaux sans précédent sur les marchés des matières premières de Chicago et d'Europe.

Mais sur le plus grand marché céréalier d'Asie, à Khanna, dans l'État indien du Pendjab, véritable grenier à blé, les cours sont allés dans l'autre sens. Ce marché est composé d'une douzaine de hangars de stockage géants, chacun de la taille d'un terrain de football.Chaque année, des milliers de fermiers de cette région productrice s'y rendent pour vendre leur moisson.

De 2.300 roupies (environ 28 euros) pour 100 kilos de blé avant l'interdiction d'exporter, les prix sont descendus à 2.015 roupies - soit l'équivalent du prix minimum fixé par le gouvernement pour l'achat de céréales destinées à son vaste système de distribution publique.

Les centaines de millions de petits exploitants agricoles indiens vivent dans une précarité extrême, soumis aux caprices de la météo. Au Pendjab, beaucoup subissaient déjà des pertes de production dues à la canicule extrême en passe de devenir la norme.

L'agriculteur Navtej Singh a conservé la moitié de sa moisson de 60 tonnes pour la vendre pendant la saison creuse, moment où les prix ont l'habitude de grimper. Il est consterné par la décision du gouvernement.


La Croix/MCP, via mediacongo.net
525 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : La CPI fête ses 20 ans sans avoir acquis la reconnaissance universelle
AUTOUR DU SUJET

La Tanzanie lève temporairement l’interdiction d’exporter des animaux sauvages

Afrique ..,

Interdiction de couper le bois rouge dans le Haut-Katanga

Provinces ..,

L’OMS juge inutile les interdictions de voyage, l’Amérique latine touchée

Monde ..,

Covid-19 : La SADC inquiète au sujet des interdictions de voyager

Afrique ..,