Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Retour

Provinces

Une année après l’éruption volcanique à Nyiragongo : que sont devenues les victimes ?

2022-05-26
26.05.2022
2022-05-26
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/05-mai/23-29/nyiragongo_deplaces_22_02145.jpg -

Le gouvernement se dit préoccupé par la question

L'éruption du mont Nyiragongo a menacé la ville de Goma, qui compte près de deux millions d'habitants, la coulée de lave atteignant l'aéroport international de Goma. Le gouvernement de la République  avait exhorté les habitants à évacuer la ville. On estime que la coulée de lave s'est déplacée à 1 kilomètre par heure, permettant aux gens de s'échapper, mais détruisant les zones résidentielles au nord de Goma. Le 23 mai 2021, après avoir appris que la coulée vers Goma avait cessé, le ministère rwandais de la gestion des urgences a rapporté que les réfugiés qui avaient fui vers Rubavu étaient pour la plupart rentrés chez eux.

L'Organisation internationale pour la sécurité des ONG avait noté pour sa part que de la lave semblait couler vers la frontière rwandaise et avait conseillé aux travailleurs humanitaires du nord de Goma de se déplacer vers l'ouest pour des raisons de sécurité. De son côté, le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya, avait déclaré que les tremblements sismiques continuaient à être détectés et avait recommandé de faire preuve de vigilance et d'éviter les déplacements non essentiels.

Malheureusement, le volcan est entré en éruption sans que l’on s’y attende. Il n’a pas donné d’indices géologiques clairs qui pouvaient certifier qu’il était sur le point d’exploser. Il n’y avait absolument aucun signe précurseur de son éruption et personne n’aurait pu la détecter en avance. Cette explosion a surpris toute la ville hantée par les brasiers précédents du Nyiragongo. Par chance, la lave a évité Goma, s’arrêtant à tout juste 300 mètres des abords de Goma, laissant derrière elle une rivière de roche volcanique gelée.

Environ 8 000 personnes de Goma sont entrées au Rwanda pour y trouver refuge. L'Unicef avait révélé qu'il y a une possibilité pour les évacués de rentrer chez eux malheureusement pour découvrir leurs maisons détruites, y compris des pénuries d'eau et d'électricité. Malgré la fin des manifestations volcaniques en surface dans Goma, 10 des18 quartiers de la ville sont évacués préventivement par les autorités qui redoutent une nouvelle apparition de la lave et le déclenchement d'une éruption limnique depuis le lac Kivu.

Le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, a déclaré dans la nuit du 23 mai 2021 que, 15 personnes étaient mortes : deux avaient été brûlées vives, neuf dans un accident de la circulation en fuyant et quatre prisonniers tués alors qu'ils tentaient de s'échapper de la prison du Camp Munzenze à Goma. 17 villages autour du volcan ont signalé des dommages, bien que le flux se soit arrêté juste à l'extérieur de Goma. L'Unicef avait signalé plus de 170 enfants disparus et 150 autres, séparés de leur famille. Le Conseil norvégien pour les réfugiés avait signalé que six cents maisons et cinq écoles avaient été détruites.

Les victimes abandonnées ?

Une année après cette catastrophe naturelle, des milliers de personnes vivent dans des conditions misérables dans l’attente d’une éventuelle assistance du gouvernement de la République. Des sources concordantes qui ont contacté la rédaction de mediacongo renseignent que la plupart vivent dans des cases construites à partir des sacs plastiques dans la cour de l'école primaire de Kayembe, près de Goma. Elles sont exposées aux intempéries et vivent dans une promiscuité totale qui les expose aux épidémies, surtout qu’elles n’ont pas d’eau potable.

Et pendant que l’Observatoire volcanologique de Goma s’active à corriger les erreurs du passé, en renforçant le système de surveillance, comme l’a précisé le Directeur Général de l’OVG (Observatoire volcanologique de Goma), le professeur Adalbert Muhindo Syavulisembo, lors d’une journée portes ouvertes organisée dimanche dernier à Goma, les victimes vivent entre famine et malheur : Les enfants tombent malades et guérissent miraculeusement ; tandis que pour les femmes enceintes, c’est encore compliqué.

Les promesses sur leur prise en charge, se fait toujours attendre depuis maintenant douze mois, et l'élan de solidarité mis en branle au lendemain de cette catastrophe, n'est plus qu'un vieux souvenir. En effet, des fonds avaient été collectés dans un compte public n°0010-10000-00000001897-74 CDF & USD, logé à la Banque centrale du Congo (BCC) au cours d’une journée de solidarité dénommée « Pasi na yo, pasi na ngai » organisée en juin 2021 par le ministre des Affaires sociales, actions humanitaires et solidarité, Modeste Mutinga. A ce jour, personne ne connaît la suite.  

Néanmoins, le gouvernement de la république reste préoccupé par la question et promet de se pencher sur la question. Selon le ministre d’Etat Guy Loando Mboyo en charge de l’Aménagement du territoire, le gouvernement de la république est suffisamment responsable et  cette question sera traitée de toute urgence et des réponses idoines seront apportées en termes de la gestion humanitaire et sanitaire.

A savoir

A en croire un responsable du parc national des Virunga, l'éruption du Nyiragongo est similaire à l'éruption de 2002, qui a causé la mort de 250 personnes. En septembre 2020, le directeur de l'observatoire du volcan de Goma, a déclaré que le lac de lave s'était rapidement rempli, augmentant le risque d'éruption au cours des prochaines années, bien qu’il ait également noté qu'un tremblement de terre pourrait déclencher une éruption plus tôt.

De son côté, l'Observatoire n'avait pas fonctionné correctement pendant presque un an avant l'éruption, après que la Banque mondiale ait coupé le financement à la suite d'allégations de corruption. Ce qui fait que l'Observatoire n'a pas été en mesure de payer une connexion Internet, pour relier des moniteurs à distance ou du carburant pour transporter régulièrement le personnel vers les points d'observation, l'obligeant à télécharger manuellement les données des cartes mémoire lors de quelques visites sur le volcan.

En août 2020, un rapport dans le Geophysical Research Letters basé sur une comparaison de l'activité historique et actuelle à Nyiragongo, a noté la possibilité d'une éruption de flanc entre mars 2024 et novembre 2027.

 

José Wakadila
congo-press.com (MCP) / mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 0 commentaires
429 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs

right
Article suivant Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
Article précédent Prolongation de l’état de siège : « Il est dangereux de céder les pouvoirs politiques et financiers aux militaires pendant longtemps », prévient le député Iracan

Les plus commentés

Diaspora Incursion rwandaise en RDC : après New-York, Félix Tshisekedi a sollicité le soutien de la diaspora congolaise à Bruxelles !

29.09.2022, 24 commentaires

Politique Olive Lembe sur Joseph Kabila : « Mon mari est le savant politicien Congolais »

27.09.2022, 17 commentaires

Politique « C’est le Rwanda et l’Ouganda qui soutiennent les milices, il faut les condamner » (Herman Cohen)

27.09.2022, 16 commentaires

Politique Félix Tshisekedi : l’envers sans le revers de la médaille

27.09.2022, 14 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance