mediacongo.net - Actualités - Embouteillages Kasumbalesa-Kolwezi : une arme de rançonnement



Retour Provinces

Embouteillages Kasumbalesa-Kolwezi : une arme de rançonnement

Embouteillages Kasumbalesa-Kolwezi : une arme de rançonnement 2022-06-04
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/06-juin/01-05/route_kasumbalesa_kolwezi_220.jpg -

Sur le tronçon Kasumbalesa-Kolwezi, les fonctionnaires et agents de l’Etat provoquent intentionnellement d’énormes bouchons de camions poids lourds. Il faut  parfois 7 à 10  jours pour qu’un camion soit autorisé à franchir la frontière dans l’un ou l’autre sens. Affaiblis, les transporteurs n’ont d’autres choix que de graisser la patte des fonctionnaires véreux. Ainsi, ils espèrent que ceux-ci vont accélérer les démarches administratives.

En effet, cette pratique des dessous de tables, fait perdre beaucoup d’argent au Trésor public. Mais en même temps, il nuit au bon climat des affaires.

Le calvaire des routiers ne s’arrête pas qu’aux basses manœuvres des agents de l’Etat chargés des formalités de l’entrée ou de la sortie des marchandises du territoire national. Ils doivent encore faire face à plusieurs écueils sur cette route stratégique de près de 591 kilomètres qui va de Kasumbalesa dans le Haut-Katanga jusqu’à Kolwezi dans la province voisine du Lualaba. Une multitude de barrières illégales sont érigées tout au long du parcours. A ces checks points illégaux, les chauffeurs doivent montrer pattes blanches, en laissant ici et là, des billets verts. On peut compter jusqu’à 6 barrières où les pauvres conducteurs doivent laisser un minimum de 100 dollars américains.

La mafia, mais pas que

Les chauffeurs des trucks ne sont pas que victimes de ce système maffieux mis en place par des fonctionnaires de l’Etat. Des bandes organisées de délinquants les harcèlent jour et nuit. Cela va du petit larcin au pillage systématique des cargaisons. Leurs réservoirs sont régulièrement siphonnés. Leurs rations alimentaires disparaissent également. Mais cela peut aller jusqu’au vol de toutes les marchandises transportées par ces mastodontes de la route. Les patrouilles de police qui devraient les sécuriser ne sont pas visibles malgré les promesses plusieurs fois répétées des  autorités  des deux provinces concernées. Si on comptabilise les frais de péage jugés exagérés par la société civile, le routing Kasumbalesa-Kolwezi est un véritable mangeur de budget, en plus d’être un parcours de combattant.

Ceux qui font cette route, se rendent compte que chaque jour le spectacle est le même. Des bouchons de près de 50 kilomètres formés par des centaines de camions long courrier chargés d’intrants nécessaires au fonctionnement à la lourde industrie minière de l’hinterland font partie du paysage ordinaire. Ils transportent également les produits de première nécessité et des biens de toutes sortes. Le grand Katanga qui ne produit pratiquement rien, importe tout ou presque de l’Afrique Australe. Cela va de la nourriture jusqu’à l’aiguille, en passant par les boites d’allumettes.

Le même parcours, les mêmes embuches

Au retour, ces camions sont chargés à ras bord de minerais travaillés ou du brut de cuivre et de cobalt. Les chauffeurs doivent subir encore les caprices des fonctionnaires. De plus, ils sont en même temps à la merci des bandits de divers gabarits. Le communiqué de la société civile indique publié récemment indique que ”cette situation liée à la lenteur des formalités douanières entretenue et encouragée par les douaniers et les agents de l’immigration, favorise la contrebande, les arrangements illégaux ou le paiement des pots-de-vin à différents agents de l’Etat, créant ainsi des pratiques de corruption au préjudice du Trésor public”.

La société civile  estime que 75 pourcent de l’argent de l’Etat entre dans les poches des individus. Pour favoriser ces pratiques décriées, ces agents et leurs complices ne mettent aucune rigueur dans la chaine des recettes. Comme cela est fait pour celle des dépenses publiques. Ce qui facilite les détournements des deniers de l’Etat.

Pour la Société Civile, il est impérieux de mettre fin à l’impunité des agents de l’Etat. Car, ceux-ci  confondent le Trésor public avec leurs avoirs financiers personnels. Cette organisation citoyenne suggère au ministre des finances de sanctionner tous les responsables des services douaniers impliqués dans cette tracasserie savamment entretenue.


Magazine La Guardia / MCP, via mediacongo.net
814 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Elections 2023: Bana Kin promet de donner une majorité absolue à Félix Tshisekedi
AUTOUR DU SUJET

Lubumbashi : la société civile dit non au vote électronique

Provinces ..,

Lubumbashi : 80% des contribuables ont payé les taxes

Provinces ..,

Lubumbashi : trouble au marché Ndjandja

Provinces ..,

Lubumbashi : une maison et des véhicules incendiés après la mort d’un moto-taximan

Provinces ..,