mediacongo.net - Actualités - « En Belgique, la question des excuses pour le passé colonial ne se pose pas comme en France »



Retour Monde

« En Belgique, la question des excuses pour le passé colonial ne se pose pas comme en France »

« En Belgique, la question des excuses pour le passé colonial ne se pose pas comme en France » 2022-06-09
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/06-juin/06-12/En-Belgique-le-probleme-dexcuses.jpg -

Tanguy De Wilde, professeur à l’Université catholique de Louvain, décrypte les raisons de la visite du roi des Belges en RDC, la première depuis son accession au trône en 2013.

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

Le roi des Belges, Philippe, a débuté, mardi 7 juin, sa première visite officielle en République démocratique du Congo (RDC) depuis son accession au trône en 2013, accompagné de la reine Mathilde et de membres du gouvernement, dont le premier ministre Alexander De Croo. Le souverain doit prononcer un discours mercredi à Kinshasa, avant de se rendre à Lubumbashi et à Bukavu, où il visitera la clinique du gynécologue Denis Mukwege, colauréat du prix Nobel de la paix 2018 pour son combat contre les violences sexuelles.

Ce déplacement, initialement prévu en juin 2020 pour le 60e anniversaire de l’indépendance du Congo, mais reporté trois fois en raison de la pandémie de coronavirus puis de la guerre en Ukraine, intervient dans un contexte diplomatique tendu entre la RDC et le Rwanda. Pour Tanguy De Wilde, professeur de relations internationales à l’Université catholique de Louvain (UCL), il devrait également être marqué par les questions sur la mémoire coloniale.

Il y a deux ans, à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance du Congo, le roi des Belges avait adressé une lettre au président exprimant ses « profonds regrets » pour les « blessures » causées par la colonisation. Faut-il s’attendre à des excuses durant sa visite ?

Tanguy De Wilde Cette question ne se pose pas en Belgique avec la même acuité qu’en France à propos de l’Algérie. Il y a des débats dans le royaume, portés notamment par les mouvements militants antiracistes et décoloniaux, mais les autorités congolaises, elles, ne demandent pas d’excuses officielles.

Il a pu arriver que le pouvoir à Kinshasa dénonce le paternalisme de l’ancien colonisateur quand celui-ci se montrait un peu trop critique sur la mauvaise gouvernance. Mais ce n’est pas le cœur des échanges. L’ancien président congolais Joseph Kabila s’était même plutôt fait remarquer pour avoir rendu hommage, lors d’un discours devant les parlementaires à Bruxelles en 2004, à ces « Belges, missionnaires, fonctionnaires et entrepreneurs qui crurent au rêve du roi Léopold II de bâtir, au centre de l’Afrique, un Etat », les qualifiant de « pionniers ».

Son successeur, l’actuel président Félix Tshisekedi, a passé une grande partie de sa jeunesse en Belgique et considère le pays comme son « autre Congo ». Il entretient d’excellents rapports avec le roi, à qui il a écrit, le 21 juillet 2020, jour de la fête nationale belge, pour s’engager à « œuvrer à la consolidation des relations séculaires qui unissent pour l’éternité nos deux pays et nos deux peuples ».

Dans ce courrier, qui était une réponse aux regrets formulés par Philippe, Félix Tshisekedi saluait également la mise sur pied, en juillet de la même année, d’une commission parlementaire sur le passé colonial de la Belgique. Ce travail, censé établir les responsabilités de l’Etat, des entreprises, de l’Eglise et de la monarchie pendant cette période (1908-1960), doit aboutir à un rapport avant la fin de l’année.

Des auditions ont lieu et certains membres de la commission ont prévu de se rendre en Afrique centrale fin août, début septembre. Le gouvernement décidera en fonction des conclusions et des recommandations qu’ils rendront. La question est d’autant plus délicate que certains considèrent que des excuses ouvriraient, juridiquement, la voie à des réparations.

Comment la mémoire de la colonisation s’est-elle écrite en Belgique ?

Lorsque « l’aventure » coloniale a commencé en 1885, Léopold II n’était pas vraiment soutenu par la classe politique belge. L’Etat indépendant du Congo, dont le souverain est alors propriétaire à titre personnel, est considéré par beaucoup comme une foucade royale. Sociaux-chrétiens, libéraux et socialistes se rallient progressivement au projet lorsque le territoire, grand comme quatre-vingts fois le royaume, passe sous le contrôle de l’Etat belge en 1908.

Dans les décennies qui suivent, les conditions d’exploitation économiques et les abus commis sur les populations locales sont peu à peu passés sous silence. La figure de Léopold II, pourtant mort en 1909 dans une certaine indifférence, est célébrée. Celui que la presse socialiste qualifiait de « forban » devient un « génie créateur », le monarque qui a eu l’audace de s’insérer dans la compétition coloniale qui opposait Français, Britanniques et Portugais, permettant à un petit pays neutre de devenir une puissance qui compte en Afrique centrale.

Pour autant, il n’y a jamais eu de présence européenne massive au Congo : les Belges n’étaient environ que 200 en 1885, 14 000 dans l’entre-deux-guerres et 90 000 en 1960. L’indépendance est précipitée par les émeutes qui éclatent en janvier 1959 à Léopoldville (l’actuelle Kinshasa), faisant des dizaines de morts. Les autorités belges ne veulent pas du tout d’un scénario de guerre coloniale et préparent leur sortie. Lorsque l’indépendance advient le 30 juin 1960, deux mythologies s’opposent : celle d’une colonisation exemplaire vantée par le roi Baudouin et celle d’une lutte acharnée pour la liberté portée par le premier ministre du Congo indépendant, Patrice Lumumba.

Ce qu’on a appelé le « contentieux colonial », après l’indépendance, ne portait pas sur la mémoire de la colonisation à proprement parler, mais sur des questions économiques : la Belgique avait gardé des intérêts dans des entreprises congolaises nationalisées et Bruxelles devait trouver des accommodements.

Il a fallu attendre les années 1990 pour que le discours sur la période coloniale recommence à prendre une tournure plus critique. En 1999, le sociologue belge Ludo De Witte a publié une enquête qui fait grand bruit sur la mort de Patrice Lumumba. Cela a abouti à la création d’une commission d’enquête qui a conclu, en 2002, à une « responsabilité morale » de la Belgique dans la mort du premier ministre.

Une dent de Patrice Lumumba, seule relique de l’ancien dirigeant assassiné en 1961, doit être justement remise à ses proches le 20 juin. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Quelle place occupe le cas Lumumba dans le récit national belge ?

Patrice Lumumba n’a été premier ministre que deux mois avant d’être écarté par Joseph Kasa-Vubu et Mobutu, puis assassiné. C’est devenu un mythe, une icône, comme Che Guevara. Par rapport aux figures plus contestées qui ont marqué l’histoire du Congo, comme Mobutu ou les deux Kabila [Laurent-Désiré et son fils Joseph], il incarne encore une forme d’espoir, une certaine authenticité. Mais, pour une partie de la classe politique belge de l’époque, c’était surtout un incapable, quelqu’un qui n’avait pas su mater l’armée, qui s’était mutinée cinq jours seulement après l’indépendance, ni gérer les velléités sécessionnistes au Katanga et au Kasaï.

Quand Lumumba a été assassiné par des Katangais, des policiers belges étaient présents. L’un d’eux, chargé de faire disparaître le corps, a préservé la mâchoire et finalement gardé une dent. Il en avait parlé en 2000, avant de mourir, dans des émissions de télévision, mais la dent n’a reparu qu’en 2016. La justice belge s’est alors mise en branle pour la récupérer. Une fois restituée, elle doit prendre place dans un mausolée.

En 2003, le ministre des affaires étrangères, Louis Michel, avait reconnu que « les anciennes puissances coloniales, comme la Belgique, [étaient] redevables d’une bonne part de leur développement à leurs anciennes colonies ». Ce discours a-t-il marqué un tournant dans le récit politique belge sur la colonisation ?

Pas vraiment. Il s’inscrivait surtout dans une politique africaine beaucoup plus volontariste, très marquée par le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994 et la grande guerre qui a déchiré le Congo entre 1998 et 2003. Le premier ministre de l’époque, Guy Verhofstadt, avait présenté des excuses au Rwanda pour la non-action des Belges pendant les massacres. Mais l’histoire coloniale, en l’occurrence celle du mandat accordée en 1919 par la Société des nations (SDN) à la Belgique sur les anciennes colonies allemandes qui deviendront le Rwanda et le Burundi n’était pas au cœur des discours.

Les questions sur la mémoire coloniale ont surtout pris de l’ampleur récemment, dans la foulée de la mort de George Floyd, aux Etats-Unis, et avec l’essor du mouvement « Black lives matter », qui s’est traduit, en Belgique, par des actions contre les symboles de la colonisation, notamment les statues de Léopold II.

La statue du roi des Belges Léopold II vandalisée en juin 2020, à Bruxelles. THIERRY ROGE / AFP

Mais le débat existait déjà depuis la fermeture en 2013 pour rénovation de l’ancien Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren, rebaptisé à sa réouverture en 2018 AfricaMuseum. L’établissement, qui n’avait pas bougé depuis les années 1950 était, dans l’esprit du temps, une sorte de défense et illustration de l’œuvre coloniale. Il a été repensé pour mettre davantage en lumière un patrimoine commun de l’humanité, tout en proposant un regard plus critique sur la colonisation.

Le 18 mai, un projet de loi « reconnaissant le caractère aliénable des biens liés au passé colonial de l’Etat belge » a été adopté en commission parlementaire. Est-ce que cela signifie que les objets en question – qui se trouvent pour la plupart à l’AfricaMuseum – pourraient être restitués ?

Il n’y avait pas de demandes précises côté congolais, qui apprécie donc le volontarisme belge en la matière. Juridiquement, le patrimoine culturel et artistique est inaliénable en tant que tel. Il fallait donc une loi pour permettre le transfert de propriété des objets dont on peut prouver historiquement et scientifiquement qu’ils ont été spoliés. Cela ne signifie pas nécessairement immédiatement ou à moyen terme un transfert matériel.

La coopération s’est intensifiée avec les musées du Congo pour que les restitutions, si elles peuvent se faire, aient lieu dans des conditions qui garantissent la conservation des biens. Potentiellement, la provenance de 85 000 biens, sur 128 000 objets présents dans le musée, doit être examinée scientifiquement pour une éventuelle restitution.

Où en est le débat sur les réparations financières ?

On verra ce qui ressortira de la commission sur le passé colonial. On peut imaginer un geste politique : pas forcément des réparations en tant que telles, mais une partie du budget de la coopération et du développement allouée spécifiquement au Congo, au Rwanda et au Burundi, en fonction des besoins formulés par ces pays. Une telle démarche irait à rebours de la tendance récente, qui a plutôt consisté à diluer les aides dans une coopération plus large, qui allait au-delà des trois pays.

La visite du couple royal et du chef du gouvernement belge intervient alors que les relations diplomatiques se tendent entre Kinshasa et Kigali, qui s’accusent mutuellement de soutenir des rébellions dans l’est de la RDC. La Belgique a-t-elle encore un rôle de médiateur à jouer dans la région ?

Elle le pourrait, mais elle ne le fera qu’avec l’appui de l’Union européenne et des Nations unies. Il y a une expertise, des diplomates sur place, fins connaisseurs des deux pays. Toutefois, je doute que le gouvernement expose le roi sur ces questions-là. Philippe et Mathilde se déplacent pour une visite historique afin d’aller à la rencontre du peuple congolais en évitant les polémiques avec le voisin de l’Est.

 

Propos recueillis par Elise Barthet
Le Monde / MCP, via mediacongo.net
437 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : Lutte contre le terrorisme : La Russie prête à fournir les armes les plus modernes aux pays africains
AUTOUR DU SUJET

Paxlovid, le premier médicament contre le Covid-19 autorisé en Europe, disponible en Belgique

Santé ..,

Diplomatie : Félix Tshisekedi a effectué une visite de travail de plus de 4 heures à...

Politique ..,

La vie de nos joueurs Disparu dans les radars, Firmin Mubele va signer en Belgique

Sport ..,

Exposition « Kinshasa Chroniques »: l’art congolais à l’honneur en Belgique et en France

Culture ..,