mediacongo.net - Actualités - Katanga : des femmes manifestent contre l’arrestation de leurs maris pour insurrection

Retour Femme

Katanga : des femmes manifestent contre l’arrestation de leurs maris pour insurrection

Katanga : des femmes manifestent contre l’arrestation de leurs maris pour insurrection 2014-01-30
Femme / Provinces


Des femmes ont manifesté mercredi 29 janvier à Lubumbashi, dans le Katanga, pour protester contre l’arrestation de leurs maris soupçonnés de complicité avec les miliciens Bakata Katanga. Selon les manifestantes, leurs conjoints ont été emmenés par des militaires de la 6e région militaire des Forces armées de la RDC (FARDC) lundi dernier, après avoir été arrêtés à leurs domiciles sur l’avenue Mayi Ndombe, au quartier Bongonga, dans la commune de Kampemba. Elles accusent l’armée de les empêcher de voir les prisonniers et dénoncent des arrestations arbitraires.

L’une des femmes témoigne : «Il était 6h du matin et nous étions encore au lit. Des militaires ont frappé à la porte. Lorsque mon mari est sorti, ils l’ont ligoté. Ensuite, ils ont arrêté d’autres personnes parmi nos locataires. Ils ont perquisitionné la maison sous prétexte qu’ils étaient à la recherche de documents liés au prophète Mukungubila ou aux Maï-Maï. Ils nous ont dit que nos maris étaient accusés d’organiser des réunions des Maï-Maï».

Le témoin affirme qu’après n’avoir rien trouvé, les militaires ont tout mis sens dessus dessous, ont pris de l’argent, des vêtements et des téléphones avant de s’en aller.

«Nous nous sommes rendus à la 6e région militaire pour rendre visite à nos maris mais on nous l’a refusé. Nos maris sont des innocents», a-t-elle plaidé.

Contacté par Radio Okapi, le commandant de la 6e région militaire, le général Mbwayama Nsiona, s’est engagé à vérifier ces informations. Il affirme cependant que plusieurs suspects dans le dossier Maï-Maï Bakata Katanga sont détenus dans cette direction provinciale de l’armée au Katanga.


476 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Kinshasa accueillera le 2ème Forum mondial des femmes francophones
left
ARTICLE Précédent : Croisade internationale contre les violences sexuelles et les viols : une coalition féminine réclame un TPI pour la RD Congo