Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Provinces

Kamoa Copper et COMMUS appelés à respecter les droits des riverains

2022-07-28
28.07.2022
2022-07-28
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/07-juillet/25-31/kamoa_copper_usine_22.jpg -

Dans un rapport de quarante pages publié, l’Initiative pour la Bonne gouvernance des Droits Humains (IBGDH) appelle Kamoa Copper et COMMUS à mettre fin aux atteintes des droits humains. Publié ce 26 juillet, ce rapport décrit des multiples droits humains bafoués par ces entreprises minières. Ainsi, l’ONG les invite également à réparer les impacts négatifs subis par les communautés locales dans l’exploitation du cuivre et du cobalt au Lualaba. 

Ce rapport d’évaluation des impacts des activités minières de Kamoa Copper et de COMMUS (Compagnie Minière de Musonoie) s’est appesanti sur les cas de quelques villages. Il s’agit des villages Muvunda, Kaponda 1, Kaponda 2, Mundjendje, Israël, Tshabula, Pierre-Muteba, et Tambwe Munana. Mais il était aussi question de quelques cités comme la cité Gécamines-Kolwezi Musonoie dans la province du Lualaba.

Selon IBGDH, les activités de ces deux entreprises minières portent atteintes à un large éventail des droits humains. C’est notamment le droit à l’eau, le droit à une juste indemnisation ainsi que le droit à l’information.

Atteintes au droit à l’eau

S’agissant du droit à l’eau par exemple, les habitants du village Pierre-Muteba font face à des problèmes d’accès à l’eau potable. Et c’est depuis l’installation de COMMUS. Alors qu’avant, ils disposaient d’une eau potable et accessible. Mais depuis, ils ne disposent que d’un seul puits. Et celui-ci se trouve dans l’enceinte de l’entreprise.

Dans le même ordre, dans certains villages, les habitants sont exposés à la consommation d’une eau polluée. C’est le cas du village Tshabula riverain de Kaitende. ”La pollution de la rivière Kaitende par le déversement d’acide par COMMUS. Jadis utilisée par les communautés pour les besoins domestiques et l’arrosage des champs, l’eau est devenue impropre à la consommation. Le seul point d’eau aménagé pour l’approvisionnement en eau potable et dont la source se trouve dans la concession de l’entreprise est très insalubre et non entretenu”, a précisé IBGDH.

Kamoa Copper est aussi indexé sur les atteintes au droit à l’eau. ”Kamoa Copper a pollué la rivière Mulunguishi. C’est la principale source d’approvisionnement en eau à des populations du village Muvunda. Bien que l’entreprise ait pu faire forer des puits d’eau et installer des citernes, les quantités d’eau fournies ne sont pas suffisantes pour les besoins des communautés affectées”, explique cette organisation de défense des droits de l’homme.

Droit à une juste indemnisation

En effet, l’exploitation minière de ces deux entreprises a impacté la vie des autochtones. Par exemple, 336 maisons ont été affectées par les opérations des minages. Des cultivateurs ont été contraints d’abandonner champs et autres sources de revenus. Dans la plupart des cas, révèle le rapport, les communautés ne reçoivent pas une juste indemnisation. ”L’opacité du processus d’évaluation des biens à indemniser et du calcul des indemnités. Les communautés ont souligné qu’il existait des pratiques de corruption au sein des équipes de collecte des données de référence de l’entreprise, des arrangements étant conclus avec certains agents membres des équipes de collecte des données”.

En plus, d’autres atteintes sont également relevées, dont ”le droit à un niveau de vie suffisant. C’est aussi le droit à un logement décent, le droit d’accès à la terre, le droit à un environnement sain”, indique le rapport de IBGDH.

Stop aux atteintes

Selon les responsables  de IBGDH, l’exploitation du cuivre et du cobalt dans la province de Lualaba est un danger pour les droits humains. L’Etat congolais a failli à son obligation de protéger les droits de ses populations face aux activités de ces entreprises. Ces deux entreprises profitent des faiblesses de l’Etat congolais, ne respectent pas pleinement les droits des communautés affectées par leurs opérations.

Voilà pourquoi, cette ONG recommande au gouvernement congolais d’agir. Ainsi, elle enjoint le ministère de la Justice à diligenter des enquêtes. Il s’agira de statuer sur toutes les violations des droits humains liées à l’exploitation minière au sein de la province du Lualaba. Mais aussi d’établir les responsabilités des acteurs. Et surtout, de sanctionner les auteurs de violations. De plus, le gouvernement doit renforcer le cadre légal en matière des droits humains dans le cadre de l’exploitation minière.

Quant aux deux entreprises Kamoa Copper et COMMUS, elles doivent cesser toutes atteintes aux droits humains. Et surtout réparer les torts.


Magazine La Guardia / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites :
1524 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Haut-Katanga : bras de fer à la Division des transports
left
Article précédent Kasaï-Central : les membres du gouvernement sortant réclament 2 mois d’arriérés de salaires

Les plus commentés

Société Gims : "J'ai refusé l'offre de Bill Gates de m'utiliser pour vacciner toute la RDC"

17.07.2024, 12 commentaires

Science & env. Insalubrité à Kinshasa : une amende de 50 millions de FC à toute personne qui va jeter des immondices sur la voie publique

18.07.2024, 11 commentaires

Economie Commerce extérieur : des véhicules transportant du poisson à destination de la RDC bloqués en Ouganda

17.07.2024, 9 commentaires

Politique Est de la RDC : l’UE préconise un « cessez-le-feu permanent »

18.07.2024, 7 commentaires


Ils nous font confiance