Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Sur le net

Scène de punition de corps infligée aux ex kuluna à Kaniama Kasese, le Général Jean-Pierre Kasongo parle d’une vielle vidéo tournée en 2020

2022-08-16
16.08.2022
2022-08-16
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/08-aout/15-21/Kuluna-Scene-correction.jpg -

Une vidéo devenue virale circule sur les réseaux sociaux montrant des jeunes recrues du Service national entrain de fouetter certains de leurs camarades sur le site du Centre d’encadrement de Kaniama Kasese dans la province du Haut-Lomami.

Face à certaines interprétations inappropriées que cette vidéo a suscitées, le Commandant du Service national, le Général Major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, a décidé de livrer sa version des faits afin de faire la lumière sur les contours de la scène et son contexte réel.

« Juste après le culte, j’ai reçu moi-aussi la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux montrant des personnes en tenues du Service national entrain de chicotter d’autres. J’étais quand même choqué parce que c’est la première fois que j’ai vu cette vidéo. Et tout de suite, j’ai voulu vérifier. Moi, je suis présentement à Kinshasa. », a-t-il affirmé.

Après s’être renseigné auprès de ses services aussi bien à Kinshasa qu’à Kaniama Kasese, le Général Jean-Pierre Kasongo Kabwik précise que « cette vidéo n’est pas récente car elle a été tournée en novembre 2020 après l’arrivée de la première vague de 650 ex kuluna au Centre d’encadrement de Kaniama Kasese ».

« Après vérification, il s’avère qu’ils ont été effectivement fouettés parce qu’ils étaient allés voler dans les champs des paysans qui avoisinent le Centre de formation et précisément dans le champ de l’ancien Gouverneur de Haut-Lomami, M. Masangu. C’est lui qui s’était plaint au niveau du Centre contre les bâtisseurs accusés d’avoir volé du manioc et du maïs. Et le commandant de l’unité (de la toute première vague qui était partie en novembre 2020) avait estimé qu’il fallait les sanctionner. », a expliqué le Général Major Jean-Pierre Kasongo Kabwik.

« Les gens qui ont diffusé cette vidéo sont de mauvaise foi. Ils n’ont pas diffusé la vidéo dans son entièreté. Le commandant de l’unité a commencé par rappeler les ordres qui avaient été donnés ainsi que les consignes. Les consignes avaient été données de ne pas voler et ne pas fuir. Il l’a rappelé à l’ensemble des bâtisseurs qui étaient présents. Il a fini par dire: si nos amis ici ont volé, ils ont violé les consignes et on va les sanctionner devant l’ensemble des bâtisseurs pour dissuader les autres. », a-t-il précisé.

Contexte de l’opération

Si les résultats obtenus aujourd’hui grâce à l’encadrement des ex kuluna (bandits urbains) à Kaniama Kasese sont globalement salués, le début de l’opération a toutefois fait l’objet des contestations de diverses parties prenantes.

« Au début de cette opération, les voix se sont levées pour essayer de décourager cette opération. Vous avez vu les personnalités de tout bord faire des déclarations : non on a enlevé nos enfants, non on ne veut pas que nos enfants aillent dans cette formation. Je veux ici citer les notables de la communauté katangaise qui avait fait une déclaration pour dire que ces enfants ne devraient pas être transférés à Kaniama Kasese pour leur formation. Ils estimaient que ces jeunes allaient devenir une source d’insécurité non pas seulement pour le territoire de Kaniama Kasese mais qu’ils allaient proliférer cette insécurité sur l’ensemble de la province du Katanga. Ils ont fait une déclaration politique qu’ils ne voulaient pas de cette opération. Ils ont dit que ces jeunes, comme ils étaient connus à Kinshasa, allaient peut-être violer, voler. Dans ces circonstances, il y avait déjà des gens qui émettaient des doutes. D’autre part quand vous les voyez entrain de faire ce que les autres redoutaient, qu’est-ce qui pouvait être fait ? En tant qu’un commandement responsable, il fallait les recadrer. », a avancé le Général Major Jean-Pierre Kasongo Kabwik.

Par ailleurs, le Commandant du Service national dit comprendre le fait que plusieurs personnes se soient indignées de la manière dont la sanction a été infligée.

« Ils sont dans un Centre de formation paramilitaire. Il y a des niveaux de sanctions ? Fallait-il dès leur premier forfait les mettre devant la justice militaire. Non. Parce qu’ils n’étaient pas encore enseignés au règlement militaire. Et le commandant de l’unité a estimé qu’il fallait commencer, je ne suis pas son avocat, par une punition de corps. Les punitions de corps sont de plusieurs ordres. Etant des recrues, des débutants donc, et il l’a fait de manière pédagogique pas avec une mauvaise intention. Il ne faut pas qu’on prenne ça dans le sens d’un traitement inhumain. Non. Il l’a fait de manière pédagogique devant une parade des bâtisseurs. », a-t-il conclu.

 

Patrick Bomboka
Zoom Eco / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 0 commentaire
875 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Yahoo! réduit la voilure
left
Article précédent Boire 4 litres d’eau par jour, le challenge “belle peau” de tiktok qui inquiète les médecins

Les plus commentés

Politique Publication du calendrier électoral : "Ces élections auront lieu dans les temps voulus par les législateurs" (Lambert Mende)

26.11.2022, 14 commentaires

Provinces Nord-Kivu : zone tampon ou balkanisation de fait du pays

25.11.2022, 11 commentaires

Politique Menaces de balkanisation de la RDC : Bernadette Tokwaulu tire la sonnette d'alarme et interpelle Félix Tshisekedi

25.11.2022, 9 commentaires

Afrique Résolutions du mini-sommet de Luanda : « Avec la partie rwandaise, le respect de la parole donnée n’a jamais été au rendez-vous » (Christophe Lutundula)

25.11.2022, 9 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance