Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Société

Conférence interdite, vols suspendus, manifestations à Bukavu, Roger Buhendwa dénonce un complot contre Dénis Mukwege

2022-08-19
19.08.2022
2022-08-19
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/08-aout/15-21/buhendwa_22_541245.jpeg -

Le paysage Démocratique en République Démocratique du Congo semble sombrer ce dernier temps. Les voies qui critiquent le pouvoir en place gênent. Les tenants du pouvoir tentent tous les coups pour étouffer toute initiative de réarmement moral de la population congolaise. En haut de la liste, le Prix Nobel de la Paix 2018, Dr. Dénis Denis Mukwege, qui s'est vu interdire sa conférence scientifique à l'université de Kisangani.

En effet, prévue le 19 août 2022 au sein de l'amphithéâtre de l'Université de Kisangani, cette conférence scientifique sous le thème : " le viol comme arme de guerre" a été interdite par le recteur de cette Université qui, dans sa décision, a évoqué des questions sécuritaires. Les vols entre Kinshasa et Kisangani ont été suspendus le mardi et mercredi et ceux de Goma-Kisangani ont été aussi sous l'embargo. Les avions de la compagnie CAA ont été cloués au sol sans aucune raison préalable toute la journée de mercredi 17 août 2022.

A Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu, les routes ont été barricadées ce jeudi 18 août 2022, empêchant le Dr. Dénis Mukwege de voyager pour Kisangani où il est attendu pour cette conférence. Les motocyclistes dénonceraient une mesure de l'autorité provinciale qui leur interdit de circuler sur la principale avenue de Bukavu.

Tout ce tableau peint renvoi à l'atteinte de la liberté d'expression garantie par la constitution de la République Démocratique du Congo.

Pour M. Roger Buhendwa, acteur de la société civile du Sud-Kivu, cette tension dans la ville de Bukavu serait consécutive aux manœuvres mises en place pour empêcher le Prix Nobel de la Paix 2018, Dr. Dénis Mukwege, d'exprimer ses opinions.

"Nous sommes navrés de voir qu'après le discours du chef de l'État au Tchad qui a dit que toute personne qui aura une opinion qui fâche le pouvoir ira remplir les prisons, un programme établi avec l'université de Kisangani pour animer une conférence scientifique comme celles organisées à Lubumbashi et Kinshasa, ait été interdite. Tout était bien préparé et par un effet de surprise, le recteur de l'Université va refuser que cette conférence se tienne à l'Université de Kisangani. Une conférence scientifique où un médecin viendra discuter avec les étudiants, d'autres médecins et des intellectuels interressés par un sujet scientifique soit refusée, nous sommes tentés de croire qu'il y a un complot. Nous ne savons pas si c'est ça la manière de construire la démocratie", s'indigne-t-il.

Il regrette que le récteur de l'université de Kisangani, une des plus grandes universités du pays, d'ailleurs la 3e au classement en République Démocratique du Congo contribue à la démolition de la démocratie par ses propres mains.

"Tous ces faits que nous citons, quelle coïncidence, sachant qu'un plan B pour cette conférence devait exister pour permettre au Dr. Dénis Mukwege d'exprimer ses opinions. Les personnes qui étaient dans l'organisation de cette conférence sont entrain d'être sommés de ne pas participer et d'intervenir. La liberté de s'exprimer, de donner son opinion, de parler de ses connaissances ont été simplement foulés au pied", regrette Roger Buhendwa.

Il souligne qu'au regard de la situation tendue à Bukavu, le Dr. Dénis Mukwege ne pouvait pas s'exposer à faire passer sa voiture là où il y a des jeunes instrumentalisés pour faire un tel mouvement dans le seul objectif de l'empêcher de quitter Panzi et aller à Kisangani. Pour lui, il s'agit d'un complot monté contre les opinions du Dr. Dénis Mukwege, contre la liberté de l'expression et qui vient bâillonner la démocratie chèrement acquise au prix du sang.

Il invite les acteurs de la société civile à dénoncer et condamner cette violation grave des droits constitutionnellement garantis au peuple congolais et à se mobiliser contre cette dérive dictatoriale à pensée unique.


LIBRE GRAND LAC / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 0 commentaire
856 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
Article précédent Les congolais classés parmi les derniers sur la liste des étudiants africains évoluant le mieux en France

Les plus commentés

Politique RDC-RWANDA : après la douche froide que Félix Tshisekedi a infligée à son homologue rwandais, l’équipe de communication de Paul Kagame en débandade (Analyse)

05.12.2022, 23 commentaires

Politique Tshisekedi recadre Kagame : « c’est diabolique d’assumer le fait qu’on sème la mort et la désolation »

04.12.2022, 15 commentaires

Politique Biruta à Blinken : « le M23 ne doit pas être assimilé au Rwanda »

06.12.2022, 15 commentaires

Société Nairobi III : les groupes armés adhèrent au PDDRCS et réclament la tête de son principal responsable

06.12.2022, 10 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance