Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Retour

Afrique

Angola : un second mandat qui promet des défis économiques pour João Lourenço

2022-09-17
17.09.2022
Economie
2022-09-17
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/09-septembre/12-18/joao_lourenco_president.jpg -

TOURNANT. Alors que le président réélu débute un nouveau mandat, tout indique que le pays doit s’engager sur la voie d’une transformation de son modèle de développement.

Vainqueur de la présidentielle du 24 août, après la victoire serrée de son parti aux législatives, dont l'opposition a contesté les résultats, João Lourenço, 68 ans, entame au pas de charge son second mandat qui promet de nombreux challenges pour l'Angola, allant de la réduction de la dette à la diversification de son économie trop dépendante du pétrole.

L'économie angolaise devrait croître de 3 % en 2022, après être sortie d'une récession de cinq ans l'année dernière. Mais cette croissance dépend encore largement du secteur pétrolier, qui représente au moins 83 % de ses revenus d'exportation, la Chine représentant 61 %.

Tout indique que le pays doit s'engager sur la voie de la transformation de son modèle de développement et ouvrir la voie vers un avenir moins tourné vers les énergies extractives.

La question urgente de la diversification économique

Ce deuxième mandat intervient pourtant dans un contexte plein de promesses, puisque l’Angola est désormais le premier producteur de pétrole brut d’Afrique, selon l’Opep.

 

Le pays a pompé 1,17 million de barils de brut par jour en août pour dépasser le Nigeria, qui a perdu sa couronne pour la première fois en cinq ans.

Une annonce prometteuse si on tient compte de la nouvelle hausse du prix du pétrole liée à la guerre en Ukraine, qui a permis à l’Angola de rembourser une partie de sa dette et de diversifier ses sources de financement, alors que la Chine et ses 19 milliards de dollars de prêts représentent environ 40 % de la dette extérieure du pays, selon l’agence Standard & Poor's.

Selon les analyses de Fitch Ratings, la dette du gouvernement devrait se situer à 56,5 % du produit intérieur brut en 2022, contre 79,7 % en 2021 et 123,8 % en 2020.

L'Angola a vu ses principaux indicateurs macro-économiques reprendre des couleurs en 2021 et 2022 : la dette publique a fortement baissé, les agences ont relevé la note souveraine, ce qui a permis début avril d'émettre de la dette sur les marchés internationaux.

Luanda a également bénéficié d'un accord avec les créanciers chinois, en janvier 2021, pour reporter près de 6 milliards de dollars de remboursement de la dette jusqu'en 2023. Autant d'éléments qui ont donné un répit au gouvernement et lui ont permis de préparer les élections du mois d'août.

Pour ce nouveau quinquennat, l'administration Lourenço est attendue sur la mise en œuvre effective de son ambitieux programme de privatisations de ses fleurons de l'industrie extractive, notamment, la Sonangol, la compagnie pétrolière et Endiama, pour le diamant. Et ce après avoir cédé les parts de l'État dans 92 petites et moyennes entreprises.

« Nous ne savons pas si Sonangol sera privatisée en 2023, en 2024 ou en 2025. Ce que je peux garantir, c'est que si le marché est prêt, Sonangol et Endiama seront privatisées au cours du mandat de cinq ans du nouveau gouvernement », a déclaré le président de l'Institut de gestion des actifs et des participations de l'État (Igape), Patricio Vilar, cité par l'agence Bloomberg.

Poursuivre la lutte contre la corruption

Il faut souligner que le pays revient de loin. En prenant le pouvoir en 2017, João Lourenço a hérité d'une économie dépendante du pétrole et en récession, qui a aggravé le chômage et la pauvreté.

Il monte alors un ambitieux plan de réforme visant à varier les sources de revenus et privatiser les entreprises publiques. João Lourenço avait surpris une fois élu en limogeant de nombreux dirigeants d'institutions et d'entreprises ainsi que des chefs de l'appareil sécuritaire, visant les proches de son prédécesseur Jose Eduardo dos Santos, et notamment sa fille Isabel, un temps qualifiée de « femme la plus riche du continent africain ».

Lourenço a fait de la lutte contre la corruption une priorité absolue, ce qui a permis au pays d'améliorer son classement dans l'indice de perception de la corruption de Transparency International.

Un pays inégalitaire face aux chocs

Mais entre-temps, le pays s'est retrouvé au bord du défaut de paiement, à cause de l'effondrement des cours du brut pendant la pandémie de Covid-19. La principale explication de cette instabilité est à chercher du côté de la crise pétrolière de 2014-2015, qui a révélé la fragilité d'un modèle économique trop dépendant des énergies extractives, et qui a conduit à une forte instabilité macro-économique entre 2015 et 2021.

En effet, l'Angola reste l'un des pays les plus pauvres et les plus inégalitaires au monde. La manne pétrolière n'a enrichi qu'une élite proche de dos Santos, la moitié des 33 millions d'Angolais vivent sous le seuil de pauvreté, d'après la Banque mondiale. La capitale du pays, Luanda a été pendant de longues années classées parmi les villes les plus chères du monde pour les expatriés.

Ces derniers mois, l'inflation reste supérieure à 20 % bien que la banque centrale ait relevé les taux à un niveau record. Le gouvernement a dû lancer un programme de soutien à travers des transferts d'argent aux familles les plus pauvres, et à suspendre les taxes à l'importation sur les produits alimentaires de base.

Les réformes mises en œuvre depuis 2017, qui visaient à améliorer la transparence et la gouvernance du système politique et financier mis en place par José Eduardo dos Santos, décédé en juillet 2022, n'ont pas encore produit les effets escomptés. Pourtant, le changement de cap par rapport à l'ancien régime est salué à l'étranger où la réputation de João Lourenço reste plutôt solide.

 


LePoint / MCP , via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 0 commentaires
666 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs

right
Article suivant RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
Article précédent La RDC a la plus grande crise humanitaire en Afrique (Monusco)

Les plus commentés

Politique Affaire blocs pétroliers et gaziers, le "NON" poli de Tshisekedi à John Kerry !

06.10.2022, 18 commentaires

Société État major Général des FARDC, Garde républicaine, Renseignements militaires, opérations… la liste complète de tous les généraux nommés par Félix Tshisekedi

04.10.2022, 15 commentaires

Politique Occupation de Bunagana : consternés, les parlementaires congolais boycottent la 145 ème assemblée de l’union interparlementaire qui se tiendra à Kigali

05.10.2022, 11 commentaires

Politique Augustin Kabuya demande au clan Katumbi de quitter l’Union Sacrée « au lieu de tenir des discours comme s’ils ne sont pas dans les institutions »

05.10.2022, 11 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance