Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - MCN 2023 - Meilleurs Voeux
Retour

Politique

« Le M23 peut regagner les discussions de Nairobi à condition de se retirer de tous les territoires occupés » (Muyaya)

2022-11-07
07.11.2022
2022-11-07
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/11-novembre/07-13/muyaya_ptarick_22_21455.jpg -

Patrick Muyaya

"Aujourd'hui, on parle de traîtrise justement parce que de manière permanente, on a voulu infiltrer des gens qui, lorsque le mot d'ordre est donné,  perturbent tous les plans. L'idée aujourd'hui est que le M23 se retire des positions occupées jusqu'à une délimitation qui avait été faite avant d'être réintégré dans le processus de Nairobi comme tous les groupes armés", explique le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

Lors d'un échange avec la presse dans le cadre de la redevabilité, il rappelle que ce mouvement terroriste ''avait été exclu de ce processus parce qu'il avait recouru aux armes. Nous avons convenu d'un agenda avec les Chefs d'État dans le cadre de l'EAC où il y avait ce volet politique dans lequel nous travaillons, mais également le volet militaire. Tous les Chefs d'État de la région avaient convenu que plus personne ne touche aux armes, sinon il y aura la force".

Il rappelle en outre que ''les groupes armés dont on parle n'ont pas commencé à exister après l'avènement du président de la République. Ils existent depuis 15 voire 20 ans. Aujourd'hui, il y a une volonté d'y mettre un terme. Et dans ces groupes armés, il y a notamment le M23".

Et de poursuivre : ''lorsqu'on a commencé le processus de Nairobi, il y avait dans le lot des groupes armés qui étaient tous déjà à la même enseigne, concernés par les discussions, le M23. Après, il y a eu reprise des hostilités. C'est ce qui a paralysé tout le processus parce que lorsqu'il y a crépitement des armes, pour nous, la concentration principale, c'est d'assurer la défense du territoire national. On veut nous faire du chantage, nous mettre la pression pour négocier avec le groupe terroriste, mais il est hors de question", tranche Patrick Muyaya.

Qui révèle d'ailleurs que ''le recours à la force de l'imposition de la paix était une alternative qui aurait pu ne pas se mettre en place si les discussions politiques avaient abouti. C'est justement le Rwanda, parce que sa stratégie, c'est de maintenir l'Est de la RDC en zone d'instabilité, qui a vu qu'il y avait une fenêtre qui pouvait amorcer le processus pour un retour de la paix dans cette partie du pays de manière définitive, qui a recommencé la guerre avec le M23".

Mais il souligne que "pour nous, le Chef de l'État Félix Tshisekedi a demandé aux brebis égarées de regagner la patrie et on discute des conditions de reddition parce que vous savez que le programme de PDDR-CS, il n'est pas prévu de réintégration dans l'armée parce que nous faisons face à certains défis aujourd'hui parce qu'on a fait des brassages et mixages".

Les élections doivent se tenir

Au sujet de la tenue éventuelle des élections dans un contexte d'insécurité, le ministre de la communication relève que ''le gouvernement a déjà financé le processus pour à peu près 450 millions de dollars. C'est l'engagement constitutionnel que nous avons pris et que nous nous sommes engagés à respecter".

Mais, il fait observer que ''lorsqu'il y a des situations comme celles que nous vivons actuellement, évidemment, il y a des réflexions qu'il faut faire. Non pas dans le sens de ne pas organiser les élections, mais dont le sens est de s'assurer que partout où ils sont, les Congolais sont dans des conditions de paix et de stabilité qui permettent de leur garantir leur droit de vote".

Sans spéculer sur ce qui doit arriver dans les 12 mois prochains, il reste confiant ''en la stratégie mise en place par le président de la République et nous pensons que d'ici les jours qui viennent, nous pourrons avoir une issue positive par rapport à cette situation pour que les compatriotes de Rutshuru, Bunagana, Kiwanja puissent d'abord s'enrôler et ensuite voter en toute sérénité".

Pour démontrer la ferme volonté du Chef de l'État d'organiser les élections dans tout le pays, il rappelle notamment qu'à l'occasion de la réunion préparatoire sur la table ronde qui permettra de décider de la suite à réserver à l'état de siège, ''le Chef de l'État avait redit aux députés du Nord-Kivu et de l'Ituri que les compatriotes de cette partie du pays devront utiliser leur droit de vote".

Dieumerci Lusakumunu
Top Congo Fm / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 7 commentaires
4068 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


0 réponse
On savait déjà la faiblesse du gouvernement actuel de résister à la communauté internationale qui devrait l'obliger de NÉGOCIER AVEC LE M23 qu'il qualifiait lui-même d'un "MOUVEMENT TERRORISTE". Et ça c'est aprêter la VOIE DU NON-RETOUR car désormais le M23 utilisera cela comme JURISPRUDENCE POUR IMPOSER D'AUTRES DIALOGUES APRÈS!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Quand le Président Macron parlait vers 17h ou 18h au COP 27 en Égypte, il a cité le Pays voisin immédiat de la RDC comme un pays solution, mais n'a JAMAIS FAIT RÉFÉRENCE à la RDC comme PAYS SOLUTION, alors que la RDC CRIE TOUJOURS QU'ELLE EST PAYS SOLUTION DANS LA QUESTION CLIMATIQUE! C'est la FAIBESSE DE NOTRE DIPLÔMATIE QUI SE DIT "AGISSANTE" alors que là on vient de constater qu'elle est très "FAIBLE". La preuve est là!!!!!!

Réagir

1
Répondre
@
Insérez un émoji
1 réponse
(Suite). Museveni vient disperser les Adf dans l'est du pays. Tshilombo donc est l'unique des ces 3 présidents ,qui a signé des accords avec M23. On ne negocie pas avec des bandits on le combat. Aujourd'hui on negocie quoi ? Le retour des M23, soit comme civiles, policiers, ou militaires. C'est ce que dit le gvt." Pas d'intégration dans l'armée " .implicitement le gvt.les reconnaît comme congolais à intégrer.

Réagir

5
1
1
Répondre
Mampuya, tu t'es toujours contenté d'exposer tes idioties. Veux-tu publier l'accord signé par Fatshi avec le M 23 ? Tu nous précises aussi à quel endroit et en présence de quels témoins. Le professeur Kalele parle clairement des accords signés, des dates de dits accords, des endroits où ils étaient signés et éventuellement les noms des signataires de tous les côtés des antagonistes sans oublier le coordonnateur de la communauté internationale, l'ex-président Obasanjo. Fais aussi de même au lieu de jouer à la manipulation, qui démontre clairement ta haine ethnique.

Réagir

2
@
Insérez un émoji
0 réponse
Le problème c'est la confusion du gouvernement, injectee au peuple. Pour négocier, il faut identifier les partenaires et le vocable approprié. On peut parler, mettre dans le même panier tous mvts.ou groupes rebelles. Un mouvement, suppose une idéologie en vue de prendre le pouvoir, renverser le pouvoir en place. Une rébellion suppose une dissension, au sein d'un appareil d'état prédéfinis. Terrorisme le but n'est celui de prendre le pouvoir nécessairement, mais de causer des dégâts, pour un but précis. Le M23 est dans quel groupe. Il faut remonter à ses origines. Bref avec Kabila le M23 était un mvt politique militaire pour prendre le pouvoir. Donc il y'avait le côté militaire et politique. Après sa défaite, aujourd'hui beaucoup des géniteurs du M23 sont dans L'USN,,disons l'aile politique. L'aile militaire par contre va se cacher en Ouganda et Rwanda. Or l'aile militaire est un danger pour le pays hôte. Tshilombo sur demande de Museveni, il va négocier avec l'aile militaire du M23. Kagame refuse de négocier avec l'aile militaire des FDRL, Museveni refuse de négocier avec les ADF. Sous prétexte de les combattre. Museveni vient dispenser les Adf dans...

Réagir

4
1
1
Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Nous demadons au gouvernement de mobiliser les recettes des l'an prochain pour financer le 1 milliard de dollors pour le compte de l'armee et de mettre le mecanisme pour controller les fonds... Vers 2025, nous devons etre capable d'attaquer le Rwanda ainsi que l'Uganda... Nous avons un effectif superieur a celui de Rwanda et Ouganda reuni, nous ne devons plus neutraliser le ADF et FDLR, c'est une arme entre nos mains que nous pouvons utiliser contre l'Ouganda et le Rwanda, j'ai dit.

Réagir

9
2
1
1
Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Monsieur le ministre. Avec tout le respect dû à votre rang de ministre, le dialogue avec le M23 est tout simplement nul. Le M23 répond à un agenda des puissances occidentales et via nos voisins comme l'Ouganda, le Rwanda... Dans le but de se servir de certains de nos territoires. Le seul moyen est de nous défendre par la guerre! Ces bla-bla-bla de dialogue ne vont rien apporter! Mais vous pouvez essayer! Cependant il n'y aura rien.

Réagir

10
2
1
Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Les députés Jean-Baptiste Kasekwa et Delly Sesanga convoqués à l'Assemblée nationale
left
Article précédent Appel à la mobilisation: pour le LGD Felix Tshisekedi doit d'abord se "débarrasser de la posture de chef d’un parti pour fédérer toutes les tendances en cette période"

Les plus commentés

Politique Alain-Daniel Shekomba: « Le bilan de Félix Tshisekedi est largement positif, demander un autre bilan que celui de la stabilité politique, c’est de la sorcellerie ! »

24.01.2023, 27 commentaires

Politique Joseph Kabila “n’a jamais touché son salaire de 680.000 USD”, Olive Kabila

25.01.2023, 26 commentaires

Politique Attaque du Rwanda contre un avion de chasse congolais : Kinshasa parle d’un « acte de guerre » et menace Kigali

25.01.2023, 22 commentaires

Politique Les 4 ans du pouvoir de Félix Tshisekedi : que de promesses non tenues !

26.01.2023, 19 commentaires

Ont commenté cet article



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance