Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Monde

Guerre en Ukraine : Moscou et Kiev s'accusent mutuellement d'avoir bombardé la centrale de Zaporijia

2022-11-22
22.11.2022
2022-11-22
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/11-novembre/21-27/zaporija_centrale_22_02145.jpg -

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a confirmé que de "puissantes explosions" se sont produites, ce dimanche, dans le secteur de la centrale nucléaire ukrainienne, que les forces russes occupent.

Les tentatives de l'Occident de pousser l'Ukraine à négocier avec Moscou après une série d'importantes victoires militaires de Kiev sont "bizarres" et relèvent d'une demande capitulation, a déclaré à l'AFP un conseiller clé de la présidence ukrainienne. Lors d'une visite surprise samedi à Kiev, le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak a annoncé une nouvelle aide militaire, notamment antiaérienne, assurant le président ukrainien Volodymyr Zelensky de son soutien "jusqu'à ce que l'Ukraine gagne", alors qu'un train reliait la capitale à Kherson pour la première fois depuis le début de l'invasion russe, fin février. 

Accusations réciproques pour le bombardement de la centrale de Zaporijia

La Russie et l'Ukraine se sont accusés mutuellement, ce dimanche 20 novembre, d'avoir bombardé la centrale nucléaire de Zaporijia, située dans le sud du pays et occupée militairement par l'armée russe. "Le régime de Kiev ne cesse pas les provocations afin de créer la menace d'une catastrophe à la centrale nucléaire de Zaporijia", la plus grande d'Europe, a dans un premier temps affirmé le ministère russe de la Défense dans un communiqué. 

Samedi et dimanche, les forces ukrainiennes ont tiré plus d'une vingtaine d'"obus de grand calibre" sur la centrale, selon le document. Ceux-ci ont notamment explosé entre les blocs énergétiques numéro 4 et 5 et visé le toit d'un "bâtiment spécial" situé à proximité de ces blocs. Ce dernier abrite notamment un dépôt de combustible nucléaire, a précisé de son côté un responsable du producteur russe d'électricité nucléaire (Rosenergoatom), Renat Kartchaa, cité par l'agence officielle TASS. Malgré ces bombardements, "le niveau de radiation dans la zone de la centrale reste conforme à la norme", souligne le communiqué. 

Peu après, l'agence nucléaire ukrainienne a accusé la Russie d'avoir bombardé le site de la centrale. "Ce matin du 20 novembre 2022, à la suite de nombreux bombardements russes, au moins 12 frappes ont été enregistrées sur le site de la centrale nucléaire de Zaporijia", a déclaré Energoatom, accusant les Russes d'"organiser une fois de plus un chantage nucléaire et mettre le monde entier en danger". 

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a fait état ce dimanche de "puissantes explosions" qui se sont produites dans ce secteur. "L'information est extrêmement perturbante. Des explosions sont survenues sur le site de cette grande centrale nucléaire, ce qui est totalement inacceptable", a-t-il déclaré dans un communiqué. Emmanuel Macron s'est entretenu, ce dimanche midi, avec Rafael Grossi. 

Pour la présidence ukrainienne, négocier avec Moscou signifie "capituler"

"Quand tu as l'initiative sur le champ de la bataille, c'est un peu bizarre de recevoir des propositions du genre : vous ne pourrez pas de toute façon tout faire par la voie militaire, menez les négociations", a déclaré Mykhaïlo Podoliak, un conseiller de la présidence ukrainienne, dans un entretien accordé à l'AFP. "Cela veut dire que le pays qui attaque, qui récupère ses territoires, doit capituler devant le pays qui est en train de perdre", a-t-il ajouté. 

Des médias américains ont récemment rapporté que certains hauts responsables commençaient à encourager l'Ukraine à envisager des pourparlers, ce que le président Volodymyr Zelensky a refusé jusqu'à présent sans retrait préalable des forces russes de tout le territoire ukrainien. "La victoire militaire n'est probablement pas, au sens propre du terme, réalisable par des moyens militaires", a ainsi estimé, le 9 novembre, le plus haut responsable militaire américain, le général Mark Milley, estimant qu'il existe "une fenêtre d'opportunité pour la négociation". Le chef d'état-major américain a par ailleurs souligné mercredi que le soutien des Etats-Unis n'avait pas diminué, mais a déclaré que Kiev était en bonne position pour entamer des discussions, ses soldats parvenant à tenir tête à la Russie. 

Pas de démarche officielle de Moscou pour négocier la paix
"Nous n'avons pas de demande officielle de la part de la partie russe concernant... des négociations", a déclaré Andriï Yermak, le chef de cabinet du président ukrainien, qui intervenait à distance au Forum international sur la sécurité de Halifax, au Canada. Toute négociation qui ne serait pas fondée sur la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine dans les limites de ses frontières internationalement reconnues ne serait "pas acceptable", a-t-il ajouté. 

"La Russie recherche désormais une courte trêve, un répit pour reprendre des forces. On pourrait y voir la fin de la guerre, mais un tel répit ne fera qu'empirer la situation", a déclaré le dirigeant ukrainien. "Une paix réelle, durable et honnête ne peut venir que de la fin complète de l'agression russe", a-t-il ajouté. 

A Kiev, Rishi Sunak réaffirme le soutien britannique

"Nous resterons à vos côtés jusqu'à ce que l'Ukraine ait gagné la paix et la sécurité dont elle a besoin et qu'elle mérite", a déclaré à Kiev, aux côtés du président ukrainien, Rishi Sunak, venu en visite surprise pour la première fois depuis sa prise de fonction fin octobre. Volodymyr Zelensky s'est félicité de cette "visite significative et utile pour les deux pays". "Avec des amis comme vous à nos côtés, nous avons confiance dans notre victoire", a-t-il ensuite tweeté. La guerre en Ukraine dure depuis presque neuf mois, et le lancement de l'invasion russe le 24 février. 

Rishi Sunak a annoncé une nouvelle aide militaire d'un montant de 50 millions de livres (57,4 millions d'euros) et une aide humanitaire de 16 millions de livres (18,3 millions d'euros). L'aide militaire comporte "125 canons antiaériens et de la technologie pour contrer les drones meurtriers fournis par l'Iran (à Moscou, NDLR), y compris des dizaines de radars et de l'équipement électronique anti-drones", selon un communiqué de Downing Street. 


Lexpress / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 0 commentaire
411 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
Article précédent Belgique : Des incidents à Bruxelles en marge de la défaite face au Maroc

Les plus commentés

Politique Publication du calendrier électoral : "Ces élections auront lieu dans les temps voulus par les législateurs" (Lambert Mende)

26.11.2022, 13 commentaires

Provinces Nord-Kivu : zone tampon ou balkanisation de fait du pays

25.11.2022, 11 commentaires

Politique Menaces de balkanisation de la RDC : Bernadette Tokwaulu tire la sonnette d'alarme et interpelle Félix Tshisekedi

25.11.2022, 9 commentaires

Afrique Résolutions du mini-sommet de Luanda : « Avec la partie rwandaise, le respect de la parole donnée n’a jamais été au rendez-vous » (Christophe Lutundula)

25.11.2022, 9 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance