Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Politique

Processus de Nairobi : « On ne va pas continuer à offrir une prime à la violence », Patrick Muyaya

2022-11-23
23.11.2022
Afrique
2022-11-23
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/11-novembre/21-27/processus_nairobi_patrick_muyaya.jpg -

Kinshasa s’en tient à sa ligne rouge, pas de dialogue inclusif alors qu’on est en train de causer un désastre humanitaire comme celui en cours dans l’Est du pays, explique le Porte-parole du Gouvernement.

Dans le cadre des efforts diplomatiques, visant à ramener la paix dans l’Est de la RDC, Luanda abrite ce mercredi 23 novembre un nouveau sommet sur la crise entre la RDC et le Rwanda.

Dans la capitale angolaise, le président João Lourenco va s’entretenir avec ses homologues de la RDC, Félix Tshisekedi, Paul Kagame du Rwanda et Evariste Ndayishimiye du Burundi et président en exercice de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est.

Ce n’est pas tout. L’ancien président kényan, Le Uhuru Kenyatta, facilitateur du processus de Nairobi entre la RDC et les groupes armés, y est également invité.

Au cours d’un briefing presse qu’il a animé hier mardi 22 novembre, le ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, explique que ce mini-sommet est un croisement entre le processus de Nairobi et celui de Luanda.

Le ministre Muyaya rappelle que « l’UA a donné mandat à la CIRGL pour suivre la crise en cours en RDC, et a confié la médiation au président Lourenço d’Angolais. Puisque la RDC avait adhéré à l’EAC et que la crise se déroule aussi avec un pays de l’Est, il y avait le processus de Nairobi qui prévoyait le processus du dialogue et aussi la mise en place d’une force régionale. Et comme ces initiatives concourent à un même objectif, demain (mercredi 23 novembre, Ndlr) il y aura une forme de discussion pour voir les interactions éventuelles entre ces deux processus. Donc à ce sommet sont attendus normalement les présidents Tshisekedi, Ndayishimiye, Kagame, le président honoraire Uhuru Kenyatta, le facilitateur du processus de la crise de l’Est » , indique-t-il.

En attendant le communiqué qui va sanctionner ce sommet, les Congolais sont lassés par des rencontres qui se tiennent, et à chaque fois rien ne change.

En clair ils voudraient voir le Rwanda respecter ses engagements lors des différentes discussions. Le président Kenyatta après son passage à Kinshasa a discuté avec le président Paul Kagame qui s’était engagé pour le compte du M23.

Dans un communiqué publié samedi 19 novembre, l’EAC expliquait que Uhuru Kenyatta et le président rwandais Paul Kagame avaient convenu par téléphone « de la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat » . Dans le même communiqué, on pouvait lire que Paul Kagame avait aussi accepté d’aider Uhuru Kenyatta à « inciter » le M23 à déposer les armes et à se retirer des territoires occupés.

Sur le terrain, samedi, une accalmie se dessinait qui pouvait laisser penser que l’appel conjoint avait été entendu. Mais le jour suivant, dimanche, les armes retrouvaient à nouveau de la voix, les affrontements ont repris dans les territoires de Rutshuru et Masisi entre les FARDC et le M23, alors que des pourparlers entre Kinshasa et les groupes armés devaient commencer le lundi 21 novembre à Nairobi, mais finalement repoussés au 27 novembre courant.

Avec le président rwandais, le facilitateur a évoqué les conditions humanitaires déplorables que traversent des populations du Nord-Kivu suite aux affrontements entre les FARDC et le M23.

Au cours du briefing presse d’hier, Patrick Muyaya a rappelé la ligne rouge tracée par Kinshasa. « Aujourd’hui si on veut nous forcer la main en insistant sur un dialogue inclusif, ce qui était déjà l’idée dès le départ, mais vous ne pouvez pas penser venir dialoguer en causant le désastre humanitaire qui est en cours… Aujourd’hui nous sommes fermes sur notre position. »

Et les conditions sont connues, rappelle le ministre de la Communication et Médias, « c’est entre autres un cessez-le-feu et le retrait du M23 des positions occupées… On ne va pas continuer à accorder une prime à la violence« , a insisté Patrick Muyaya, espérant que sur le plan diplomatique « nous aurons des avancées. »

Avion militaire français en détresse

Tordant le cou à des folles rumeurs, Patrick Muyaya a fait savoir que l’avion militaire appartenant à la France qui a atterri à l’aéroport de Bangboka à Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo, était en détresse, le vendredi 18 novembre.

« L’avion a atterri en détresse, un des moteurs menaçait de prendre feu. Il comptait à son bord 9 membres d’équipage. Cela a été inspecté par les services de la DGM« , a assuré le ministre de la Communication et Médias.

Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement a appelé les Congolais à rester sereins et à barrer la route à la manipulation. Didier KEBONGO


Forum des AS / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 0 commentaire
1216 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
Article précédent Les députés nationaux du Sud-Kivu font part au Premier ministre, de la déchéance du Gouverneur Ngwabidje

Les plus commentés

Politique Publication du calendrier électoral : "Ces élections auront lieu dans les temps voulus par les législateurs" (Lambert Mende)

26.11.2022, 13 commentaires

Provinces Nord-Kivu : zone tampon ou balkanisation de fait du pays

25.11.2022, 11 commentaires

Politique Menaces de balkanisation de la RDC : Bernadette Tokwaulu tire la sonnette d'alarme et interpelle Félix Tshisekedi

25.11.2022, 9 commentaires

Afrique Résolutions du mini-sommet de Luanda : « Avec la partie rwandaise, le respect de la parole donnée n’a jamais été au rendez-vous » (Christophe Lutundula)

25.11.2022, 9 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance