Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Politique

M23, Kinshasa ne veut plus de “brassage”

2022-11-24
24.11.2022
Société
2022-11-24
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/11-novembre/21-27/m23_kinshasa_ne_veut_plus_de_brassage.jpg -

Considérée il y a vingt ans comme une manière de régler les conflits, l’intégration d’anciens rebelles dans les rangs de l’armée de la République démocratique du Congo est maintenant perçue comme une erreur à ne pas reproduire, notamment avec les rebelles du M23, à l’offensive dans l’est du pays.

L’idée du “brassage” de forces antagonistes est née de l’accord conclu en 2003 à Sun City (Afrique du Sud) après de longues négociations destinées à mettre fin à la guerre de 1998-2003 en RDC qui, après celle de 1996-1997, avait failli faire imploser cet immense pays aux richesses convoitées.

Depuis, il n’y a officiellement plus de “guerre” en RDC, mais sa partie orientale reste en proie aux violences de multiples groupes armés, locaux ou étrangers.

Jusqu’en 2013, à chaque reddition, les miliciens étaient intégrés dans l’armée, leurs chefs obtenant des grades d’officiers dans les grandes unités. L’objectif était la construction d’une armée nationale. Mais cette pratique a en fait affaibli l’armée et les autorités ont décidé d’y mettre fin.

Quand on parle de brassage, mixage, démobilisation, réinsertion, ça s’est fait dans une sorte de bric-à-brac qui ne peut pas produire une force cohérente, analyse pour l’AFP le professeur Jacques Djoli, spécialiste congolais des questions sécuritaires. Le “brassage” n’a pas apporté la stabilité recherchée, mais l’armée a au contraire été “infiltrée”.

D’ex-rebelles “brassés” ont fomenté d’autres rébellions, notamment celle du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), un mouvement politico-militaire issu d’un ex-mouvement rebelle, le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), soutenu par le Rwanda et ancêtre du M23, explique le professeur.

C’est “un échec”, conclut-il.

Cette année, plusieurs chefs de l’armée, dont au moins trois généraux expérimentés, ont été emprisonnés, accusés de haute trahison ou tentative de coup d’Etat contre le président Félix Tshisekedi.

D’autres responsables sécuritaires ont été soupçonnés de connivence avec le Rwanda, accusé par Kinshasa de soutenir le M23. Ancien opposant, Félix Tshisekedi est arrivé au pouvoir début 2019 après une présidentielle controversée, succédant à Joseph Kabila, un ancien général-major.

“Reconstruire une armée” 

“Ces brassages n’ont pas permis de construire une armée républicaine, avec une unité de commandement”, confirme le député Juvénal Munubo, membre de la commission défense et sécurité à l’Assemblée nationale, pour qui toute négociation directe avec la rébellion du M23 doit être exclue.

Le M23 “risque de nous sortir des revendications politiques, de chercher à occuper des postes au sein du gouvernement” comme par le passé, estime Juvénal Munubo.

Ce serait une erreur historique d’intégrer les M23 ou autres groupes dans l’armée”, met en garde l’élu de Walikale, dans le Nord-Kivu. Pour lui, la seule possibilité pour les ex-rebelles est “d’adhérer au processus DDR, le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion dans la vie civile.

Dans un premier temps, comme demandé mercredi à l’issue d’un mini-sommet à Luanda, le M23 doit cesser le feu dès vendredi soir puis se retirer des zones qu’il occupe, faute de quoi la force régionale en cours de déploiement dans l’est de la RDC les obligera “à se soumettre”, selon le texte adopté.

Le M23, pour “Mouvement du 23 mars”, est une ancienne rébellion tutsi qui avait brièvement occupé Goma fin 2012, avant d’être vaincue l’année suivante.

Le mouvement a repris les armes en fin d’année dernière, en reprochant à Kinshasa de ne pas avoir respecté les engagements de 2013 sur le rapatriement de ses combattants, depuis l’Ouganda et le Rwanda où ils avaient trouvé refuge, en vue de leur réinsertion.

Depuis environ un mois, les combats se sont intensifiés et le M23 étend son territoire dans la province du Nord-Kivu. Il est à une vingtaine de kilomètres de Goma, la capitale provinciale, et gagne aussi du terrain vers l’ouest en direction du Masisi.

En sous-effectif, mal équipée, minée par des luttes internes, l’armée congolaise peine à stopper, jusqu’à présent, l’avancée des rebelles.

Cette armée a connu son heure de gloire pendant la décennie 78-88, du temps de Mobutu, selon le professeur Djoli. Elle a perdu en efficacité à cause du brassage, mais aussi par manque de formation, notamment d’unités spéciales, de troupes aéroportées, etc, analyse une source sécuritaire.

Appelant au sursaut patriotique face au M23, le président Tshisekedi a demandé aux jeunes de s’enrôler massivement dans l’armée. Des milliers ont répondu à l’appel et doivent maintenant être formés dans les règles de l’art.

Pour qu’ils soient “prêts à aller au front”, il faut “six à neuf mois de préparation”, a estimé mardi le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

“Reconstruire une armée est une activité qui prend beaucoup de temps”, a-t-il dit, “une tâche ardue et budgétivore”. Mais “nous allons continuer à travailler pour renforcer nos forces armées”, a-t-il promis.

 

Marthe Bosuandole
OURAGAN / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 14 commentaires
3317 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


0 réponse
Les congolais ont une mémoire courte. L'armée nationale congolaise de Mobutu, était un brassage des troupes de Tshombe, Lumumba ex rébellions, et de l'armee nationale de Kinshasa. Malgré cela en cas des difficultés Mobutu faisait appel aux Marocains et Français en plus des mercenaires. Personne ne disait la faute était de brassages. Aujourd'hui pour dédouaner Tshilombo et ses jouisseurs la faute est brassages, mixages. La même armée qui a défaite le M23, brusquement elle devient infiltrée, brassages. L'officier le plus haut en grande dans les FAZ était un général lumumbiste. Faîtes un effort de calculer le nombre de guerre et message avec Mobutu. Certains pensent que le Congo est une île dans l'océan.

Réagir

18
4
3
1
1
1
Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Jacque @TPUK6ZK Tu es à court d'arguments les seules choses qui soient dans ta tête : les insultes, la violence et l'instinct animal tu abandonne complètement le sujet du débat et dirige tes animalités vers des attaques personnelles.Il n'y a pas de débat sur ma nationalité congolaise.

Réagir

1
1
Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
@Congo@URE83IR Montre-moi où j'ai menti dans ce que je viens d'écrire?D'abord, lu contenu de ce qui a été signé à Luanda et tu viendra me contredire ,sinon tu es ignorant et naïf.

Réagir

2
Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Le M23 est fini et terminé. C'est maintenant de l'histoire. Aujourd'hui nous avons affaire avec l'Ouganda et le Rwanda. Et cette guerre ira comme ça. On se bat cintre le Rwanda et l'Ouganda. Pour ce qui est le M23: eh bien c'est terminé.

Réagir

2
2
Répondre
@
Insérez un émoji
2 réponses
Les accords de Luanda,Tshilombo vient de céder le pays à la balkanisation : le M23 un mouvement terroriste qui peut garder une petite zone de territoire sur le sol congolais et se retrouve en force pour de futures négociations directes et rapides avec le gouvernement.

Réagir

8
6
Répondre
Meka okangama oza ruandais toyebi bino okotikala na soni tufi di nguaku

Réagir

2
1
1
@
Insérez un émoji
0 réponse
M23? Quel M23? C'est prouvé, c'est le Rwanda. Alors, qui voudra brasser avec un pays étranger?

Réagir

10
1
Répondre
@
Insérez un émoji
1 réponse
Kabila a connu le brassage et a combattue le brassage. Une armée a ses anticorps pour se défendre . Les kunda, Ntangata eecc la ' guerre de Bamba en pleine Kinshasa. Oui là nous avons, vu et entendu les effets des brassages. À partir de 2013 jusqu'à 2021 aucun effet militaire sur le brassage. Après la passation de pouvoir, l'armée était laissée pour son compte, devenant de la matière politique. Mais faisons le bilan sur les investissements dans l'armée. Acheter des jeeps aux généraux, logements aux généraux eecc. Nous prétendons etre sous embargo, mais nous recrutons. Mais les recrus vont combattre avec quelles armes ?

Réagir

6
3
2
Répondre
Motema mabe eza bien te? Qui se fekix en 4 ans et de kabila à investi dans l armée.? La loi de programmation militaire en 18 kabila un faux général de pacotille y a pensé ? Nous n avions plus aucun accord de coopération militaire perlettant la formation Quelle camp militaire a t il ré instruit ou réhabilité ? Il faut être objectif

Réagir

3
1
@
Insérez un émoji
0 réponse
(Suite) depuis 2013 ces mêmes brassages et intégrations, ont permis une paix relative en RDC. La question alors, pourquoi ce regain du M23.

Réagir

4
3
Répondre
@
Insérez un émoji
1 réponse
Professeur Ndjoli ne cite pas le MLC de Bemba comme élément de brassage. Museveni avait conseillé à Kabila père de former sa propre armée. Si Kabila avait accepté, il n'y aurait pas y de place même pour les troupes de Bemba. Mais nous comprenons il est de l'Équateur. Chacun défend sa tribu et son clan.

Réagir

5
4
Répondre
Il faut reconnaître que le peu de militaire du mlc qui ont été intégré et qui n ont pas d ailleurs bénéficier des avantages cadeaux que kabila a fait aux tutsis n ont jamais posé des problèmes au pays

Réagir

5
1
1
@
Insérez un émoji
0 réponse
on ne brasse pas avec celui qui a nourri la mère patrie avec le sang de ses enfants

Réagir

9
1
Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
Article précédent CPI : « Je suis convaincue que mon pays bénéficiera de la même compassion que témoigne la Communauté internationale à l’égard de l’Ukraine » (Rose Mutombo)

Les plus commentés

Politique RDC-RWANDA : après la douche froide que Félix Tshisekedi a infligée à son homologue rwandais, l’équipe de communication de Paul Kagame en débandade (Analyse)

05.12.2022, 24 commentaires

Politique Biruta à Blinken : « le M23 ne doit pas être assimilé au Rwanda »

06.12.2022, 16 commentaires

Politique Agression rwandaise : Les rebelles M23/RDF prêts à se retirer du territoire congolais, (communiqué)

07.12.2022, 16 commentaires

Politique Tshisekedi recadre Kagame : « c’est diabolique d’assumer le fait qu’on sème la mort et la désolation »

04.12.2022, 15 commentaires

Ont commenté cet article



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance