Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Politique

28 novembre 2011 - 28 novembre 2022 : le duel Joseph Kabila - Étienne Tshisekedi, 11 ans déjà

2022-11-28
28.11.2022
2022-11-28
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2022_actu/11-novembre/28-30/kabila_tshisekedi_22_02145.jpg -

Le 28 novembre 2011, le peuple congolais s'était rendu aux urnes afin d'élire, pour la deuxième fois depuis la fin du régime Mobutu. La première fois, c'était en 2006, au terme de trois ans de transition à la formule 1+4, entendez un président et quatre vice-présidents.

Deux candidats étaient sortis du lot, à savoir Joseph Kabila et Étienne Tshisekedi. Le premier sollicitait un deuxième mandat, alors que le second, opposant historique de la République démocratique du Congo, négociait sa toute première accession à la magistrature suprême.

Selon les observateurs, les élections couplées, présidentielles et législatives de novembre 2011 en RDC ont été calamiteuses, pires que celles de 2006. La Fondation Carter, la Commission européenne, les États-Unis, la France, la Belgique, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), les ONG... avaient déploré les ratés de la première consultation organisée par les Congolais eux-mêmes, à la différence du scrutin de 2006, encadré par la communauté internationale, la MONUC (Mission des Nations Unies au Congo) et le CIAT (Comité international d’accompagnement de la transition).

Leur emboîtant le pas, la presse occidentale à l’unisson a dénoncé le fiasco électoral, l’opacité des opérations de dépouillement mettant en cause la crédibilité des résultats. Les perdants ont naturellement crié à la fraude. Arrivé second, l’opposant Etienne Tshisekedi s’est auto-proclamé président, après avoir prêté serment le 23 décembre 2011, deux jours après Joseph Kabila. La confusion était totale.

Kinshasa a été le théâtre de violences pré et surtout post électorales, perturbant ainsi le début du second quinquennat de Joseph Kabila.

Il faut rappeler que la présidentielle s'était déroulée à un seul tour, conformément à la révision constitutionnelle adoptée le 15 janvier 2011. L'opposition avait dénoncé ce qu'elle a qualifié de "complot" pour tailler sur mesure la Constitution et préparer le lit à la réélection de Joseph Kabila.

Bulletins-journaux

Les bulletins ont été imprimés à Johannesburg, l’Afrique du Sud s’étant engagée à les livrer dans les délais. L’épaisseur des bulletins qui avaient plus de 50 pages à Kinshasa, a résulté d’une inflation de candidats aux législatives : 18 864 pour 500 sièges à pourvoir, le double de 2006.

Pour chacun d’entre eux, il y avait le nom, le parti et la photo, suivis de la case où l’électeur appose sa signature ou un signe tel qu’une croix s’il ne sait pas écrire. Or, le tiers du corps électoral était analphabète. Retrouver son candidat dans ces bulletins-journaux représentait, de ce fait, une difficulté certaine et un allongement de la durée des opérations.

Élections financées à 80% par la RDC

La RDC a assumé plus de 80 % du coût des opérations électorales. Les retards de la Ceni n'étaient pas uniquement dus à la lourdeur des opérations. Ils étaient pour partie imputable aux débats sans fins des parlementaires concernant la désignation des membres de la commission ou la composition du bureau. La Céni a été créée en juillet 2010, mais son bureau installé seulement en février 2011.

L’enlisement dans les palabres, un formalisme juridique dissimulant généralement des stratégies personnelles intéressées, ont paralysé le travail de l’Assemblée nationale. Comme l’ensemble de la classe politique dont elle était issue, la Céni n’avait pas échappé au syndrome de la « politique du ventre », selon l’expression de Jean-François Bayart.

L’abbé Apollinaire Malu Malu qui présidait la CEI, n’a pas manifesté un grand empressement pour céder sa place au pasteur Daniel Ngoy Mulunda à la tête de la Ceni. Depuis la Conférence nationale de 1990, c’est une tradition bien établie de recourir à des hommes de l’église pour présider des instances nationales indépendantes des partis au nom de leur présumée neutralité. La gestion de Ngoy Mulunda, proche de Kabila, a été dénoncée par l’opposition qui a mis en doute son impartialité.

Elle l'a considéré comme responsable des irrégularités du scrutin et a demandé sa démission.

Aujourd'hui, 11 ans après cette date historique, ni Kabila, ni Tshisekedi, n'est aux affaires. Le premier a épuisé toutes les possibilités de demeurer au pouvoir, alors que le second repose en paix depuis le 1er février 2017. Mais son parti, l'Udps, a pris le pouvoir au terme de la présidentielle du 30 décembre 2018.

 

LM
congo-press.com (MCP) / mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 4 commentaires
2201 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


1 réponse
Tshisekedi wa Mulumba paix à son âme. Mais il reste un collaborateur de Mobutu, depuis les commissaires généraux. Il ne voulait pas des élections démocratiques sous Mobutu. Plusieurs candidats ? Prélude de la mauvaise politique, tout simplement parceque dans un pays sans emplois, le moins noble, jusqu'au noble, la politique reste l'unique espace pour se faire connaître. Ceux qui étaient en première ligne contre les élections de 2011,où sont-ils aujourd'hui à nous donner des leçons ? Nous pouvons dire que ces donneurs des leçons avaient une aversion démesuré sur le Kabilisme. Kabila est resté l'opposant des occidentaux, des capitalistes, des exploiteurs du peuple congolais depuis 1960 à la fin de la rébellion lumumbiste, il est resté constant. La Constitution Congolaise n'a jamais été acceptée par le Tshisekedisme hier, comme aujourd'hui. Donc l'article nous rappelle de revisiter notre histoire.

Réagir

2
2
Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
sans objet cet article

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
A quoi bon cet article ?

Réagir

6
1
1
1
Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant CENI : "la présidentielle de 2023 n'offre aucune possibilité de glissement" (DYPRO)
left
Article précédent Nairobi III : Tshisekedi, Kagame et Museveni interviennent par visioconférence

Les plus commentés

Politique Confidence de la rencontre de Luanda: João lourenço conseille à Félix Tshisekedi de consulter Kabila

08.02.2023, 27 commentaires

Politique « Certains animateurs de l’Église catholique s’arrogent le pouvoir d’utiliser leur chaire à des fins politiques » (JP Beleshay, UDPS-USA)

08.02.2023, 16 commentaires

Société Réduction du train de vie des institutions : l'ODEP propose la supression des émoluments des députés

07.02.2023, 15 commentaires

Politique Augustin Kabuya : « Au stade actuel, je dois jouer à fond mon rôle d’un vrai Mwana Bute du Chef de l’État»

06.02.2023, 12 commentaires

Ont commenté cet article



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance