Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - MCN 2023 - Meilleurs Voeux
Retour

Culture

Patrimoine culturel de la RDC : une richesse inexploitée à sa juste valeur (Analyse d’Oasis Kodila Tedika*)

2023-01-09
09.01.2023
Economie
2023-01-09
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2023_actu/09-15/Musee_national_RDC.jpg -

A n’en pas douter, le patrimoine culturel congolais s’avère important. Pour preuve, la RDC est classée le 4ème pays le plus fragmenté ethniquement avec un score de 0,87 sur 190 pays, 8ème pays le plus fragmenté linguistiquement avec un score 0,87 sur 201 pays et 25ème pays le plus fragmenté en termes de religion avec un score de 0,70 sur 214 pays classés selon les données d’Alberto Alesina et al. Cette fragmentation mesure la probabilité de tirer au hasard dans une entité administrative deux personnes appartenant à deux ethnies différentes, deux langues différentes ou deux religions différentes. Derrière une telle diversité ne peut se cacher qu’un patrimoine aussi bien tangible (sites archéologiques et géologiques, musées, collections nationales, paysages construits, monuments historiques, patrimoine industriel – outils, instruments, machines, bâti –, objets d'art et mobilier …) qu’immatériel énorme (chants, coutumes, danses, traditions gastronomiques, jeux, mythes, contes et légendes, témoignages, captation de techniques et de savoir-faire, documents écrits et d'archives métiers d’arts, savoir-faire…).

Cette dotation géographique et historique est à la base d’un nombre d’acteurs culturels lato sensu. Ce n’est pas pour rien qu’il existe en RDC un nombre important d’association, institution et corporations culturelles. En effet, selon les données officielles reprises dans l’Annuaire statistique de l’Institut national de la statistique, on y découvre 14 organisations avec, au moins, 116.811 artistes enregistrés. Toutefois, il existe un sérieux problème d’intérêt de la population congolaise sur le patrimoine culturel. Le comportement des recherches online de la population congolaise, fourni dans la figure ci-après qui reprend les moyennes d’occurrence mensuelle de recherche, confirme cela.

Comme on pouvait s’y attendre, la musique est le mot culturel qui a le plus fait objet de la recherche online de la part des Congolais. Cependant, la courbe de cet indicateur est en U. Ceci laisse entendre notamment la perte de compétitivité de la musique congolaise, qui a laissé place à d’autres pays à un certain moment. En second lieu, le mot qui revient le plus est l’art. Les recherches relatives à ce mot connaissant également une tendance baissière. C’est le même constat pour le mot culturel, qui arrive en troisième position. Respectivement pour le reste, les différents mots relatifs à la culture se suivent de la manière suivante en termes d’intérêt pour les Congolais : patrimoine avec une tendance baissière, bibliothèque avec des yoyo, musée avec une longue queue à droite, archives avec une queue à droite, site touristique avec une queue à gauche, monument qui se présente en courbe quasi-normale, et, enfin, droit de propriété.

Figure 1. Évolution de l'intérêt pour cette recherche en RDC


Source : Nous-même, à partir de Google trends.

D’autres éléments peuvent étayer ce faible intérêt. Les chiffres officiels ne sont pas disponibles pour les exportations et les importations des biens culturels. Néanmoins, le solde des opérations sur certaines composantes des services peut déjà indiquer la situation du pays. La composante voyage comme les services personnels, culturels et relatifs aux loisirs présentent respectivement une situation déficitaire de l’ordre de -85,65 millions de dollars américains et -4,95 millions de dollars américains en moyenne entre 2014-2019. Quoique l’on ne maitrise pas totalement bien les raisons des déplacements à l’extérieur du pays des Congolais, il en ressort que globalement, il y a plus de sorties que d’entrées en RDC. Le même constat se dessine pour les services personnels, culturels et relatifs aux loisirs. Aussi, la RDC compte (en novembre 2021) cinq biens classés patrimoine mondial. Toutefois, tous ces patrimoines sont classés en péril, excepté le Parc national de la Salonga.

Les infrastructures culturelles ne sont pas non plus considérées. Le manque d’intérêt est déjà identifiable dans les statistiques. L’information disponible pour ces infrastructures remonte à 2015. Et pendant cette année-là, le pays n’avait que 3 centres d’archives, 1 centre de documentation, 6 bibliothèques nationales et 6 musées nationaux. En outre, en dépit d’un potentiel touristique étant donné les sites historiques, naturels et socioculturels, le pays accuse un déficit non négligeable en termes de migration. Encore une fois, les données ne concernent que 2015. En plus, la productivité dans le secteur des œuvres d’arts demeure faible : seulement 11079 ont été exportées. Enfin, l’indisponibilité des données ne permet guère une analyse en termes de filières d’image (cinéma, audiovisuelle/télédiffusion, etc.), d’édition, de musique, de numérisation, etc.

L’Etat lui-même n’y accorde qu’un faible intérêt au regard des allocations budgétaires. En moyenne, au cours de la période 2010-2019, l’Etat congolais n’avait prévu que 0,049% de son budget des dépenses courantes pour la communication et médias, 0,052% pour la culture et arts et 0,029% pour le tourisme et hôtellerie. Cependant, en exécution, ces proportions ont été respectivement de 0,073%, 0,036% et 0,010%. En général, le taux d’exécution était faible. En termes d’investissement dans ce secteur, le gouvernement congolais avait prévu en dépenses en capital 0,653% pour la communication et médias, 0,173% pour la culture et arts et 0,081 pour le tourisme et hôtellerie. Les proportions affectées concrètement par rapport au budget en capital ont été, encore une fois, différentes des prévisions : 0,398% pour la communication et médias, 0,074% pour la culture et arts et 0,005% pour le tourisme et hôtellerie. Or, plusieurs raisons justifient l’intervention étatique dans le secteur culturel : i) les rendements croissants, les coûts fixes importants et la congestion ; ii) les biens culturels remplissent les critères des biens publics : la non-excluabilité (l’impossibilité de l’exclusion par le prix) et la non-rivalité (les interdépendances de consommation) ; iii) l’irrationalité des agents, qui n’ont pas toujours des préférences établies ; iv) l’externalité des biens culturels et v) le coût élevé d’accès à certains patrimoines culturels.

Du potentiel culturel en passant par la négligence culturelle pour atterrir à la contribution économique, il n’y a qu’un pas. Il n’existe pas en RDC des enquêtes sur les pratiques culturelles pour apprécier correctement la consommation des biens culturels. L’unique enquête susceptible de nous fournir une indication de l’intérêt des Congolais du point de vue consommation économique est l’enquête relative aux dépenses des ménages (Enquête 123 et EGI-ODD). Il ressort de la structure des dépenses congolaises que de manière tendancielle, l’augmentation de la consommation culturelle est de 2,4 points de pourcentage de plus entre 2012 et 2020, soit un taux de croissance de 126,3%. La consommation des produits/biens cultures est passée de 1,9% à 4,3%. Ce qui est intéressant. De manière désagrégée, la proportion des dépenses pour l'hôtellerie, de la restauration et des cafés (HORECA) dans les dépenses totales des ménages est passée de 1% à 2,1%. Celle des loisirs, culture et spectacle s’est située à 2,2% en 2020 contre 0,9% en 2012.

Le secteur des arts, spectacles et loisirs est directement à la base d’à peine 0,4% de l’ensemble des emplois créés par l’économie congolaise au cours de la période allant de 2017-2019. Le secteur de l’HORECA en a créé 3,2% pour la même période contre 1,8% pour le secteur de l’information et communication. Dans le secteur informel, les unités de production informelles (UPI) ont également un lieu avec le secteur du patrimoine culturel. Les chefs des ménages sont essentiellement dans ce secteur, quoiqu’il soit difficile d’établir la quotité exacte qui est dans les arts, spectacles et loisirs. Par exemple, selon l’enquête 123 de 2012, 94,3% des chefs de ménages sont dans l’HORECA.

Pour l’Etat congolais, au cours de la période 2016-2019, le secteur de la culture et arts a rapporté directement 1,6 million de dollars américains en termes de recettes, alors que le secteur du tourisme a contribué à hauteur de 12 millions de dollars américains. La contribution du secteur de communication et médias a été de l’ordre d’à peine 441 mille dollars américains. En termes relatifs, ces différents secteurs représentent respectivement 0,17%, 2,13% et 0,07% des recettes non fiscales.

Que conclure ? L’indisponibilité des données est un sérieux problème pour la promotion du patrimoine culturel et, par ricochet, sa contribution dans l’économie. Il est donc indispensable notamment de mieux cerner ce secteur au travers d’une mise en place d’un meilleur système de collecte d’informations culturelles afin de canaliser la politique publique de manière efficace, surtout dans un contexte où les ressources sont rares. Par ailleurs, la mise en exécution de la stratégie sectorielle de ce secteur élaboré cette année doit être effective. 

*Oasis KodilaTedika est un économiste et auteur récemment du livre Financement du développement en RDC : diagnostic, opportunités et perspectives.

Oasis Kodila Tedika
congo-press.com (MCP) / mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 0 commentaire
1223 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Alex Maswanganyi, l'artiste de Soweto qui explore la culture turque
left
Article précédent Gims dénonce les massacres perpétrés dans l’Est de la RDC

Les plus commentés

Politique Joseph Kabila “n’a jamais touché son salaire de 680.000 USD”, Olive Kabila

25.01.2023, 26 commentaires

Politique Attaque du Rwanda contre un avion de chasse congolais : Kinshasa parle d’un « acte de guerre » et menace Kigali

25.01.2023, 22 commentaires

Politique Les 4 ans du pouvoir de Félix Tshisekedi : que de promesses non tenues !

26.01.2023, 19 commentaires

Politique Evarist Boshab quitte Joseph Kabila pour Félix Tshisekedi

27.01.2023, 19 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance