Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Société

Imbroglio à la SONAHYDROC : le dessous des cartes de la discorde entre le PCA et le DG !

2023-04-18
18.04.2023
2023-04-18
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2023_actu1/04-avril/17-23/bilomba_eboma_23_2145.jpg -

À la Société nationale des hydrocarbures du Congo (SONAHYDRO), les violons ne s’accordent pas entre le président du conseil d’administration, Michel Eboma, et le directeur général, Marcellin Bilomba.

En effet, par sa décision n° 005 du 12 avril 2023, le PCA de la SONAHYDROC a limité les fonctions et les pouvoirs du DG en l’interdisant d’engager, de représenter et d’agir pour le compte de la société. Mesure qui vaut, en termes simples, une suspension des fonctions.

Comme griefs portés contre Marcellin Bilomba, il y a opacité dans la gestion, le refus de transmettre au Conseil d’administration les documents et informations demandés, la signature de plusieurs contrats sans passer par le Conseil d’administration, les engagements financiers au-delà des limites de la Direction générale, des attitudes irrespectueuses et infamantes à l’endroit du Conseil d’administration et l’insubordination aux ordres de la ministre d’État, ministre du portefeuille. D’où l’intérim est confié à son adjointe, Mme Arlette Bahati Tito.

Mais l’ancien conseiller du président Tshisekedi chargé des questions économiques et financières, surnommé « l’homme de 50 notes techniques par jour », ne laisse pas gober cette version de Me Michel Eboma et révèle que la pomme de discorde est son refus d’appliquer une augmentation de 600 % de la rémunération du PCA et des Administrateurs. Ce refus, d’après les proches de Marcellin, est dicté par les instructions de l’Inspection générale des finances (IGF) qui s’est opposée à cette augmentation exagérée des rémunérations.

Pour bien comprendre ce dossier, il faut remonter à la lettre de Marcellin Bilomba adressée le 05 avril 2023 à madame la ministre d’Etat, ministre du Portefeuille, Adèle Kahinda, dans laquelle il lui transmet la nouvelle grille barémique de la rémunération des membres des organes statutaires, décidée par le Conseil d’administration en date du 12 janvier 2023 et approuvée par l’Assemblée générale du 18 janvier 2023. Cette nouvelle grille fait passer la rémunération du PCA de 5.400 USD à 16.900 USD tandis que celle des administrateurs passe de 3.512,40 USD à 10.400 USD.

Dans la même lettre, Marcellin Bilomba fait remarquer que les jetons de présence pour les réunions du CA déjà supprimés par l’IGF, ont été rétablis à hauteur de 16.600 USD pour le PCA et 5.200 USD pour les administrateurs et les commissaires aux comptes alors que ces jetons étaient jadis à 1.500 USD pour le PCA et 1.000 USD pour les administrateurs.

Les membres du CA s’étant octroyés d’autres avantages comme le quota de carburant et le paiement de pécule de congé, avantages que l’IGF aurait supprimés, Marcellin Bilomba a démontré à Adèle Kahinda, l’impact financier de cette augmentation des rémunérations qui est de l’ordre de plus de 236 mille USD.

Mise en ampliation, l’IGF a réagi à la lettre de Marcellin Bilomba, le 11 avril 2023, en commençant par lui rappeler quelques dispositions du Droit OHADA. Des dispositions, l’IGF a relevé que seule l’indemnité fixe (rémunération) constituait un avantage régulier dont le paiement ne poserait aucun problème, à l’exclusion des jetons de présence dont la libération constituerait un cas de détournement des deniers publics. L’IGF fait aussi remarquer que le pécule de congé accordé au PCA n’est prévu dans aucune disposition légale ou réglementaire dévolue à l’Assemblée générale ordinaire pour le lui accorder.

« … Je vous prie donc de bien vouloir vous conformer aux dispositions légales et réglementaires ci-dessus, au lieu de penser qu’une décision de l’Assemblée générale vous exonère de leur respect », conseil de l’IGF Jules Alingete au DG Marcellin Bilomba.

D’un côté, le PCA a son paquet d’accusations énumérées ci-haut pour justifier sa décision de suspendre le DG, mais ce dernier estime qu’il est victime pour avoir refusé d’appliquer une augmentation de 600 % de la rémunération du PCA et des administrateurs sur instruction de l’IFG et que les griefs portés contre lui ne sont que des alibis de « qui veut noyer son chien… ». Qui croire ?


scooprdc / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 2 commentaires
2303 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


Les Sans Foufous @5G4VXIJ   Message  - Publié le 18.04.2023 à 14:53
Eboma et son équipe doivent dégager. Merci à Ya Marcellin

Réagir

3
1
Répondre
@
Insérez un émoji
Meso Mbuaki @9KYSFK8   Message  - Publié le 18.04.2023 à 14:27
ça fait désordre.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Insécurité en Ituri : plus de 80 civils tués en une semaine, déplore le président de l'Assemblée provinciale
left
Article précédent Des structures de la société civile saisissent Mboso pour solliciter la libération de Mwangachuchu

Les plus commentés

Société Koffi Olomide fait des victimes à la RTNC : Jessy Kabasele suspendu

10.07.2024, 16 commentaires

Politique Implication de l’Ouganda dans la guerre du M23 : Jonas Tshiombela dénonce l’attitude «timide» du gouvernement congolais

10.07.2024, 10 commentaires

Politique Kabuya indéboulonnable, des aigris chapeaux à plumes confondus

12.07.2024, 9 commentaires

Politique Révision ou changement de la Constitution: un vrai-faux débat

10.07.2024, 8 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance