Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 04 juin 2024
mediacongo
Retour

Politique

Martin Fayulu: «Ce n’est ni l’argent, ni la tricherie qui doivent voter»

2023-12-11
11.12.2023
Spécial Elections
2023-12-11
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2023_actu1/12-decembre/11-17/fayulu_23_233.jpg -

La campagne électorale des élections générales en République démocratique du Congo entre dans sa dernière ligne droite. Les Congolais sont appelés aux urnes le 20 décembre prochain et d'ici là, RFI donne la parole aux différents candidats au scrutin présidentiel. Pour ouvrir cette séquence politique, nous écoutons ce lundi 11 décembre 2023 Martin Fayulu, qui était arrivé deuxième selon les chiffres officiels de l'élection présidentielle de 2018. Il avait à l'époque revendiqué la victoire à ce scrutin. Quels sont les thèmes sur lesquels il bat campagne, comment voit-il le scrutin à venir ?

RFI : Quel bilan faites-vous du mandat de Félix Tshisekedi à la tête du pays ?

Martin Fayulu : Totalement négatif. Monsieur Félix Tshisekedi a exacerbé la situation sécuritaire au Congo. Il est parti s’allier à Paul Kagame qui l’a amené à l’EAC, East African Community [Communauté de l'Afrique de l'Est], avec à la clé une partie de notre pays, le Masisi et le Rutshuru, qui aujourd’hui sont sous administration rwandaise avec ses supplétifs du M23. Deuxièmement, monsieur Félix Tshisekedi a rendu le pays beaucoup plus corruptible. Son gouvernement s’est distingué par le vol et la corruption. Il a fait le projet des 100 jours, 660 millions de dollars disparus. Avec son ami Vital Kamerhe, il a eu un projet de 57 millions de dollars de maisons préfabriquées, disparus. Non, monsieur Félix Tshisekedi a usurpé le pouvoir du peuple congolais en 2018 et, aujourd’hui, voilà l’état dans lequel il a mis le Congo. Le Congo s’est totalement affaibli et est devenu la risée du monde.

Quel sera votre chantier prioritaire si vous êtes élu ?

Mon chantier prioritaire, c’est d’abord les préalables, les fondations d’un édifice, c’est-à-dire l’intégrité territoriale et la pacification totale du pays. L’État de droit et la légitimité du pouvoir. Troisièmement, la cohésion nationale, c’est essentiel pour nous. Et quatrièmement, la gouvernance intègre, c’est-à-dire la tolérance zéro corruption. Monsieur, madame, vous volez, votre place est en prison. Pas simplement en prison, on fait une enquête sur vous, sur tout ce que vous avez et si vous n’arrivez pas à les justifier, on vous retire tout. Ça, ce sont les prérequis, les préalables pour avoir un pays normal.

Concernant maintenant la situation dans l’est de la République démocratique du Congo, comment peut-on ramener la paix et la stabilité dans cette partie du pays ?

Nous allons avoir une armée aguerrie, formée, entraînée, équipée. Nous allons construire des camps militaires, surtout dans les provinces de l’Est. Et puis le patriotisme… nous allons éduquer la population congolaise avec les cours d’alphabétisation, d’éducation civique pour dire que nous sommes un et indivisible, nous sommes un peuple uni avec nos diversités. Et nous allons dire à l’ONU, l’organisation des Nations unies, qu’elle doit extirper les éléments des FDLR [Forces démocratiques de libération du Rwanda] du Congo – ils sont 1 500 ou 2 000, je ne sais pas – et les amener loin du Congo. Nous allons demander aussi aux Nations unies d’éloigner de notre pays les ADF ougandais [Forces démocratiques alliées]. Et dire à monsieur Paul Kagame et à monsieur Yoweri Museveni que le Congo n’est pas un pays à prendre.

Quel regard portez-vous sur la façon dont le scrutin du 20 décembre est organisé ?

Chaotique. Le scrutin est organisé dans le sens de faire élire par la fraude monsieur Félix Tshisekedi. Il a mis en place une Cour constitutionnelle acquise totalement à sa cause. Il a mis en place une commission électorale à lui et il a fait adopter à l’Assemblée nationale une loi électorale favorable à lui. Mais nous sommes là, nous veillons. Nous sommes candidats à ces élections, pas pour accompagner monsieur Félix Tshisekedi ou monsieur Denis Kadima, les deux dans leurs forfaitures, mais c’est pour surveiller et donner aux Congolais la vérité des urnes. Et c’est cela que je dis à tous les Congolais que je vois : vous devez voter pour celui ou celle qui doit résoudre les problèmes du Congo. Ce n’est pas l’argent qui doit voter, ce n’est pas la tricherie qui doit voter, mais c’est la personne qui est capable d’articuler un programme, capable de défendre ce programme, capable de défendre les intérêts du Congo sous le ciel international, et non des marionnettes qui veulent le pouvoir pour le pouvoir.


RFI / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites :
2088 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Campagne électorale : Jean-Pierre Bemba réactive toute sa base pour la réélection de Tshisekedi
left
Article précédent « Le gouvernement de Tshilombo a empêché Martin Fayulu de se ravitailler en carburant pour atterrir à Lubumbashi » (Kitoko)

Les plus commentés

Politique L’Ouganda officialisé agresseur de la RDC par l’ONU

14.06.2024, 12 commentaires

Religion L'Église La Compassion en deuil : Blanche Tunasi, épouse du pasteur Marcello Tunasi, victime d'une crise cardiaque qui l'a emportée

12.06.2024, 7 commentaires

Politique Kinshasa veut faire plier Apple

14.06.2024, 7 commentaires

Politique Assemblée nationale: le gouvernement Suminwa investi

12.06.2024, 6 commentaires


Ils nous font confiance