Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 04 juin 2024
mediacongo
Retour

Politique

De la présidentielle à l'installation effective des institutions: près de quatre mois perdus dans les tractations politiques

2024-04-15
15.04.2024
2024-04-15
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2024_actu/04-avril/15-21/de_la_presidentielle_a_l_installation_effective_des_institutions_plus_de_quatre_mois_perdus.jpg -

La République démocratique du Congo est à l'heure de l'expédition des dossiers courants. Depuis quatre mois que la présidentielle, les législatives nationales, la députation provinciale et les municipales ont été organisées, les affaires sont gérées par des intérimaires, le bureau d'âge, les députés hantés par la correction des erreurs matérielles à la Cour constitutionnelle et autres formes d'institutions excessivement provisoires. Bref, le pays patauge dans une gouvernance incertaine marquée par le souci de s'assurer une place au soleil pendant les quatre prochaines années.

Au total près de quatre mois sont entrain de s'écouler sans gouvernement issu des élections du 20 décembre 2023 pouvant engager sérieusement le pays, sans une Assemblée nationale réellement opérationnelle et dirigée par un bureau définitif, sans des assemblées provinciales actives et sans gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces. La période transitoire entre Tshisekedi 1 et 2 va largement dépasser les 100 jours du Président de la République. Et ces 100 jours ne seront plus que coquille vide.

Au pays des intérimaires et des bureaux d'âge, le cumul des fonctions "incompatibles" n'est point un péché. On peut être député, ministre, candidat gouverneur et sénateur à la fois. Excellence honorable député ou honorable excellence monsieur le ministre ! Pourvu que l'on expédie les affaires courantes et que l'on s'engage à ne pas toucher deux salaires à la fois. Et comment ne pas profiter de ce statut spécial le plus longtemps possible. Qui n'en voudrait pas?

Quatre mois, c'est le temps nécessaire pour être proclamé provisoirement élu par la Commission électorale nationale indépendante et définitivement invalidé par la Cour constitutionnelle puis matériellement corrigé par la même Cour. Quatre mois, c'est seulement le temps de valider les mandats des députés nationaux, de mettre en place le bureau d'âge de l'Assemblée nationale, de nommer un informateur puis une Première ministre.

Dans quatre mois, seul le Président de la République a officiellement pris ses fonctions, seule la Première ministre a été nommée, le reste d'institutions sont encore dans une phase intermédiaire entre le provisoire et le définitif. C'est le cour normal de l'installation de ces institutions. Un temps qui paraît long lorsque l'on considère la misère dans laquelle croupit la population congolaise. C'est un temps précieux pour un pays en développement dont la monnaie locale est en perte de vitesse face à la devise étrangère.

Le Congo est en retard face aux autres nations du monde pour qu'il s'accorde une récréation politique de quatre mois où l'on fait semblant d'oublier qui est avec qui et l'on doit donc le découvrir.

En réalité, le pays a perdu près de six mois dans l'antichambre politique où les acteurs ne cessent de peaufiner des stratégies pour conquérir le pouvoir. Cela si l'on considère également la période de la campagne électorale.

Il est peut être temps de parer au plus pressé en réduisant certains délais pour éviter d'être la risée du monde. Car en six mois, des routes peuvent être construites, des récoltes peuvent être réalisées et surtout, le train du pouvoir peut parcourir une distance considérable et atteindre des objectifs à court terme.


congo-press.com (MCP) / mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 4 commentaires
2180 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


SHAKA @2ZKD172   Message  - Publié le 15.04.2024 à 18:48
c'est un pouvoir issue de la mafia politique, un caste des escrocs ,les kamere, Bemba, Bahati, Mbosso ,qui organisent tous l'unité tribales pour gérer le pays sans aucune compétences, un président qui prétends être réélu avec plus de 70% n'arrive pas a plus de 4 Mois de former un gouvernement, on est connait même pas le parlement comment il est composé avec qui ? ils ses partagent des postes entre eux au gouvernement et les postes de députés pour former un faux parlement non démocratiques

Réagir

2
1
Répondre
@
Insérez un émoji
Passion du Congo @MP3MKSB   Message  - Publié le 15.04.2024 à 17:25
Tshilombo est cuit. Un vrai nul qui pesait que la RDC etait un bidon de 5 litres Mediocre

Réagir

6
2
Répondre
@
Insérez un émoji
1 réponse
Anonyme @4CQZTK3   Message  - Publié le 15.04.2024 à 15:42
C’est l’incapacité de Tshilombo qui lui empêche de diriger. C’est sous son impulsion que le pays n’est pas dirigé. Il croit que tout cela est normal. Comme il est conseillé par des Salima, il ne voit aucun problème

Réagir

60
19
Répondre
Raphaël Mbate @NOMWGVI   Message  - Publié le 15.04.2024 à 15:59
Conseillé et encouragé à la fois

Réagir

26
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Formation du gouvernement : Kamerhe demande à Suminwa de privilégier le critère "compétence"
left
Article précédent Sud-Kivu/Sénatoriales 2024 : Norbert Basengezi Katintima aux députés provinciaux : "votez pour les actions"

Les plus commentés

Afrique Paul Kagame, président du Rwanda : "Nous sommes prêts à nous battre si nécessaire avec la RD Congo"

20.06.2024, 15 commentaires

Politique Gouvernement Tuluka Suminwa : après sa démission, Stéphanie Mbombo sort de son silence et s’explique

19.06.2024, 6 commentaires

Politique « La démission de Stéphanie Mbombo était prévisible », Richard Mwenyemali, Ensemble MK

21.06.2024, 6 commentaires

Politique Le président Tshisekedi prend acte de la démission d’une ministre déléguée

19.06.2024, 5 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance