Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 04 juin 2024
mediacongo
Retour

Science & env.

Changement climatique : craintes d'un "territoire inexploré" après un mois de mars exceptionnellement chaud

2024-04-17
17.04.2024
Monde
2024-04-17
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2024_actu/04-avril/15-21/plusieurs_regions_de_l_inde_ont_connu_une_vague_de_chaleur_ces_dernieres_semaines.jpg -

Plusieurs régions de l'Inde ont connu une vague de chaleur ces dernières semaines.

Si les températures ne baissent pas d'ici à la fin de l'année, le changement climatique pourrait s'engager dans un "territoire inconnu", a déclaré un éminent scientifique à la BBC.

Cet avertissement a été lancé alors que des données ont montré que le mois dernier a été le mois de mars le plus chaud jamais enregistré dans le monde, prolongeant ainsi la série de records de température mensuelle à 10 mois d'affilée.

Certains craignent que le monde ne bascule dans une nouvelle phase de changement climatique encore plus rapide.

Un système météorologique appelé El Niño est à l'origine d'une partie des récentes chaleurs.

Les températures devraient baisser temporairement après la disparition d'El Niño dans les mois à venir, mais certains scientifiques craignent que ce ne soit pas le cas.

"À la fin de l'été, si nous continuons à observer des températures record dans l'Atlantique Nord ou ailleurs, nous aurons alors atteint un territoire inconnu", a déclaré Gavin Schmidt, directeur de l'Institut Goddard d'études spatiales de la NASA, à la BBC.

Selon le service Copernicus sur le changement climatique de l'Union européenne, le mois de mars 2024 a été plus chaud de 1,68 °C que l'époque "préindustrielle", c'est-à-dire avant que l'homme ne commence à brûler de grandes quantités de combustibles fossiles.

Pour l'instant, les tendances au réchauffement à plus long terme restent assez conformes aux prévisions, et la plupart des chercheurs ne croient pas encore que le climat soit entré dans une nouvelle phase.

Mais les scientifiques peinent à expliquer pourquoi la fin de l'année 2023 a été si chaude.

Le record de mars était attendu. El Niño, qui a débuté en juin dernier et atteint son apogée en décembre, a ajouté de la chaleur à celle émise dans l'atmosphère par la combustion des combustibles fossiles, principale cause des températures élevées.

Mais les températures ont commencé à battre des records avec une marge particulièrement importante autour de septembre dernier, et à l'époque, El Niño était encore en cours de développement, et ne peut donc pas expliquer toute cette chaleur supplémentaire.

"Il est plus difficile de prédire l'avenir"

M. Schmidt s'inquiète de ce que cela signifie pour les prévisions à venir.

"Nos prévisions ont échoué de manière assez spectaculaire pour l'année 2023, et si les statistiques précédentes ne fonctionnent pas, il devient beaucoup plus difficile de dire ce qui va se passer à l'avenir", a-t-il déclaré.

"Nous essayons toujours de comprendre pourquoi la situation a changé de manière aussi spectaculaire au milieu de l'année dernière, et combien de temps cette situation va durer, s'il s'agit d'un changement de phase ou d'un soubresaut dans les tendances climatiques à long terme", reconnaît le Dr Samantha Burgess, de Copernicus.

Le phénomène El Niño actuel est en train de s'atténuer et devrait prendre fin au cours des deux prochains mois.

Bien que les scientifiques ne sachent pas exactement comment les conditions dans le Pacifique vont évoluer, les prévisions actuelles suggèrent qu'elles pourraient être remplacées par une phase de refroidissement La Niña complète plus tard dans l'année.

Ce refroidissement de la surface de la mer devrait normalement entraîner une baisse temporaire des températures de l'air à l'échelle mondiale, mais il reste à voir comment cela évoluera.

"Il est certain que nous assistons à un affaiblissement d'El Niño, mais la question est de savoir où nous allons aboutir", déclare Michelle L'Heureux, scientifique au centre de prévision climatique de la NOAA.

Mais les scientifiques sont certains d'une chose : le moyen d'arrêter le réchauffement de la planète est de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.

"Nous disposons d'une fenêtre dans les années à venir pour tenter d'atténuer les effets du changement climatique en réduisant les émissions", explique Angélique Melet, de Mercator Ocean International.

"Je comprends les enjeux, mais il est vrai que si nous n'agissons pas, nous nous engageons dans un avenir où 2023 sera la nouvelle normalité.

"À quelle vitesse cela se produira-t-il ? Cela dépend de nous.

Graphiques d'Erwan Rivault et Mark Poynting


BBC News Afrique / MCP , via mediacongo.net
C’est vous qui le dites :
657 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Précipitations record à Dubaï : des pluies artificielles pourraient avoir causé la tempête
left
Article précédent La chauve-souris est capable de tuer jusqu’à 3000 moustiques chaque nuit

Les plus commentés

Politique Assemblée nationale : les députés ont 30.000$ à chacun pour investir le gouvernement Suminwa (Crefdl)

11.06.2024, 15 commentaires

Politique L’Ouganda officialisé agresseur de la RDC par l’ONU

14.06.2024, 12 commentaires

Afrique RDC-Rwanda : la feuille de route franco-américaine privilégie une solution négociée

11.06.2024, 10 commentaires

Politique FELIX TSHISEKEDI : ENTRE ÉTERNITÉ AU POUVOIR ET MAINTIEN DE L’ETAT NATION

11.06.2024, 8 commentaires


Ils nous font confiance