Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 02 mai 2024
mediacongo
Retour

Politique

Retour de l’esprit sun city : Balkanisation rampante ?

2024-04-19
19.04.2024
2024-04-19
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2024_actu/04-avril/15-21/kagame_fatshi_24_343.jpg -

En RDC, trois mois après l’élection haut la main du président sortant Félix Tshisekedi pour un second quinquennat à la tête du pays, l’équipe gouvernementale peine à se mettre en place. Tout autant, du reste, que le partage des responsabilités entre les vainqueurs des législatives et des provinciales de décembre 2023, pourtant membres d’une confortable majorité dans les assemblées délibérantes.

Après de laborieuses tractations pour l’identification de la majorité présidentielle confiée à Augustin Kabuya, secrétaire général de l’UDPS, Judith Suminwa Tuluka, première ministre nommée par le président de la République le 1er avril 2024, s’essaye encore à constituer l’exécutif qu’elle dirigera bientôt. Annonçant les couleurs, elle a déjà indiqué sa volonté de réduire le train de vie d’une institution gouvernementale parmi les plus budgétivores de la République en ramenant de plus de 60 à 45 le nombre des strapontins ministériels.

Le train tarde à quitter le quai, même si nombre d’observateurs rappellent, à juste titre, que le microcosme politique n’en est pas à son premier spectacle de marche à tâtons alors qu’une partie du territoire national est sous occupation rwandaise.

Un partage qui devrait aller de soi

Pourtant, plus de 5 ans après la première passation de pouvoir pacifique et civilisée entre un président de la République sortant et un nouvel entrant le 24 janvier 2019 à Kinshasa entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi, les choses auraient dû se passer plus rapidement étant donné que la répartition des responsabilités entre partisans majoritaires à toutes les instances électives aurait dû aller de soi.

Il n’en est encore rien car les principaux ténors de l’Union sacrée de la nation pourtant délestés du fardeau du FCC de Kabila qui ont refusé de participer aux scrutins de décembre 2023, son en passe de transformer la nouvelle majorité présidentielle en un ‘‘conglomérat’’ de jouisseurs sans vision en se battant becs et ongles pour imposer chacun son ambition et s’adjuger la meilleure part du ‘‘gâteau’’.

A coups de statistiques et d’arrêts de justice post-électoraux négociés parfois de manière immorale et illégale, s’il le faut. L’heure était encore en avril 2024 à l’attente des ajustements attendus d’arrêts relatifs à plusieurs dizaines de requêtes en «corrections d’erreurs matérielles» sur les décicisions rendues dans le cadre des contentieux électoraux jugés en mars dernier. Le peloton de tête de cette course au pouvoir, emmené jusqu’à il y a peu par l’UNC et mosaïques de Vital Kamerhe suivi de l’AFDC et alliés de Modeste Bahati, se serait laissé rejoindre, voire, doubler, par les regroupements AB du 1er ministre sortant, Jean-Michel Sama Lukonde et la PEP-AAAP du duo Tony Kanku Shiku et Laurent Batumona désormais détenteurs d’un nombre de sièges parlementaires qui les placent en bonne posture après le parti présidentiel.

Un nouveau paysage politique à l’essai

Le retard observé dans la formation du gouvernement et le partage des responsabilités à la tête de l’Assemblée nationale dépasse la simple redistribution des rôles au terme des dernières joutes électorales. C’est un nouveau paysage politique inédit qui semble se dessiner en RDC. Il implique des acteurs d’envergure dont l’ombre plane autant sur les conciliabules en cours que sur le leadership de Félix Tshisekedi lui-même. De nouvelles alliances se profilent pour influer sur la suite de l’histoire politique déjà tumultueuse depuis plus d’un quart de siècle, précipitant la majorité tshisekediste vainqueur des dernières élections dans une lutte de positionnement suicidaire tandis qu’en face, les oppositions parlementaire, non-parlementaire, et rebelle (ou terroriste antipatriotique, c’est selon), se pourlèchent les babines face à cette aubaine.

La RDC se retrouve ainsi à nouveau à la croisée des chemins. «Tout le monde peut basculer d’un côté ou de l’autre n’importe quand. Ils auraient tous un pied dedans, un autre dehors que cela n’étonnerait guère», explique ce politologue de l’Unikin.

Tireurs de ficelles étrangers

Dans ce tableau peu reluisant s’incrustent les tireurs de ficelles dans la région et hors du continent. Les mêmes qui, depuis l’accession du pays à la souveraineté nationale et internationale en 1960, s’activent comme des diables dans un bénitier pour prendre le contrôle de ce pays-continent aux richesses naturelles incommensurables.

Depuis 2021, le régime rwandaix post-génocide de Paul Kagame, soutenu par les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l’Union européenne, rue dans les brancards par les agressions sangunaires et prédatrices pour faire aboutir son calendrier hégémoniste sur une partie du pays de Lumumba.

Comme d’usage depuis 1994, le pays de mille collines instrumentalise des proxies congolais à cette fin. En plus des terroristes du M23, qu’il soutient au vu et su de la «communauté internationale», ainsi qu’en attestent de nombreux rapports onusiens, cette fois-ci, Kigali s’est adjoint les services de nouvelles recrues, promptement associées à ses phalanges du M23.

Quelques semaines seulement après les élections générales de décembre dernier, boycottées par l’ancien président Joseph Kabila et ses partisans, Corneille Nangaa, ex-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) jusque fin 2018 a lancé un nouveau mouvement rebelle, l’Alliance fleuve Congo (AFC) réunissant quelques membres du PPRD, parti de Kabila, de la société civile et des groupes armés du Kivu.

Protégé par le corps expéditionnaire rwandais en RDC, Corneille Nangaa a a annoncé qu’à partir du 20 décembre 2023, Félix Tshisekedi, le président de la République en place, réélu quelques semaines plus tard pour un second mandat de 5 ans à la tête du pays, ne devait plus présider aux destinées du Congo et qu’il agissait conformément à l’article 64 de la constitution en vertu duquel «tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la (présente) constitution».

Six mois auparavant, l’ancien président Joseph Kabila était sorti de sa longue hibernation pour appeler sa famille politique à «résister» aux manœuvres ‘‘dictatoriales’’ de son successeur.

Nangaa s’en prennait à la recomposition de la CENI et à la réorganisation de la Cour constitutionnelle, la plus haute instance judiciaire du pays, chargée de la validation des résultats électoraux et de la proclamation du vainqueur de la présidentielle.

Le parrain de la passation civilisée du pouvoir

Se considérant, on ne sait trop pourquoi, comme «le parrain de la passation civilisée du pouvoir en RDC», Corneille Nangaa, rejoint par quelques cadres kabilistes, a donc résolu de prendre les armes contre son pays. Le 28 mars 2024 dans la localité occupée par la coalition RDF-M23, on a vu aux côtés de l’ancien président de la CENI, Adam Chalwe, jusque-là coordonnateur de la jeunesse du PPRD. Mais également, Yannick Tshisola et Henry Maggie, membres influents de la Ligue des jeunes du parti de Joseph Kabila. A ces ralliements, s’ajouterait celui du général John Numbi, un influent membre du pré carré militaire de Kabila qui, quelques temps avant Corneille Nangaa, avait déclaré la guerre au président Tshisekedi.

Collusion avec l’AFC

La collusion entre ces kabilistes pur-sang et la nouvelle rébellion armée est trop flagrante pour être hasardeuse selon une certaine opinion. Quoique s’en défende Ferdinand Kambere, le secrétaire permanent adjoint du PPRD qui a déclaré que «les gens sont libres de manifester leur liberté … cela n’a pas de lien avec le «Raïs», ni le PPRD, encore moins le FCC. Les revendications du PPRD et du FCC sont connues et écrites. Nous continuons notre combat dans la résistance, nous le disons, le reste ne nous concerne pas». On n’a enregistré aucune condamnation de principe à cette adhésion à un mouvement terroriste en guerre contre la RDC de la part de la formation politique de Joseph Kabila.

Le 15 avril 2024, le PPRD avait pourtant condamné un de ses membres Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et de la Défense, qui avait roué de coups jusqu’à ce que mort s’ensuive son épouse Alissa Kadidja 24 heures plus tôt. Dans un communiqué signé Ramazani Shadary, secrétaire général, ce parti avait en effet annoncé l’exclusion temporaire de Moussa Mondo de ses rangs pour «voies de fait ayant entraîné mort d’homme». On ne peut que s’étonner dès lors que pour une participation à un mouvement terroriste, crime prévu et sanctionné par les lois en vigueur en RDC, le cet ancien parti présidentiel ait préféré mettre en avant la liberté de ceux de ses cadres désormais membres de l’AFC.

Comme le nez au milieu du visage

Cela saute aux yeux comme le nez au milieu du visage que dans le nouveau paysage en gestation, le camp de l’ancien président Joseph Kabila joue sur deux registres, interne et externe (agression) en soutenant subtilement l’option militaire pour récupérer le pouvoir perdu fin 2018.

Ainsi resurgit le spectre d’un retour à la case départ, aux négociations et accords de Sun City en Afrique du Sud qui consacrèrent le partage du pouvoir entre belligérants (soutenus par les puissances étrangères), l’opposition politique interne non armée et l’alors pouvoir en place détenu par Joseph Kabila. L’esprit Sun City est de retour avec ses équilibres précaires issus de conciliabules inter congolais encadrés par le très controversé Thabo Mbeki et qui n’ont pas empêché le pays de basculer à nouveau dans la violence.

Bis repetita camp de la patrie vs camp des étrangers

La majorité tshisekediste au pouvoir qui se présente aux yeux de nombreux Congolais comme le nouveau camp de la patrie s’était déjà modelée avec la signature, le 19 avril 2002, d’un accord partiel avec le MLC de Jean-Pierre Bemba et le gouvernement de Joseph Kabila avant d’être rejoints par une grande partie de l’opposition politique et la société civile pour une gestion consensuelle de la transition au détriment du RCD pro-rwandais notamment. L’initiative bénéficia du soutien de certains pays de la région (Angola, Ouganda et Zimbabwe) avant d’être dénoncée et battue en brèche par Kigali et ses phalanges.

Comme en 2002, la communauté internationale (Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, Union européenne) ne fait fait pas mystère de sa préférance pour ces ‘‘équilibres’’ précaires, défavorables à la RDC dont l’intégrité territoriale est compromise pour le besoin du pillage de ses ressources naturelles.

Le Rwanda, 1er exportateur mondial de coltan !

En 2023, le Rwanda s’est classé premier exportateur mondial de coltan pour la cinquième fois en 10 ans, selon l’Agence Ecofin. Alors qu’il est de notoriété publique que son sous-sol ne contient pas ce minerai stratégique extrêmement convoité. «Une enquête des Nations Unies a révélé que de nombreux comptoirs achètent sciemment du coltan dans des zones contrôlées par des groupes armés et exploitent la distinction entre eux et les négociants pour prétendre ignorer l’origine du minerai.

Les entreprises internationales transportent ensuite le minerai directement vers le pays de destination ou le réexportent via l’Ouganda et le Rwanda vers des installations de traitement à l’étranger», révélait à ce sujet en mars 2022 l’ENACT, une initiative de lutte contre le crime organisé transnational.

Ce qui est loin de déranger tout le monde.

C’est ce qui explique l’équilibrisme de composition qui s’observe autour de la question sécuritaire en RDC illustré par les récents propos de Hadja Lahbib, ministre belge des Affaires étrangères pour qui, «une désescalade à l’Est de la RDC est urgente.

La souveraineté et l’intégrité territoriale de la RDC doivent être respectées. Le Rwanda doit cesser son soutien au M23 et se retirer de la RDC. La RDC doit arrêter toute coopération avec les FDLR». Alors qu’il est de quasi notoriété publique que des FDLR, il n’en existe en RDC pratiquement plus que le nom


Le MAXIMUM / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 13 commentaires
4053 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


Anonyme @DIB15M5   Message  - Publié le 21.04.2024 à 20:54
@Chuma. Mais pourquoi ton maître Kagame ne veut pas publier les accords qu'il aurait signé avec Felix pour mettre fin à toute spéculation ? Cela veut dire que ces accords n' existent pas. Personne ne peut me prouver le contraire.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
2 réponses
Anonyme @DIB15M5   Message  - Publié le 21.04.2024 à 04:47
@Chuma. Les fables que tu racontes ici sont très amusantes. Malheureusement ce ne sont que des fables. Les accords de Lemera signé par LD Kabila ainsi que Operation Umoja Wetu et les accords du 23 Mars signés par Joseph Kabila sont des faits historiques que tout Congolais connait. Ces 3 accords ont été signés en faveur du Rwanda. Les prétendus accords pour extraire l'or du Kivu ou bien construire des maisons à Goma pour l'armée Rwandaise, c'est utopique. Ces accords n'existent que dans ta tête. Ils ont été signés quand? par qui? Tu vit dans l'utopie. Tu prends tes illusions pour la réalité.

Réagir

Répondre
Chuma @CQWHWYY   Message  - Publié le 21.04.2024 à 16:06
Pendant plusieurs années dans l'opposition vous avez trompé le peuple congolais. Le mensonge, la jalousie, la haine et la ruse ont été votre leitmotiv pour atteindre le pouvoir. Maintenant comme vous l'avez vous n'en faites rien. Votre ruse a réussi au Congo. Mais chez Kagame votre frère, vous ne réussirez pas. Votre frère Kagame finira bientôt a vous manger cru si vous ne lui donnez pas ce que vous lui avez promis. Wait and see. Savez pourquoi et comment les présidents Magufuli de la Tanzanie et Nkurunziza du Burundi sont morts??? Réfléchis bien avant de nous dire du n'importe quoi.

Réagir

Chuma @CQWHWYY   Message  - Publié le 21.04.2024 à 15:52
C'est utopique dans ton petit cerveau. Tout le monde a suivi ce qu'a dit Biselele votre courroie de transmission entre ton Tshilombo et son frère Kagame. Qui n'a pas vu ton Tshilombo faire des dizaines de visites officielles à Kigali pour aller signer des accords avec le Rwanda sans passer ni par l'assemblée nationale, ni par le gouvernement. Tu veux tromper qui. Kagame aujourd'hui exige Tshilombo de revenir sur ce qu'il a insulté et de respecter tous les accords qu'il a signés avec avant de le rencontrer en face à face. Tu vois comment votre ruse vous conduit tout droit au mur?

Réagir

@
Insérez un émoji
2 réponses
Anonyme @DIB15M5   Message  - Publié le 20.04.2024 à 16:09
Le complice du M23 c'est Joseph Kabila bien sur. En 2009, c'est bien lui qui avait signé les accords du 23 Mars que le M23 revendique aujourd'hui.

Réagir

Répondre
Chuma @CQWHWYY   Message  - Publié le 20.04.2024 à 22:34
C'est tjrs Kabila qui nous a introduits dans l'EAC. C'est tjrs Kabila qui a publiquement déclaré que Kagame et son frère. C'est tjrs Kabila qui est allé s'incliner devant le mémorial de génocide rwandais??? On vous connaît. Personne ne peut vous prendre au sérieux.

Réagir

4
Chuma @CQWHWYY   Message  - Publié le 20.04.2024 à 22:28
Et qui a autorisé Rwandair de transporter les Con golais de kin en Europe et de Kin à Lush et Goma après avoir détruit Congo Airways? C'est toujours Kabila. C'est Kabila qui a invité Kagame aux obsèques d'Étienne Tshisekedi et lui avons chanté Gloire Yo nani oboya Kagame? C'est tjrs Kabila qui a signé des accords avec Kagame pour extraire tout or du Kivu en faveur du Rwanda? C'est tjrs Kabila qui avait signé des accords avec Kagame pour permettre à l'armée rwandaise de construire des maisons à Goma?

Réagir

10
@
Insérez un émoji
Mampuya @T6L7OKA   Message  - Publié le 20.04.2024 à 09:37
Certains congolais aiment les désastres de Tshilombo, donc du pays. Par la bouche de Tshilombo même, le M23 était à Kinshasa pendant 14 mois. Aucune recherches sérieuses et investigations journalistiques n'y mène une enquête sérieuse, cela reste même un tabu. Nanga a dans son mouvement des quadres des tous les partis, mais on y voit plus les éléments du FCC. Donc Kabila devient plus coupables de tout ce qui se passe en RDC. Alors si pour vous la démocratie ou le patriotisme c'est s'accrocher à qui est au pouvoir, la RDC va disparaître. La RDC aujourd'hui, c'est comme un malade à chaque fois que le médecin indique ce qu'il faut faire, la clan s'y oppose parceque c'est l'oncle qui doit être citer. On ne peut avoir peur et honte de dire Tshilombo est complice du M23, comme de Nanga, Kagame et Museveni. C'est l'implication de Tshilombo même qui nourrit la corruption des politiciens à Kinshasa. Pourquoi vous n'arrêtez pas un élément comme Kakonde ?

Réagir

1
Répondre
@
Insérez un émoji
1 réponse
Salima @TTYVYQL   Message  - Publié le 19.04.2024 à 23:50
Cessez de nous parler ici d'alias joseph kabila. C'est un mercenaire étranger.

Réagir

8
2
1
Répondre
Raphaël Mbate @NOMWGVI   Message  - Publié le 20.04.2024 à 08:04
Bande de corrompus ,est ce que c'est Kabila qui vous demande de détourner de millions et d'affamer nos FARDC au front ,bande des minables

Réagir

5
1
@
Insérez un émoji
Mampuya @T6L7OKA   Message  - Publié le 19.04.2024 à 23:44
Très mauvaise lecture. En synthèse. Le MPR et l'UDPS ont injectées sur le marché politique les paumes pourries. 18ans de pouvoir de Kabila étaient plus que suffisantes pour connaître les règles de la démocratie. Le Sénégal avec son parti socialiste avait combien de temps pour mettre le Sénégal dans la voie de la démocratie ? Nous répétons le MPR et l'UDPS sont les officines de l'anti démocratie, du respect des règles et constitution. En dehors de notre analyse rien ne peut matcher. Il faut perdre c'est qu'on a pour comprendre ce qu'on perd. Aujourd'hui nous évaluons le FCC, nous voyons ses biens faits, malheureusement nous y voyons une complicité inexistante et inexpliquée avec Nanga ou M23, cda la décadence sous Tshilombo n'a pas de fond.

Réagir

4
4
1
Répondre
@
Insérez un émoji
BIBI @GR3UJ9N   Message  - Publié le 19.04.2024 à 23:05
Cette configuration triste pour nous se resume en une chose mais suivez d'abord . il fut un temps lointain, un conseiller de l'empereur chinois conseilla à ce dernier de ne pas depenser son temps, ses moyens militaires et ses hommes à combattre un ennemi. La solution est de detruire le système scolaire , introduire la corruption (c'est ce que MOBUTU a fait) et attendre 20 ans . Après le pays sera dirigé par les corrompus et la population sera idiote. Et ce le cas de la RDC. Les responsables inessentiels qui ne jurent qu'à la "coop" et la population ZOBA ZOBA,BIZENGI, BIYELILA qui passe le temps à applaudir ses bourreaux et à implorer un Dieu("BINZAMBI NZAMBI") qui ne les écoute même pas car il a déjà dit " par la sueur de ton front que tu gagneras ton pain".

Réagir

31
2
Répondre
@
Insérez un émoji
Salima @TTYVYQL   Message  - Publié le 19.04.2024 à 22:46
Si on ose balkaniser le grand Congo, d'aucuns vont kongoliser les 4 pays Kongo que Leopold II osa balkaniser à la Conférence de Berlin de 1885. Là mourra toute l'Afrique que l'on connaît.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Formation du Gouvernement : « C’est important d’avoir les gens qui ont le sens de l’Etat » (Augustin Kibassa)
left
Article précédent Formation du gouvernement : le parti présidentiel promet de proposer les hommes et femmes dignes

Les plus commentés

Politique Félix Tshisekedi a reçu ce jeudi le cardinal Ambongo

16.05.2024, 22 commentaires

Politique Le président Tshisekedi prévient les députés nationaux : « Je n’hésiterai pas à dissoudre l’Assemblée nationale et renvoyer tout le monde à de nouvelles élections, si ces mauvaises pratiques persistent »

18.05.2024, 19 commentaires

Politique Assemblée nationale : l’élection du bureau définitif reportée

17.05.2024, 10 commentaires

Politique La France, un allié indéfectible du Rwanda : Les dessous d’une alliance stratégique

19.05.2024, 10 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance