Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Economie

BCC, Paramétrage des TPE en CDF : une Stratégie pour la Dédollarisation de l’économie congolaise ? (Analyse de Caleb Bonyi MUKADI MUKANDILA*)

2024-06-14
14.06.2024
2024-06-14
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2024_actu/06-juin/10-16/tpe_carte_franc_congolais.jpg -

Dans une correspondance du 03 juin 2024 destinée aux établissements de crédits et sociétés financière, la Banque Centrale du Congo (BCC) a pris une mesure visant à obliger l'utilisation « exclusive »des Francs Congolais (CDF) dans les terminaux de paiement électronique (TPE). Plusieurs personnes ont lié cette décision à la dédollarisation de l’économie congolaise. Cette tendance dans l’opinion témoigne dela nécessité d’une (1) explication simple de la décision de l’autorité de supervision du système financier congolais (BCC), traduit l’importance de (2) clarifier la nature et l’ampleur de la dollarisation congolaise et, enfin,souligne (3) la nécessité de présenter la complexité d’un processus de dédollarisation.

 

Pour poser le contexte spécifique de cette mesure, rappelons qu’en RDC, la plupart des transactions effectuées avec des TPE sont en dollars américains (USD). Cela signifie que lorsqu’un individu utilise une carte bancaire pour effectuer ses paiements dans un supermarché, restaurant et autres commerces, du fait de la part importante des dépôts en devise (USD) sur le total de dépôts dans le système bancaire, une opération de change USD-CDF est généralement opérée, même si les prix sont affichés en CDF. De même, d’après la lettre de la BCC aux établissements de crédits et aux sociétés financières, « 13 % des TPE en service sur le territoire national sont paramétrés pour accepter la monnaie nationale (CDF) ». Soit 87 % des TPE sont paramétrés en monnaie étrangère (USD).

La décision de la BCC instruisant les établissements de crédits et les sociétés financières de paramétrer tous les TPE en Francs Congolais n’a pour objectif que (1) la réduction des coûts de change pour les consommateurs qui désirent payer leurs achats aux TPE avec leurs cartes adossées à leurs comptes en devise et (2) la réductionou l’arrêt des opérations de change opérées par les commerçants pour la réalisation des transactions CDF par TPE avec les acheteurs disposant des cartes en USD.

Comment la RDC est-elle arrivée à des transactions en devise (USD) sur le territoire national ?

La RDC a connu une forte instabilité économique et socio-politique prolongée depuis les années 1990, entraînant une désintégration économique significative. Cette instabilité s'est manifestée par des périodes d'hyperinflation, des guerres civiles et des déficits macroéconomiques graves. Elle a connu pendant 13 ans (de 1990 à 2003)une contraction cumulée du produit intérieur brut (PIB) de plus de 50 % pendant cette période. À cette destruction de l’activité économique se sont ajoutés des épisodes d'hyperinflation. Alors que dans les années 1980, l'inflation était d'environ 50 %, elle a brusquement augmenté à 256 % en 1990 avant d’atteindre rapidement un pic d’environ 10 000 % en 1994. Les comptes extérieurs ont affiché des déficits importants, atteignant environ -12 % du produit intérieur brut (PIB) couplés à l'accumulation des retards de paiement sur la dette extérieure. En même temps, les finances publiques ont enregistré des déficits constants, représentant en moyenne 7 % du PIB jusqu'en 1998. Ces déficits ont été financés exclusivement par des avances de la Banque centrale, ce qui a exacerbé l’inflation et la forte dépréciation de la monnaie nationale.

La monnaie nationale n’ayant pas résisté aux dommages subis de l’hyperinflation a été vite abandonnée par le public en faveur des monnaies étrangères stables et principalement le dollar américain. Cette crise de confiance en la monnaie nationale a donné lieu à la dollarisation de l’économie congolaise. Cette "Dollarisation" impacte les dépôts bancaires et les transactions commerciales. Les dépôts en monnaies étrangères se sont accrus significativement. Depuis des décennies, la République Démocratique du Congo (RDC) fait donc face à une dollarisation importante de son économie. En effet, les dépôts dans les banques congolaises sont à près de 82, 8 % en devise en 2022, bien qu’ayant atteint même des pics de plus de 90% entre 2009 et 2011.  Cette tendance a des implications profondes sur la conduite de la politique monétaire du pays.

Plusieurs personnes ont salué la décision de la BCC et l’ont présentée comme étant un pas vers la dédollarisation de l’économie congolaise. Cependant, la dollarisation de l'économie congolaise est profondément enracinée de sorte qu’une simple reconfiguration des TPE ne suffira pas à elle seule à dédollariser l'économie. Les entreprises continuent de préférer les paiements en dollars pour faciliter les importations, et une grande partie de la population reste dépendante du dollar pour sécuriser son épargne de la dépréciation du CDF. Envisager de sortir de la dollarisation pose un énorme défi : celui de la confiance et de la crédibilité de la monnaie nationale. Faire reculer l’usage du dollar au profit de la monnaie nationale (CDF) est un objectif difficile à atteindre. Très souvent, la dollarisation ne disparaît pas avec la disparition des causes qui l’avaient provoquée. Il s’agit du fameux puissant effet d’hystérèse documenté théoriquement et empiriquement par les économistes. Face à cette réalité, les autorités publiques tentent parfois des mesures « coercitives » mais malheureusement ces mesures contre l’usage du dollar sont généralement inefficaces.

Les mesures de dédollarisation forcée de l’économie ont déjà été appliquées dans certains pays d’Amérique Latine (Bolivie en 1982) et même en RD Congo (1983 et 1999). Cependant, dans tous ces cas, des effets néfastes ont été induits par la conversion forcée des dépôts en devise en monnaie nationale ou l’obligation de réaliser les transactions en monnaie nationale. Ces mesures font en général plus de mal que de bien en entrainant parfois une méfiance généralisée vis-à-vis du système bancaire ou une fuite des capitaux vers l’étranger.

La dédollarisation exige une restauration de la confiance dans la monnaie nationale, ce qui nécessite des réformes économiques structurelles et une politique monétaire prudente. La décision de la BCC concernant les TPE ne pourrait représenter qu’une goutte d’eau dans l’eau dans le processus de dédollarisation de l’économie congolaise. En effet, la dédollarisation complète de l'économie congolaise nécessite des efforts énormes et continus pour renforcer la confiance dans la monnaie nationale et promouvoir l'utilisation du Franc Congolais par le public.

La décision de la BCC de paramétrer les paiements par TPE « exclusivement » en CDF présente des aspects intéressants à analyser au regard des objectifs visés. Tout d'abord, il est important de souligner que cette mesure exige des consommateurs qu'ils disposent d'un compte bancaire libellé en CDF et suffisamment approvisionné. Or, la réalité du paysage bancaire en RDC est que la majorité des dépôts bancaires (environ 83%) est en USD. Cela implique que les consommateurs devront soit convertir leurs USD en CDF avant de payer, soit ouvrir un compte bancaire en CDF et y déposer des fonds. Cette situation peut s'avérer contraignante pour certains et pourrait limiter l'adoption effective de ce mode de paiement. De plus, il est important de clarifier les lieux où s'effectuent les opérations de change pour les paiements par TPE. Ces opérations se font auprès des banques et non directement chez les commerçants. Ce qui jusqu’à preuve du contraire, n’est pas contraire aux prescrits des Articles 97 a) et 99 f) de la règlementation de Change en vigueur en RDC.En somme, TPE reparamétrés ou non, la dollarisation est une réalité présente qu’il faut combattre à long-terme.

 

*Caleb Bonyi MUKADI MUKANDILA est économiste (Université Grenoble Alpes-UGA/Toulouse School of Economics-TSE/Université de Kinshasa-UNIKIN). Ce point de vue est personnel et donc n’engage aucune de ses institutions d’appartenance.

 


C’est vous qui le dites : 1 commentaire
3128 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


dengombi @TAGYXKS   Message  - Publié le 15.06.2024 à 08:20
Cette mesure entraînera simplement la baisse des paiements avec carte bancaire dans les commerces. Je ne vois pas qui va convertir son compte en devises en compte en francs congolais uniquement dans le but d'effectuer des paiements dans les supermarchés.

Réagir

3
Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Kinshasa veut faire plier Apple
left
Article précédent DRC Mining Week 2024 : investissement de l’Union européenne pour établir un partenariat stratégique sur les minerais critiques en RDC

Les plus commentés

Politique Kabuya indéboulonnable, des aigris chapeaux à plumes confondus

12.07.2024, 9 commentaires

Société Justice : Koffi Olomide invité à la Cour de cassation ce lundi 15 juillet

12.07.2024, 9 commentaires

Politique Guerre à l’Est de la RDC : le silence de Kinshasa sur l’implication de l’Ouganda

12.07.2024, 6 commentaires

Politique Israël Hugues Bwene : « La RDC doit appliquer l'article 51 de la Charte des Nations Unies qui reconnaît la légitime défense à chaque État ! »

14.07.2024, 6 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance