Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Femme

Est de la RDC : des femmes et filles déplacées enlevées pour de l’exploitation sexuelle

2024-07-08
08.07.2024
Provinces
2024-07-08
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2024_actu/07-juillet/1-7/femestrdc.jpg -

Le conflit et les déplacements de population dans l’Est de la République Démocratique du Congo exposent, de plus en plus, les femmes et filles, qui ne cessent de subir les affres de la guerre. Selon une dizaine d’experts indépendants des Nations-Unies, ils se sont dits alarmés par les informations faisant état d’une traite généralisée des personnes, en particulier à des fins d’esclavage et d’exploitation sexuelles, ainsi qu’une augmentation des mariages d’enfants et des mariages forcés, dans cette partie du pays.

Ils ont indiqué qu’au moins ” 531 victimes de violences sexuelles ” liées au conflit ont été répertoriées d’août 2023 à juin 2024, dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, de l’Ituri, du Tanganyika et du Maniema. ” Les allégations qui nous ont été rapportées décrivent des femmes et des filles déplacées enlevées à des fins de violence sexuelle, d’exploitation sexuelle ou d’esclavage sexuel, alors qu’elles étaient à la recherche de nourriture ou de bois de chauffage ou qu’elles participaient à des activités agricoles “, ont déclaré ces experts, exprimant leur préoccupation face aux rapports faisant état de ” l’implication des forces de sécurité et de défense dans l’esclavage sexuel, l’exploitation sexuelle, la violence sexuelle et le mariage d’enfants”, rapporte l’ONU.

Par ailleurs, ces experts ont également manifesté leurs inquiétés concernant la ” hausse ” des mariages d’enfants, des mariages précoces et des mariages forcés, ainsi que de ” la normalisation ” de cette violation des droits de l’homme.

Difficile accès des humanitaires dans certaines zones à l’Est

Pour ces experts indépendants des Nations-Unies, plusieurs raisons empêchent les victimes de se présenter aux autorités et aux entités des Nations-Unies. Il s’agit de la crainte de représailles de la part des groupes armés, la stigmatisation sociale, l’absence de suivi efficace des victimes d’enlèvement, susceptibles de faire l’objet de la traite, ainsi que l’impunité généralisée. Dans les zones touchées par les hostilités et l’insécurité, ont-ils déclaré, les organisations humanitaires et de la société civile ont du mal à opérer dans ces zones et à y accéder.

Ainsi, cette situation entrave gravement l’accès des personnes déplacées à la nourriture et à l’éducation, ainsi qu’à la protection. Les jeunes filles, en particulier, courent un risque accru d’être victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle et de mariage d’enfants.

Quand les victimes optent pour le silence

Ces informations alarmantes sont publiées dans un contexte de détérioration de la situation humanitaire dans certaines parties de l’Est de la RD Congo. Les affrontements entre les forces armées et les groupes armés non étatiques dans des provinces telles que le Nord et le Sud-Kivu ont provoqué des déplacements massifs de population. Lors de leur déclaration, ces experts ont exigé la lutte contre l’impunité des auteurs de ces crimes odieux, tout en craignant qu’avec le retrait de la MONUSCO, des éléments clés des systèmes d’alerte précoce sur les violations des droits de l’homme ne soient plus opérationnels.

Raison pour laquelle, le gouvernement congolais a été invité par ces experts de pouvoir garantir l’accès sans entrave des acteurs des droits de l’homme sur l’ensemble du territoire. Ils ont exhorté aussi toutes les parties au conflit en RDC, à s’attaquer activement à ces violations et à ” lutter contre l’impunité des auteurs de ces crimes odieux “.


Tempete des tropiques/ MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 1 commentaire
965 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


Anonyme @IPRHNVP   Message  - Publié le 08.07.2024 à 13:55
Après lorsque le Docteur Denis Mukwege prend ce genre de personnes en charge, LES POLITICIENS QUI CHERCHENT À KINSHASA LE TRAITENT "DU CANDIDAT DE L'ÉTRANGER", alors que finalement ce sont eux qui sont des VRAIS CANDIDATS DE L'ÉTRANGER; et leur silence coupable face aux atrocités que connaissent nos mamans et nos soeurs et filles dans les provinces de l'Est confirme bien celà!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Kinshasa : Bilan et perspectives sur les quotas de femmes dans les processus électoraux en RDC au coeur des échanges à l'hôtel Memling
left
Article précédent Prison Centrale de Makala : 70% de détenus pour faux viols

Les plus commentés

Politique Kabuya indéboulonnable, des aigris chapeaux à plumes confondus

12.07.2024, 9 commentaires

Société Justice : Koffi Olomide invité à la Cour de cassation ce lundi 15 juillet

12.07.2024, 9 commentaires

Politique Guerre à l’Est de la RDC : le silence de Kinshasa sur l’implication de l’Ouganda

12.07.2024, 6 commentaires

Politique Israël Hugues Bwene : « La RDC doit appliquer l'article 51 de la Charte des Nations Unies qui reconnaît la légitime défense à chaque État ! »

14.07.2024, 6 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance