mediacongo.net - Actualités - Double attentat à Bruxelles: plus de 30 morts, un suspect en fuite et revendication de l'Etat islamique. Le point à 20h30

Retour Monde

Double attentat à Bruxelles: plus de 30 morts, un suspect en fuite et revendication de l'Etat islamique. Le point à 20h30

Double attentat à Bruxelles: plus de 30 morts, un suspect en fuite et revendication de l'Etat islamique. Le point à 20h30 2016-03-22
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016/Bruxelles_attentat_infographie.jpg Bruxelles-

Trois explosions quasi simultanées ont eu lieu dans la capitale belge ce mardi matin. Une trentaine de personnes au moins ont été tuées. Le point sur ce que l'on sait à 20h30.

Quatre jours après la capture spectaculaire de Salah Abdeslam à Bruxelles, le monde entier a de nouveau les yeux rivés sur la capitale bruxelloise, endeuillée. La ville a été secouée ce mardi matin par des attentats terroristes revendiqués par l'Etat islamique, qui ont fait au moins une trentaine de morts, selon plusieurs bilans provisoires. L'alerte anti-terroriste a aussitôt été relevée à son niveau maximal dans le pays et le gouvernement belge a décrété trois jours de deuil national.

L'évolution des événements, le bilan, la situation sur place, l'enquête... Ce que l'on sait sur ces explosions meurtrières qui inquiètent les autres pays européens.

Que s'est-il passé ?

Ce mardi matin, des tirs ont d'abord été entendus dans le hall des départs de l'aéroport international, près des comptoirs d'enregistrement, avant qu'une personne ne lance des cris en arabe et que deux explosions retentissent, ont indiqué plusieurs témoins. "Un monsieur a crié en arabe. Il a crié quelques mots et j'ai entendu une grosse déflagration", a témoigné Alphonse Lyoura, un employé de la sécurité des bagages. L’alerte anti-terroriste est immédiatement passé à son niveau maximal, 4. Moins d'une heure après l'aéroport, le métro était ciblé, une explosion soufflant une rame arrêtée à 300 mètres de la Commission européenne.

La déflagration a été telle qu'elle a provoqué l'écroulement de trois murs d'un parking souterrain attenant à la station de métro, a décrit le porte-parole des pompiers bruxellois.

 

Combien de personnes ont été touchées par ces explosions ?

Les derniers bilans officiels faisaient état à la mi-journée d’au moins une trentaine de morts après les trois explosions. Ce mardi après-midi, les pompiers indiquaient qu’il y avait 14 morts et 96 blessés à l'aéroport. Le maire de Bruxelles Yvan Mayeur a évoqué « probablement une vingtaine de décès » et 106 blessés dans le métro. "Il y a beaucoup de nationalités" parmi les blessés, a-t-il déclaré ajoutant que l'identification des victimes allait "prendre du temps" en raison de la situation "chaotique".

"Ce bilan est très évolutif, et pourrait changer pendant la nuit"

 

L'Etat islamique est-il le veritable responsable ?

L'organisation Etat islamique a revendiqué ces attentats. "Une cellule secrète des soldats du califat (...) s'est élancée en direction de la Belgique croisée", selon un communiqué de revendication de l'EI qui accuse ce pays de n'avoir "cessé de combattre l'islam et les musulmans".

Les deux explosions qui se sont produites à l’aéroport international de Zaventem sont des attentats, avait un peu plus tôt indiqué le Premier ministre belge, Charles Michel. Il avait déploré « un moment de tragédie, un moment noir » pour la Belgique, frappée par deux « attentats aveugles violents et lâches ».

 

Quelle est la situation sur place ?

Plusieurs dizaines de personnes se sont rendues sur la place de la Bourse en solidarité avec les victimes. (© Kenzo Tribouillard/AFP)

La situation revenait lentement à la normale à Bruxelles en fin de journée. "Reprise des transports publics à #Bruxelles: stations de gare rouvertes-sécurité renforcée" a tweeté en fin d'après-midi le centre de crise belge. Cette reprise doit permettre aux Bruxellois venus travailler avant les attentats du matin de rentrer chez eux. Deux lignes de métro sur quatre ont été rouvertes.

Bruxelles est restée paralysée une très grande partie de la journée, car dès le milieu de la matinée, le centre de crise du ministère de l’Intérieur belge avait demandé à la population bruxelloise de cesser de circuler. L’aéroport de Zaventem a été évacué et fermé. Il le restera demain. Toutes les stations de métro ainsi que les grandes gares avaient également été fermées après les explosions. Les bus et les tramways n'ont pas circulé non plus.

Les Eurostars et les Thalys ont suspendu les trajets de leurs trains vers et en provenance de Bruxelles, sauf deux trains Thalys qui effectueront l'aller-retour Paris-Bruxelles mardi soir.
Un numéro d’urgence a été mis en place pour les proches de personnes qui se trouvent dans la capitale belge: (+32) (0)2 506 47 11

 

Où en est l’enquête ?

L’enquête sur les auteurs des attentats est toujours en cours. La police belge a retrouvé une ceinture d’explosifs intacte à l’aéroport et un fusil d’assaut kalachnikov près du corps d’un assaillant sur le même lieu. « Trois bombes avaient été introduites » dans l’aéroport de Bruxelles par les auteurs des attentats, mais l’une d’elles « n’a pas explosé », indique le gouverneur de la province du Brabant Flamand, Lodewijk De Witte. Une équipe de déminage a procédé à l’explosion de cet objet suspect dans le hall de départs en début d’après-midi.

Des médias belges ont publié en milieu d’après-midi une photo prise par une caméra de sécurité, montrant trois hommes que la police soupçonne d’avoir commis l’attentat à l’aéroport Bruxelles-Zaventem. Leur identité n’a pas été établie. « C’est bien une photo des suspects », a indiqué le service de presse de la police fédérale, qui a ensuite diffusé un appel à témoin pour aider à identifier l'un d'entre eux. On voit un homme portant une veste et une chemise claires, portant des lunettes sous un chapeau noir et poussant un chariot avec un gros sac noir.

Le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw, avait expliqué plus tôt dans la journée qu’un juge d’instruction avait été saisi très rapidement « afin de mettre tout en oeuvre pour essayer de retracer les auteurs éventuels [des attentats] et de voir si il n’y a pas encore d’autres auteurs en fuite ». Il a affirmé que plusieurs unités de police étaient mobilisées pour « regarder les images de caméras » de surveillance de l’aéroport international de Bruxelles.

En outre, des perquisitions ont eu lieu à Schaerbeek ce mardi en fin d'après-midi. Elles ont mené à la découverte d’un engin explosif contenant entre autre des clous, annonce le Parquet. Les enquêteurs ont également découvert des produits chimiques et un drapeau de l’Etat Islamique.

Quelles sont les conséquences de cette tragédie pour le reste de l'Europe ?

 

La porte de Brandebourg à Berlin illuminée aux couleurs du drapeau belge. (© Fabrizio Bensch/Reuters)

Une partie des transports européens a basculé dans le chaos ce mardi. La fermeture de l'aéroport de Bruxelles a entraîné l'annulation ou le déroutage de plus de 1.000 vols. Les avions déjà en route pour Bruxelles au moment des explosions ont été redirigés vers d'autres aéroports européens.

Le trafic des Thalys (liaisons Paris-Bruxelles-Amsterdam-Cologne) était à l'arrêt sur l'ensemble du territoire belge, et ceux en circulation dans les pays limitrophes rebroussaient chemin. Les Eurostars qui relient Bruxelles à Londres ont aussi été suspendus dans les deux sens, et ceux qui étaient déjà en circulation ont été arrêtés à Lille. Seuls deux Thalys effectueront l'aller-retour Paris-Bruxelles ce mardi soir.

Les attentats de Bruxelles ont par ailleurs poussé les autorités à renforcer la sécurité un peu partout en Europe. De Londres à Rome, en passant par Paris, les gouvernements ont presque tous relevé leur vigilance anti-terroriste et accru la protection de certains sites, comme les gares, aéroports ou centrales nucléaires. 

le fil chronologique des événements de ce mardi :

vers 08H00 (heure locale) : deux explosions retentissent à l'aéroport international de Zaventem (Bruxelles). Selon des témoins sur place, des tirs auraient d'abord été entendus dans le hall des départs de l'aéroport avant qu'une personne ne lance des cris en arabe et qu'on entende deux explosions.

peu avant 09H00 : la police fédérale parle d'au moins une personne morte et plusieurs autres blessées mais le bilan devrait toutefois être bien plus élevé. L'aéroport est fermé et il n'est plus desservi ni par train ni par bus. Une réunion est en cours au Centre de crise du ministère de l'Intérieur.

Peu après 09H00 : une nouvelle explosion retentit dans une rame de métro à la station de métro Maelbeek, non loin des institutions européennes. On parle d'abord d'au moins une quinzaine de blessés.

09H15: l'alerte anti-terroriste passe à son niveau maximal en Belgique.

peu avant 10h00 : la Commission européenne appelle ses employés à rester chez eux ou dans leurs bureaux.

peu après 10h00 : le parquet fédéral donne le bilan d'au moins 13 morts et 35 blessés à l'aéroport.

peu avant 10h30 : le centre de crise du ministère de l'Intérieur belge demande à la population bruxelloise de cesser de circuler. Tous les transports publics sont désormais fermés. La sécurité est aussi renforcée dans les aéroports, gares et transports en commun à Paris. Mesures de sécurité relevées aussi aux aéroports de Londres (Gatwick), Francfort, Moscou ainsi que dans les aéroports néerlandais et à la frontière sud des Pays-Bas.

peu avant 11H00 : les pompiers donnent un bilan provisoire d'au moins 21 morts, dont 11 à Zaventem.

vers 11H00 : l'arrêt du trafic des trains Thalys est ordonné.

11H15 : le président du Conseil européen Donald Tusk condamne ces "attentats terroristes".

peu après 11H30 : police et armée renforcent la sécurité des centrales nucléaires en Belgique.

11H43 : le Premier ministre belge Charles Michel condamne les deux attentats "aveugles, violents et lâches" qui ont frappé la Belgique.

peu avant 12H00 : une des deux explosions à l'aéroport de Bruxelles a "probablement été provoquée par un kamikaze", affirme le procureur fédéral belge, Frédéric Van Leeuw.

12H15 : la STIB annonce que l'attentat dans le métro a fait au moins 15 morts et 55 blessés, dont 30 graves. Peu après, le bilan provisoire des deux attaques est établi à 26 morts et des dizaines de blessés. Le trafic des trains Eurostar entre Londres et Bruxelles est suspendu.

13H30 : "Nous ne laisserons jamais ces terroristes gagner", déclare le Premier ministre britannique David Cameron.

13H35 : l'enquête sur les attentats est "toujours en cours", les autorités craignant qu'il y "ait encore des personnes dans la nature", indique le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR)

14H30 : l'attentat dans le métro a fait "probablement une vingtaine de décès" ainsi que 106 blessés, annonce le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur (PS), évoquant un bilan encore provisoire. "La situation dans le métro est extrêmement chaotique", reconnait-il, évoquant "un travail important pour identifier les victimes".

14H45 : selon un nouveau bilan provisoire des pompiers on compte 14 morts et 96 blessés à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem.
peu après 16H00, les médias diffusent des images de suspects captées par vidéo-surveillance à l'aéroport: il s'agit de trois hommes poussant des chariots à bagages.

16H22: le président américain Barack Obama, en visite à Cuba, condamne des attaques "révoltantes".
peu après 16H30, Aamaq, une agence en ligne liée au groupe État islamique (EI) indique la responsabilité de l'EI. L'organisation revendique officiellement les attentats peu après 16h30 GMT.

16H48: les dirigeants des 28 pays de l'UE dénoncent "une attaque sur notre société ouverte et démocratique".

16H53: le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon dénonce "des attaques méprisables.

17H15: trois bombes avaient été introduites à l'aéroport mais l'une d'elles n'a pas explosé, selon le gouverneur provincial de Bruxelles.

18H14: la police fédérale belge publie une appel à témoins pour identifier un homme sur une capture d'écran, figurant parmi les suspects de l'attaque à l'aéroport.

18H42: les deux bombes ayant explosé à l'aéroport ont "probablement" été activées par des kamikazes et la police recherche "activement" un troisième suspect, annonce le parquet fédéral belge.

19H14: Un engin explosif, des produits chimiques et un drapeau de l'EI sont découverts lors de perquisitions à Schaerbeek, une commune bruxelloise.


Les Echos/MCN, via mediacongo.net
1280 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : Affaire Huawei: Pékin ne restera "pas les bras croisés" (ministre)
AUTOUR DU SUJET

Tunisie : une femme se fait exploser dans le centre de Tunis

Afrique ..,

Les intérêts miniers iraniens en RDC sont dans le viseur des États-Unis

Economie ..,

11 septembre : Trump à Shanksville pour les héros du vol 93

Monde ..,

Pourquoi Boko Haram prospère dans la région du lac Tchad

Afrique ..,