Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - MCN 2023 - Meilleurs Voeux
Retour

Economie

TIC : la société Global Voice Group offre ses services au gouvernement de la RDC pour réguler les télécoms et financer le développement du pays

2016-04-14
14.04.2016
MC Geek !
2016-04-14
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016/internet-satellite.jpg -

La libéralisation des télécommunications dans les pays africains a entrainé autant de défis que d’opportunités. Suite à celle-ci, les gouvernements ont dû faire face à l’épineux problème de la régulation des opérateurs dans un secteur nouvellement libéralisé, qui implique la maîtrise d’énormes volumes de données complexes et par conséquent une mise à niveau technologique de la part des organisations réglementaires

Quel que soit le secteur économique, une bonne règlementation représente une condition sine qua non pour attirer les investisseurs. C’est d’autant plus important pour les économies des pays en développement comme la République démocratique du Congo (RDC). Les gouvernements de ces pays doivent se doter de technologies appropriées pour assurer une réglementation effective du secteur des télécoms, une saine concurrence entre tous les acteurs, un contrôle adéquat des revenus, ainsi que le respect de bonnes pratiques commerciales et des règles de bonne gouvernance.

Sans outils de contrôle appropriés, la RDC peut difficilement espérer optimiser les revenus provenant de ce secteur. Dans cette optique, le gouvernement et les institutions concernées devraient envisager l’assistance d’un expert mondialement reconnu dans le domaine de l’assurance-revenu et des TIC qui pourrait l’aider à remplir toutes les conditions de bonne gouvernance au sein de la nouvelle économie numérique.

La vérification rigoureuse de toutes les opérations du secteur et la collecte en temps réel des données relatives à l’usage des services permettraient notamment aux autorités de connaître le chiffre d’affaires exact des opérateurs, les impôts et frais de licence liés à celui-ci, ainsi que les déductions associées aux crédits d’appel.

L’ensemble de technologies utilisées à cette fin peut se définir comme une solution d’assurance-revenu pour les gouvernements, qui vise à protéger et augmenter les recettes de l’État. Toutefois, ses avantages vont au-delà de la protection et de l'optimisation des revenus, puisqu’elle fournit des outils de contrôle pour l’application réglementaire et des outils analytiques de haut niveau qui améliorent le processus décisionnel et l’élaboration des politiques.

Selon la multinationale Global Voice Group (GVG), l’État congolais pourrait parvenir à une telle maîtrise du secteur à travers la mise en place d’un système automatisé de supervision des revenus, comme celui développé par GVG et commercialisé sous l’acronyme ARMS (Automated Revenue Monitoring System). Ce système lui permettrait de contrôler les données du secteur et de moderniser les institutions gouvernementales concernées afin de remplir toutes les conditions actuelles en matière de contrôle et de réglementation des télécoms. Il permettrait également une meilleure coopération entre tous les acteurs vers un but commun de promotion de la transparence et de bonne gouvernance dans l’intérêt de tous.

D’après GVG, les systèmes comme l’ARMS ont également pour avantages de se déployer en quelques mois seulement et de pouvoir s’adapter aux exigences et besoins spécifiques de chaque institution.

L’État congolais pourrait avoir à sa disposition d’importantes sources de revenu potentielles déjà exploitées avec succès dans d’autres pays africains. Des systèmes comme l’ARMS permettraient à l’État d’utiliser de manière optimale ses propres revenus tirés du secteur des télécommunications par le biais de mécanismes de financement innovant du développement (FID) et de décider lui-même d’allouer ces revenus en fonction de ses priorités. Le modèle FID peut générer d’énormes revenus pour le gouvernement congolais tout en lui donnant plein contrôle sur les données et en réduisant sa dépendance à l’aide étrangère.

D’autre part, toujours selon cette société, le système ARMS contribue également à l’identification de la fraude, et des pratiques frauduleuses, visant le secteur des télécoms qui sont très répandues en RDC.

La société en charge du démantèlement des SimBoxes au pays, s’est jusqu’ici révélée incapable de maitriser ce type de fraude. Moins de 2% des réseaux frauduleux ont été démantelés. Tryphon Kin-Kiey, l’ancien ministre congolais des Postes et Télécommunications, avait déclaré que l’État congolais perdait 12 millions USD chaque mois en raison de ces pratiques frauduleuses. Le gouvernement de la RDC ne peut se permettre de perdre ainsi des revenus qui pourraient être canalisés vers le développement durable.

Dans plusieurs pays, les sources de revenus provenant des télécommunications ont pu servir à soulager et mieux satisfaire les besoins pressants. Ces sources de revenu ont permis d’améliorer l'éducation et les systèmes de santé, à financer les infrastructures, à améliorer la sécurité et la communication, à réduire l’extrême pauvreté et à lutter contre les maladies répandues dans les pays en développement.

En adoptant une approche proactive en matière de réglementation des télécommunications, fondée sur des outils TIC performants et sur la collecte de données en temps réel, l’État pourrait créer des revenus supplémentaires importants. Les besoins en matière de développement sont encore nombreux en RDC, et la voie à suivre pour l’État consiste à créer et utiliser ses propres revenus plutôt que d’alourdir davantage sa dette extérieure. Dans cette optique, si l’on croit la multinationale, un système tel que l’ARMS permettrait au gouvernement de la RDC d’exploiter pleinement le potentiel du secteur des télécoms, qui représente un moteur essentiel du développement.


Writers Group
C’est vous qui le dites : 0 commentaire
8386 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Moïse Katumbi, objet d’un faux « panama papers » ?
left
Article précédent L'Asie abrite désormais les cinq plus grosses banques au monde par la valeur des actifs

Les plus commentés

Politique UDPS Andre Mbata : « Le Pape François arrive en RDC pour bénir le chef de l’État pour son second mandat »

28.01.2023, 19 commentaires

Politique Arrivée du Pape en RDC : Fridolin Ambongo recadre André Mbata

29.01.2023, 15 commentaires

Politique Célestin Tunda Ya Kasende emboîte le pas de Boshab

28.01.2023, 11 commentaires

Provinces Occupation de Kitshanga : « Toutes les mesures sont prises pour barrer la route aux aventures du Rwanda et du M23 » (Félix Tshisekedi)

28.01.2023, 11 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance