mediacongo.net - Actualités - F1/GP d'Italie: la retraite de Massa marquera la fin d'une époque, celle d'un Brésil triomphant



Retour Sport

F1/GP d'Italie: la retraite de Massa marquera la fin d'une époque, celle d'un Brésil triomphant

F1/GP d'Italie: la retraite de Massa marquera la fin d'une époque, celle d'un Brésil triomphant 2016-09-03
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/septembre/du_1_au_4/felipe-massa.jpg Monza, Italie-

Felipe Massa (Williams)

Felipe Massa (Williams), 35 ans, a officialisé jeudi à Monza sa retraite à la fin de la saison en cours. Le Brésilien, vice-champion du monde en 2008, a remporté ses 11 victoires avec Ferrari et signé 16 pole positions depuis ses débuts chez Sauber, en 2002.

Trente-cinq ans, ce n'est pas si vieux dans la Formule 1 moderne mais c'est bien à cet âge que Felipe Massa a décidé d'officialiser sa retraite prochaine, jeudi à Monza. Le Brésilien tirera sa révérence en Formule 1 au soir du Grand Prix d’Abou Dhabi, qui sera la 250ème et dernière course de sa carrière en catégorie reine du sport automobile. 

Il affirme avoir perdu sa motivation et ce fil de la performance qui lui aurait sans doute permis de réaliser un autre Grand Prix, pas plus tard que dimanche en Belgique. A Spa-Francorchamps, il pointait sa Williams au quatrième rang juste après la pagaille du premier tour. Il a fini 10e sans jamais surfer sur cette providence comme il l'aurait fait lors de ses plus belles années chez Ferrari.

"Je suis plus nerveux maintenant que pour la plupart de tous mes départs en F1", a-t-il expliqué hier à Monza au moment d'annoncer sa retraite future de la Formule 1. "La vie nous donne tellement de choix. Pour moi, je pense que c’est le moment de partir et de faire quelque chose de différent."

Depuis cinq meetings, le vice-champion du monde ne parvient pas à hisser sa Williams plus haut qu'en Q3 - et à chaque fois pour un 10e temps - et deux Top 5 restent ses meilleurs résultats du dimanche. Pour ça, il faut remonter aux quatre premiers Grands Prix de la saison.

Williams n’a pas encore annoncé son remplaçant pour 2017. Valtteri Bottas aurait de son côté été reconduit pour deux saisons.

Champion du monde pendant quelques secondes en 2008

Arrivé en Formule 1 en 2002 chez Sauber en remplacement de Kimi Räikkönen, Felipe Massa il eu deux vies sur les circuits. Comme pilote Ferrari et pilote Williams. Trop brouillon pour garder sa place en 2003, il a été rapidement enrôlé par Nicolas Todt, le fils de Jean Todt, le directeur de la Scuderia Ferrari qui l'a employé comme essayeur avant de le replacer chez les Suisses. Une pause qui a apuré son pilotage et grossi son bagage technique.

Deux saisons helvétiques plus tard, le Pauliste pouvait effectuer le grand saut comme lieutenant de Michael Schumacher. Ses plus belles années, marquées par 11 succès mais aussi le souvenir d'un destin dérobé sous ses roues dans le final de la saison 2008.

Sa famille l'a cru couronné pendant quelques secondes, avant l'avènement surprise de Lewis Hamilton (McLaren). Et puis, il y eut aussi cet accident qui aurait pu lui coûter bien plus que sept Grands Prix d'arrêt lorsqu'un ressort détaché de la Brawn de son compatriote Rubens Barrichello l'a blessé au visage aux essais en Hongrie en 2009.

Même broyé par Alonso chez Ferrari, il a eu du mal à couper le cordon rouge

Lorsqu'il est revenu à la compétition en 2010, l'ambiance sereine avec Kimi Räikkönen est devenue étouffante sous le même toit que Fernando Alonso. La victoire qu'il dû donner à l'Espagnol à Hockenheim restera comme un point d'arrêt de ses ambitions à Maranello, dont il eut du mal à se détacher. Ce n'est d'ailleurs peut-être pas totalement un hasard s'il a choisi de faire son annonce jeudi à Monza, dans un cadre où il a toujours été aimé.

Réfugié chez Williams en 2014 pour redonner un élan à sa carrière, Felipe Massa a participé au sursaut d'une écurie emblématique boostée part la motorisation Mercedes. Fort d'une pole position cette année-là, il a montré qu'il n'avait rien à envier à son coéquipier finlandais Valtteri Bottas en vitesse pure. Mais après une saison 2015 en demi-teinte, il n'a pas su rallumer la flamme.

Les espoirs du Brésil en F1 s'envolent

Felipe Massa (Williams) est sans doute triste de voir qu'après lui aucun pilote brésilien ne sera en mesure de porter avant un moment les espoirs du Brésil en F1.

Après quatre décennies glorieuses, les pilotes auriverde sont devenus moins nombreux et moins bons. Après quelques présences marginales en Mondial des Brésiliens (en 1951-1953 et 1959), Emerson Fittipaldi a véritablement placé le pays sur la planisphère de la Formule 1 en remportant une course l'année de ses débuts, en 1970.

Couronné champion du monde en 1972 et 1974, "Emmo" a emmené toute une génération derrière lui et suscite en 1973 la création d'un Grand Prix du Brésil devenu une étape incontournable.

Béni des dieux de la piste, le Brésil a vécu dans les années 80 au rythme des victoires et des titres de Nelson Piquet (3) et Ayrton Senna (3). A la mort tragique de ce dernier, en 1994, Rubens Barrichello a mis du temps à reprendre le flambeau, concentrant ses victoires sur la décennie 2000.

"Rubinho" n'a jamais été en position de remporter le titre, au contraire de son successeur chez Ferrari, Felipe Massa, passé tout près de la consécration en 2008. L'année suivante a été la dernière véritablement brillante pour la bannière or et verte, Rubens Barrichello signant le dernier succès d'un Brésilien, à Monza.

Un lent déclin attendait ces deux pilotes vieillissants. Au volant d'une Williams revenue au premier plan, Felipe Massa a signé son dernier coup d'éclat par une pole position au Grand Prix d'Autriche 2014.

Malheureusement, on ne sait pas vers quelle série se tourner pour deviner d'où viendra la relève. Pas du GP2, dépourvu de pilotes brésiliens. Ce qui paraissait inimaginable il y a quelques années est une réalité désormais établie et la crise économique que vit le pays n'y est peut-être pas pour rien.

"Peut-être que vous me verrez encore au volant d’une voiture de course, mais pour le moment la seule certitude c’est que je vais avoir beaucoup de temps pour décider de ce que je ferai après la F1. Cela fait 15 ans que je suis ici et je voulais quitter ce paddock la tête haute. Je pense que c’est le bon moment pour moi de partir. Je suis fier de tout ce que j’ai accompli durant mes 15 années passées en F1."

Il laissera l'image d'un vaillant avec lequel n'importe quel pilote pouvait se battre loyalement. Le plus important finalement.


Eurosport / MCN, via mediacongo.net
1297 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Foot-transfert : Bruno Bla et Gladys Bokese s’engagent avec Shark XI FC
left
ARTICLE Précédent : Linafoot : Dcmp se débarrasse difficilement du SC Rojolu
AUTOUR DU SUJET

Formule 1: Charles Leclerc enchaîne et s’impose avec sa Ferrari à Monza

Sport ..,

F1 : 22 courses au calendrier 2020, dont une première au Vietnam

Sport ..,

Formule 1 : 1 sec et 88/100 pour changer quatre roues, Red Bull établit un nouveau record

Sport ..,

Formule 1/Grand Prix d’Allemagne : Verstappen impérial sous la pluie, incroyable remontée...

Sport ..,