mediacongo.net - Actualités - L’INPP doté désormais de la filière agro-alimentaire pour la transformation des produits

Retour Economie

L’INPP doté désormais de la filière agro-alimentaire pour la transformation des produits

L’INPP doté désormais de la filière agro-alimentaire pour la transformation des produits 2016-09-04
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/aout/du_21_au_28/inpp_etudiant_16_002.jpg Kinshasa-

Des jeunes en pleine formation à l’Institut national de formation professionnelle (INPP) à Kinshasa

La formation des formateurs de l’INPP en agro-alimentaire terminée, l’heure est à la duplication des matières apprises dans les provinces et à Kinshasa. Objectif : aider à la transformation des produits agricoles et créer des emplois.

Le gouvernement a décidé l’introduction de la filière agro-alimentaire pour la transformation des produits agricoles à l’Institut national de préparation professionnelle (INPP). Dans cette optique, le vice-premier ministre et ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale, Willy Makiashi, a procédé, vendredi 2 septembre, au lancement de la filière agro-alimentaire à l’INPP. Une cérémonie qui a coïncidé avec la clôture de la session de formation des formateurs de cet établissement public congolais en agro-alimentaire. Formation assurée par la faculté des sciences agronomiques et vétérinaires de l’Université Loyola du Congo (ULC) à Kimwenza, commune de Mont Ngafula, où la double cérémonie a eu lieu.

Par cette formation, a indiqué le vice-premier ministre Makiashi, l’INPP et l’ULC "se sont accordés d’accompagner le chef de l’État, Joseph Kabila, dans sa politique d’offrir à la population des opportunités de création d’emplois et de lutte contre la pauvreté". Il ne s’est pas empêché de saluer le sens managérial de l’Administrateur-directeur général (A-DG) de l’INPP, Maurice Tshikuya Kayembe.

Sous sa houlette, « l’INPP s’est engagé à accompagner les opérateurs économiques en leur fournissant une main-d’œuvre répondant aux exigences du monde professionnel congolais ».

Aussi le vice-premier ministre et ministre en charge de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance sociale, a-t-il encouragé la population congolaise, en l’occurrence les jeunes, « à fréquenter l’INPP pour l’apprentissage des techniques de transformation des produits agricoles ». Et d’ajouter : « Ce qui influera très positivement sur la réduction de la pauvreté et la sous-alimentation. On a des produits manufacturés ‘‘made in Congo’’. »

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Elevage, Emile Mota Ndongo Kang, a fait savoir que « sans la recherche, l’agriculture ne vaut rien ». C’est ainsi qu’il encourage ce partenariat INPP-Faculté des sciences agronomiques et vétérinaires de l’ULC pour les efforts ayant conduit à la valorisation de la chaîne des valeurs. Il a souhaité qu’il n’y ait pas seulement des formateurs en aval, c’est-à-dire ceux qui transforment, mais avoir un programme de formation en amont, c’est-à-dire les mécaniciens, les tractoristes des engins devant concourir à la mécanisation de l’agriculture.

De son côté, le délégué de l’Agence française de développement, bailleur de fonds de cette activité, a soutenu que cette formation contribuera au développement de la filière agro-alimentaire en RDC.

Il a témoigné toute la satisfaction de l’AFD pour ce partenariat exemplaire avec de nombreuses réalisations. L’AFD, a-t-il affirmé, « restera le partenaire privilégié de l’INPP et ne ménagera aucun effort pour accompagner cet établissement public congolais dans sa mission de développement des compétences et de formation d’une main-d’œuvre qualifiée. »

Quant à l’A-DG Maurice Tshikuya, il a noté que la démarche de l’INPP, c’est de « passer à la formation-production qui va nous servir à avoir un marché local de production et de consommation des biens et des services ». L’objectif, a ajouté le numéro un de l’INPP, est aussi « de créer beaucoup d’emplois pour les jeunes. Et il n’y a que le secteur agro-alimentaire – qui tombe difficilement en faillite car il est question de besoins physiologiques – est susceptible de créer des milliers et des milliers d’emplois ».

Pour le directeur-doyen de la faculté des sciences agronomiques et vétérinaires, le Père Guylain Tshitendwa Matadi, « lutter pour la sécurité alimentaire, c’est possible ». Pour cela, a-t-il dit, « il nous faut aider le paysan à produire, l’aider à transformer ses produits et à commercialiser ce qu’il aura produit ».

Pour produire bio, a-t-il fait observer, « il faut impliquer tout le monde, créer des synergies, offrir des moyens ».


MCNTEAM / mediacongo.net
2206 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement
AUTOUR DU SUJET

50 millions USD de la Chine pour construire un centre culturel à Kinshasa

Politique ..,

Le général Kasongo rappelle des policiers à l’ordre

Société ..,

La FEC entend œuvrer pour la remise de l’ordre dans le secteur des entreprises privées de...

Société .., Kinshasa

INPP : la délégation syndicale appelle à la préservation de la paix sociale

Société .., Kinshasa