Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Culture

Humour : Kinshasa fait la découverte de « Monsieur Nimportequi »

2014-06-08
08.06.2014 , Kinshasa
Culture
2014-06-08

La poignée de spectateurs venus assister à la première représentation du comédien camerounais Wakeu Fogaing offerte dans le cadre du festival Ça se passe à Kin le 4 juin au Centre Wallonie-Bruxelles (CWB) l’ont trouvé très sympathique dans la peau du personnage principal de son solo Mon candidat n’est pas n’importe qui.

Pas un seul mot du discours entendu pendant les soixante-dix minutes qu’a duré le spectacle à l’affiche mercredi dernier au Centre culturel belge n’a échappé à l’assistance. Tout ouïe, elle ne manquait pas de rire ou de s’étonner des drôles histoires de « Monsieur Nimportequi ».

Ainsi que son titre Mon candidat n’est pas n’importe qui le laisse deviner, dans la pièce il est question de politique mais pas seulement, comme on s’en rend compte en la suivant. En effet, on entend Monsieur Nimportequi deviser sur bien de sujets à la fois. Il trouve donc le moyen, dans le fil de son discours, de glisser tantôt sur un épisode de sa vie familiale qui inclut un brin de récit sur son voisinage. Il parle alors de sa femme qui le « bat » moralement parce qu’elle aimerait avoir une fille qu’il n’arrive pas à lui donner après avoir eu huit garçons. Ou alors, c’est sur une discussion avec son fils qui ne jure que par le hip-hop et dédaigne la musique de Manu Dibango à laquelle lui-même voue un culte, ou encore, c’est un propos sur ce voisin qu’il soupçonne d’être gendarme et prend ainsi plaisir à enrager avec le banal refrain de l’air de Fred Adison : « Quand un gendarme rit, dans la gendarmerie, tous les gendarmes rient ».

Pour Wakeu Fogaing, qui se trouve être l’auteur des textes dont il assure aussi lui-même la mise en scène, il n’y arien d’étonnant à ce que Mon candidat n’est pas n’importe qui ne se cantonne pas à la politique. Car, il est plutôt d’avis que «  le social fait partie de la vie politique ». Dès lors, explique-t-il, « il n’est pas mal venu que Monsieur Nimportequi parle de sa femme ou des relations tendues avec son voisin ».

Sujet intéressant

Dommage tout de même qu’un spectacle de pareille qualité n’ait pas été vu par plus de monde, sans doute un déficit de communication que l’on ne saurait pardonner à l’organisation. C’est péché que d’avoir fait rater aux Kinois, pourtant friands de théâtre, un moment bien palpitant, surtout que le sujet abordé n’aurait pas manqué d’en intéresser plus d’un. En effet, comme l’a si bien souligné Wakeu Fogaing, Mon candidat n’est pas n’importe qui, est né du fait qu’il avait voulu « travailler sur les non-dits des discours politiques ». Il porte donc avant tout sur l’adresse d’un Monsieur Nimportequi, dont la franchise est déconcertante, à ses futurs électeurs. D’ailleurs, d’entrée de jeu, on peut se faire une idée du personnage quand, en guise de salutation, il dit : « Excellences, Messieurs les représentants de la canaille nationale, honorables affamés, malheureux misérables, Mesdames et Messieurs ». Après cette introduction insolite, l’entendre ajouter « Les élections sont proches, je ne fais pas la campagne. Je n’aime pas la campagne, je déteste la campagne, car la campagne c’est pour les démagogues et les prétentieux. Je n’ai jamais fait campagne, pourtant on m’a toujours nommé ou voté pour moi » finit de convaincre sur sa morale.

Au final, l’analyse des campagnes et des propos politiques des candidats qu'a fait l’effort de faire Wakeu Fogaing fait comprendre au public ce qu’il a compris avant et lui donne à découvrir, si l’on peut dire, qu'« être candidat n’est pas une chose aisée et donnée ». La pièce livre donc, sur le ton d’un humour bon enfant, entre dérision et critique, une sorte de scanner de notre environnement social.

 


C’est vous qui le dites : 0 commentaire
8357 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Co-rédigé par les professeurs Elikya Mbokolo et Sabakinu : L’ouvrage « Simon Kimbangu, le libérateur de la race noire » baptisé samedi
left
Article précédent Lokwa Kanza revient dans sa ville de cœur pour souffler avec ses fans kinois ses vingt bougies d’anniversaire

Les plus commentés

Politique Publication du calendrier électoral : "Ces élections auront lieu dans les temps voulus par les législateurs" (Lambert Mende)

26.11.2022, 14 commentaires

Politique Élections 2023 : Le calendrier électoral n’inspire pas confiance, ( Nouvel Élan de Muzito )

28.11.2022, 9 commentaires

Politique Paul Kagame: « Nous devons nous attaquer une fois pour toutes à la cause profonde de l’insécurité dans l’Est de la RDC »

28.11.2022, 8 commentaires

Politique Le calendrier Kadima laisse planer le doute

26.11.2022, 7 commentaires


Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance