mediacongo.net - Actualités - Evasion fiscale: ce lourd tribut payé par l'Afrique au détriment de son développement



Retour Economie

Evasion fiscale: ce lourd tribut payé par l'Afrique au détriment de son développement

Evasion fiscale: ce lourd tribut payé par l'Afrique au détriment de son développement 2017-05-22
Afrique
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/05-mai/22-28/evasion-fiscale-fisc-image.jpg -

Le continent africain a ainsi perdu plus de 1.000 milliards de dollars américains du fait des flux financiers illicites.

Il est temps de tirer la sonnette d'alarme. L'évasion et la fraude fiscale annuelles imputées aux multinationales en Afrique sont plus importantes que l'aide publique au développement (APD) reçue chaque année par les pays du continent. Au cours des cinquante dernières années, le continent africain a ainsi perdu plus de 1.000 milliards de dollars américains du fait des flux financiers illicites.

L’évasion fiscale constitue un moyen d’évitement de l’impôt et ainsi de dépérissement des services publics étatiques. Elle freine la réalisation des huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD) fixés par les Nations Unies qui ont été conçus pour répondre aux besoins des plus pauvres dans le monde) et, depuis septembre 2015, celle des objectifs du développement durable (dits « ODD »).

L’évasion fiscale, obstacle majeur au développement de la RDC et de l'Afrique

Comme le démontre ce tableau, sans évasion fiscale, il ne faudrait plus que 54 ans à la RDC pour parvenir à atteindre ses objectifs de développement. En d'autres termes, sans flux financiers illicites, le pays sera notamment parvenu à: réduire l’extrême pauvreté, la faim et la mortalité infantile; à lutter contre plusieurs épidémies dont le paludisme et le VIH/SIDA ; mettre en place une éducation adéquate dans le primaire pour les garçons comme pour les filles;... bref, des éléments primordiaux et des bases à toutes évolutions en moins de 100 ans en comparaison des perspectives actuelles !

L'OMD signifie « objectifs du millénaire pour le développement ». FFI signifie « flux financiers illicites ». Le graphique montre que la fraude et l’évasion fiscale pèsent lourdement sur le calendrier des pays qui veulent atteindre leurs OMD pour un meilleur développement. (Source : Global Financial Integrity)

Si l’évasion fiscale se situe dans la zone grise entre la légalité et l’illégalité, la violation des lois étatiques entraîne une fraude fiscale qui demeure illégale. Cette fraude combinée avec l’argent sale provenant de secteurs hors-la-loi (trafics, terrorisme, etc.) affaiblissent le produit intérieur brut (PIB) des États africains (3% pour la RD Congo). 

La Mauritanie perd 12 % de son PIB, le Tchad 20 % ou encore 25 % pour le Congo-Brazza. Dès lors, les flux financiers illicites constituent une plaie et un frein pour l’industrialisation et l’émergence des États africains.

Les flux financiers illicites en % du PIB. L’Afrique perd beaucoup plus qu’elle ne reçoit en aide et en investissements directs étrangers.

Aide au développement contre argent illégal

La figure ci-dessous illustre les rapports entre les flux illicites financiers, l'aide au développement et les investissements directs étrangers. En 2015, le Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites de l'Union africaine et de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique a établi que les flux illicites financiers en provenance d'Afrique étaient de l'ordre de 50 milliards de dollars américains par an, soit le double de l'APD que reçoivent les États africains des membres de l'OCDE.

Le solde des flux financiers, licites et illicites, à destination ou en provenance d'Afrique est presque constamment négatif depuis des décennies. L'unité est le million de dollars US. (Source : Global Financial Integrity)

Si l'aide au développement favorise généralement le commerce extérieur des pays donateurs, l'évasion et la fraude fiscale des multinationales issues de ces mêmes pays participent à la fragilisation des États africains dans la mise en œuvre de leurs politiques publiques. Or, la dépendance à l'aide extérieure crée un asservissement sur les concepts du développement.

La bonne gestion des affaires publiques combinée avec une politique de recouvrement des impôts effective, efficace et efficiente permettrait aux États africains de renforcer leurs services publics et de parvenir à construire le « bonheur brut national » de leurs citoyens.

Les flux financiers en direction de l'Afrique subsaharienne, l'aide publique au développement et les investissements étrangers directs sont, certaines années, inférieurs à la somme des flux financiers illicites tels que les a évalués Global Financial Integrity. La plus grande part de ces flux quittant l'Afrique sont constitués par les prix de transfert faussés du commerce international (sur- ou sous-facturation des échanges entres filiales de groupes transnationaux).

Adam Abdou Hassan
Le Point / Info Chretienne / MCN, via mediacongo.net
1604 suivent la conversation
1 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Asinge | ZBZ8KFW - posté le 22.05.2017 à 17:05

C'est faux et archi faux, il s'agit tout simplement de l'intox! Même le soudan nous dépasse, non non. C'est une théorie qui a pour rôle de justifier les gros salaire qu'on gagne! si Mzee était encore en vie! en mon Dieu, il n y aurait plus des dettes et on allait manger à notre faim. Et je vous assure, sur le plan recherche scientifique on serait déjà très avancé.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement
AUTOUR DU SUJET

L’Afrique du Sud présente ses excuses au Nigeria

Afrique ..,

Xénophobie en Afrique du Sud : le CIFDH déplore les dérapages à Kinshasa

Société ..,

Une mission de lutte contre la xénophobie en Afrique du Sud

Afrique ..,

Des émissaires Sud-africains en tournée en Afrique après les émeutes xénophobes

Afrique ..,