mediacongo.net - Actualités - Formule 1 : Plus de "grid girls" au depart des courses

Retour Sport

Formule 1 : Plus de "grid girls" au depart des courses

Formule 1 : Plus de "grid girls" au depart des courses 2018-02-02
Femme
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/01-janvier/8-14/mannequin.jpg -

Le nouveau propriétaire Liberty Media a mis fin à une tradition sexiste : les grilles de départ seront désormais désertées par les

Le nouveau propriétaire Liberty Media a mis fin à une tradition sexiste : les grilles de départ seront désormais désertées par les "grid girls", ces hôtesses positionnées sur les grilles de départ et qui indiquent l'emplacement des monoplaces. Ce changement prendra effet dès le premier Grand Prix de la saison 2018 en Australie, prévu fin mars. .

C'est la fin d'une tradition en Formule 1. Liberty Media, le nouveau propriétaire de la F1, a annoncé mercredi 31 janvier la fin des "grid girls", ces jeunes femmes choisies pour leur plastique paradant sur les grilles de départ. Cette petite révolution prendra effet dès le premier Grand Prix de la saison 2018 en Australie, et s'appliquera à toutes les catégories en lice lors des week-ends de GP.

Liberty Media, aux affaires depuis janvier 2017, estime que cette tradition "ne correspond pas aux valeurs défendues par notre marque et est clairement en contradiction avec les normes sociétales actuelles", explique le directeur commercial de la F1, Sean Bratches, dans un communiqué.

"Nous ne pensons pas que cette tradition soit appropriée ou en accord avec la F1 et ses fans", ajoute-t-il.

La catégorie reine du sport automobile, qui se réinvente sous l'impulsion du groupe américain, leur préférera désormais des invités de marque, artistes, traditions et produits locaux, indiquent ses dirigeants.

Cette décision intervient à la suite du mouvement #MeToo de libération de la parole des femmes face aux violences sexistes et quelques jours après la décision de l'organisation professionnelle de fléchettes du Royaume-Uni de se séparer de ses propres hôtesses.

"Merci à la F1 d'avoir décidé d'arrêter d'utiliser des "grid girls". Un autre sport fait un choix clair quant à ce qu'il veut représenter", se félicite l'association britannique de promotion du sport féminin Women's Sport Trust, qui espère voir la boxe, le cyclisme ou encore les MMA suivre cet exemple.

"Les marques sentent qu'il y a quelque chose qui est en train de changer", analyse pour sa part Fatima Benomar. "Certains univers masculins comme celui du sport ou de l'automobile ont coutume d'utiliser des femmes pour valoriser leurs produits, regrette-t-elle. Il faut en finir avec ces pratiques qui réduisent les femmes à un objet sexuel ou publicitaire."

Les grid girls en colère contre les "féministes"

Mais alors, qu'en pensent les principales intéressées ? Tout comme de nombreux pilotes qui apprécient leur charmante compagnie, les grid girls s'opposent fermement à cette décision. En effet, ces jeunes femmes désormais au chômage craignent pour leur avenir. Sur les réseaux sociaux et dans la presse, nombre d'entre elles ont laissé libre cours à leur mécontentement et se sont révoltées avec le hashtag "savedourgridgirls" (sauvons nos grid girls).

Charlotte Gash, une "grid girl" interrogée par la BBC, se dit elle "dégoûtée que la F1 ait cédé à une minorité pour être politiquement correcte".

"Je suis chanceuse car ça n'est pas ma source principale de revenus mais elle l'est pour certaines", dit-elle. "Nous aimons faire ça et nous ne voulons pas qu'on nous l'enlève."

"Le féminisme coûte maintenant aux femmes leur emploi", se lamente Sophie Wright, une grid girl, sur Twitter. "Je suis une grid girl, j'aime mon travail et j'ai choisi de le faire. Le problème en ce moment, c'est qu'il y a trop de gens qui se sentent offensés au nom de ceux qui ne sont absolument pas offensés", estime quant à elle Hannah Louise.

Dans une lettre publiée par The Sun, Kelly Brook, une ancienne grid girl de F1, a poussé un véritable coup de gueule : "Je suis complètement outrée que de jeunes professionnelles se voient retirer la chance de gagner un salaire honorable. Ces féministes retirent leurs droits aux femmes, elles ne les soutiennent pas. Supprimer les hôtesses signifie que vous ne les autorisez pas à prendre des décisions par elles-mêmes. Une féministe a déclaré que ça dévalorisait les femmes mais ces figurantes sont des femmes intelligentes, beaucoup tentent probablement de payer leurs études".

Debat chez les pilotes

Parmi les quelques pilotes qui se sont exprimés sur Twitter, les opinions sont partagées. "Vous pouvez dire que je suis démodé mais pour moi les "grid girls" font autant partie du spectacle que les voitures, les écuries et les pilotes", estime l'Allemand Maro Engel, qui évolue en Formule E.

"Je suis pour que les pilotes/équipes décident s'ils veulent des femmes, des hommes ou des enfants sur la grille de départ", avance l'ex-pilote de F1 brésilien Lucas di Grassi, lui aussi désormais en Formule E.

"Il serait une bonne idée d'utiliser l'argent ainsi économisé pour investir afin de faire venir plus de femmes dans le sport", souhaite pour sa part l'ancien pilote indien Karun Chandhok, aujourd'hui commentateur pour la télévision anglaise.

Les promoteurs de boxe Eddie Hearn et Kellie Maloney appellent eux au maintien de la "tradition" dans leur sport.

Le grand public n'est pas unanime sur la question, comme le montre un sondage du site internet du groupe de télévision Sky Sports, qui affichait en début de soirée mercredi des résultats de l'ordre du 50-50.

La question de maintenir ou non la tradition des grid girls avait déjà été soulevée par le nouveau propriétaire de la Formule 1 à la fin de l'année dernière. Ross Brawn, le directeur sportif et technique de la F1, avait expliqué en décembre dernier que le débat était "sérieusement à l'étude".

"Beaucoup de personnes veulent respecter la tradition des 'grid girls' et certains pensent que c'est dépassé", soulignait-il. Le choix est donc fait. Une décision qui intervient d'ailleurs quelques jours après celle de l'Organisation professionnelle des fléchettes britannique, qui a elle aussi décidé de se séparer de ses "darts girls".

"Les "grid girls" doivent rester", lui avait répondu le pilote néerlandais Max Verstappen (Red Bull), interrogé par le quotidien allemand Bild. "Ce serait vraiment dommage si on nous privait de ce plaisir visuel sur la grille", avait renchéri l'Allemand Nico Hülkenberg (Renault).

Au Grand Prix de Monaco en 2015, ce sont des hommes qui avaient joué ce rôle. Une initiative critiquée par l'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari). "Quel est l'intérêt d'arriver et de se garer derrière George ou Dave?", avait-il lâché.

La même année, le Championnat du monde d'endurance (WEC) avait rompu avec la tradition des "grid girls".

S'il n'y aura plus de mannequins sur l'asphalte, les spectateurs verront désormais des artistes et autres people parader autour des monoplaces le dimanche. Par ailleurs, "chaque pays visité se verra offrir sur les grilles de départ l'opportunité de mettre en valeur les attraits de sa culture, de sa gastronomie et ses atouts touristiques", explique L'Équipe.


VOA / Tele Loisirs / MCN, via mediacongo.net
662 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Foot-transfert : Bruno Bla et Gladys Bokese s’engagent avec Shark XI FC
left
ARTICLE Précédent : Linafoot : Dcmp se débarrasse difficilement du SC Rojolu
AUTOUR DU SUJET

GP d'Azerbaïdjan: Hamilton enfin en reconquête?

Sport ..,

F1 - GP de Chine : Daniel Ricciardo, le maestro !

Sport ..,

F1:Vettel gagne à Bahreïn devant les 2 Mercedes

Sport .., Sakhir, Bahreïn

Formule 1/GP d’Australie : Sebastian Vettel savoure son coup de chance

Sport .., Melbourne, Australie