mediacongo.net - Actualités - Samsung Galaxy A8 (2018) : comme un air de Galaxy S8 "lite"

Retour MC Geek !

Samsung Galaxy A8 (2018) : comme un air de Galaxy S8 "lite"

Samsung Galaxy A8 (2018) : comme un air de Galaxy S8 "lite" 2018-02-23
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/01-janvier/15-21/samsung-galaxy-a8-2018.jpg -

Cette année, Samsung a décidé de ne lancer que deux smartphones dans sa gamme Galaxy A : les A8 et A8+.

Cette année, Samsung a décidé de ne lancer que deux smartphones dans sa gamme Galaxy A : les A8 et A8+. Seul le premier sera commercialisé en France, tandis que les Galaxy A5 et A3 (2017) restent au catalogue du fabricant. Au menu de ce Galaxy A8 (2018), un écran qui adopte le format 18,5:9 du Galaxy S8 et de petites améliorations çà et là. Le plus gros risque pris par Samsung se trouve du côté du prix : 499 €. Un segment déjà bien occupé par la concurrence.

Si le Galaxy A8 (2018) arrive avec une fiche technique à jour, il va trouver sur son chemin de sérieux adversaires. Le OnePlus 5T, par exemple, qui propose une expérience bien plus évoluée pour un tarif proche, mais aussi le Galaxy S8, à la faveur d'une baisse de prix progressive. Deux gros morceaux, dans la mesure où la série des Galaxy A n'est pas assez armée pour réussir. Le succès du Galaxy A8 (2018) passera certainement par les opérateurs, qui proposeront des prix plus attractifs, ainsi que par les offres de remboursement. Samsung en a d'ailleurs déjà mis une place et rembourse 70 € pour l'achat d'un Galaxy A8 jusqu'au 31 mars 2018.

Ergonomie et design

Le Galaxy A8 (2018) est le premier smartphone de la série à opter pour le format d'écran 18,5:9. Un afficheur plus en longueur que le 16:9 classique et qui occupe plus de place sur la face avant. Ce sont essentiellement les bordures supérieure et inférieure qui sont réduites ; les bords latéraux restent présents, contrairement à ceux du Galaxy S8 à l'écran légèrement incurvé. Ainsi l'afficheur occupe-t-il 76 % de la face avant sur le Galaxy A8 (2018), contre près de 85 % sur le Galaxy S8 et 80 % sur le OnePlus 5T.

Malgré son écran légèrement plus grand, le Galaxy S8 demeure plus compact, donc plus facile à manipuler d'une seule main. Le reproche que l'on peut faire au Galaxy A8 (2018) est son imposante stature et son poids de 172 g. La deuxième main se montre rapidement indispensable pour un bon usage du terminal.

Le lecteur d'empreinte est placé sous le module photo au dos.

Samsung ne s'est pas relâché sur la qualité des finitions. Le Galaxy A8 (2018) s'approche sur ce point des appareils haut de gamme de la marque. Comme bon nombre de smartphones habillés de verre, il a une regrettable propension à accrocher les traces de doigts. Néanmoins l'ensemble reste élégant et dégage une plus grande sensation de robustesse que le S8.

Le Galaxy A8 possède un port USB-C et une certification IP68.

Le Galaxy A8 a été obligé de suivre les pas de la série S en rejetant le lecteur d'empreinte digitale au dos. Toutefois, le capteur est mieux placé que sur un S8, puisqu'il se positionne sous le module photo et non pas à côté. On l'aurait aimé un peu plus grand, mais au moins, il tombe aisément sous l'index. Un constat valable autant pour les droitiers que les gauchers.

La position du haut-parleur, en revanche, n'est pas idéale en mode paysage. Le doigt vient souvent l'obstruer en se postant sur la tranche de l'appareil. Il faut composer avec.

Samsung propose cette année des modèles double-SIM pour le Galaxy A8 : deux emplacements qui viennent s'ajouter à celui de la microSD. Bonne nouvelle également, l'étanchéité à l'eau et la poussière est toujours de la partie.

Ecran avec double capteur... avant

Pas de grande surprise pour l'écran de ce Galaxy A8 : Samsung a choisi une dalle Super Amoled. Avec sa définition FHD+ (2 220 x 1 080 px), il offre une résolution très confortable de 440 ppp. C'est suffisant pour la majorité des usages, mais trop juste pour la VR, usage qui s'ouvre justement au Galaxy A8 avec le Gear VR.

À l'arrière, on trouvera 16 mpx mais ouvrant à f/1.7 pour de meilleurs clichés en basse luminosité. Le capteur ne profite toutefois pas du "dual pixel" des série S et Note. Le résultat ne sera donc pas aussi bon. On s'étonne par ailleurs que le téléphone ne propose pas Android Oreo à la sortie, il sera livré sous Nougat, Android 8 arrivera plus tard. On retrouve en revanche le désormais habituel port USB C et la charge rapide via l'adaptateur fourni. L'A8 a également droit à deux emplacements SIM (sauf si vous l'achetez chez Orange).

L'un des atouts des dalles Amoled est leur taux de contraste quasi infini. Couplé à une luminosité maximale de 446 cd/m² et un taux de réflexion lumineuse de 12 %, le Galaxy A8 (2018) reste parfaitement lisible dans toutes les conditions, même en plein soleil. La luminosité peut en outre descendre à 1,9 cd/m², une valeur très basse qui permet de ne pas être ébloui par l'écran en cas de consultation dans le noir.

Comme souvent, Samsung propose plusieurs profils colorimétriques pour son smartphone. Celui qui offre les meilleurs résultats reste le mode "Basique". Avec lui, nous mesurons un excellent delta E à 1,7, aussi bon que celui du Galaxy S8. La température des couleurs, à 6 865 K, se place légèrement au-dessus de la norme (6 500 K), mais dans l'ensemble, le Galaxy A8 (2018) profite d'un écran très fidèle, parmi les meilleurs élèves de notre comparatif.

Pas d'évolution sur le plan de la réactivité. L'écran du Galaxy A8 présente un retard tactile de 84 ms, dans la moyenne de ce que nous constatons habituellement. La rémanence est nulle, une vertu propre à l'Oled.

Performances

Le Samsung Galaxy A8 (2018) s'appuie sur un SoC Exynos 7885. Côté CPU, on trouve 2 cœurs ARM Cortex-A73 cadencés à 2,1 GHz et 6 Cortex-A53 à 1,6 GHz. Le tout est épaulé par 4 Go de RAM. En pratique, le Galaxy A8 se montre capable d'affronter toutes les tâches, dans des délais très satisfaisants. Le lancement des applications et le passage de l'une à l'autre ne semblent pas poser le moindre problème. La fluidité est de mise dans tous les usages.

Lorsqu'on sollicite fortement ses composants, le Galaxy A8 (2018) ne grimpe pas en température. Durant un usage poussé de ses parties CPU et iGPU, nous ne relevons pas plus de 33,1 °C en surface. Ce ne sera donc pas une gêne pour la prise en main.

La puce graphique utilisée par le Galaxy A8 est une Mali-G71. Elle offre de bonnes performances pour le jeu vidéo et peut faire tourner sans aucune difficulté tous les jeux du Play Store. Les titres gourmands se montrent sous un bon jour tout en conservant un bon niveau de détail et une fluidité satisfaisante.

Audio

La sortie casque du Samsung Galaxy A8 offre une prestation dans la moyenne de ce que l'on trouve sur les smartphones. La puissance est suffisante pour alimenter la grande majorité des casques nomades et la distorsion se fait discrète. La plage dynamique assure une bonne largeur, tandis que la stéréo se montre un peu plus resserrée que la moyenne.

Avec son unique haut-parleur placé sur la tranche, le Galaxy A8 ne brille pas particulièrement. Le rendu est très centré sur les hauts médiums et la puissance n'est pas mirobolante. On pourra s'en contenter pour passer des appels, mais pas pour écouter de la musique ou regarder un épisode de série.

Photo

Les Galaxy A avait passé un cap en photo en 2016, avec un A5 bien doté. Las, les choses se sont légèrement gâtées pour la série en 2017, notamment pour l'A5 (2017), avec la perte de la stabilisation optique et un lissage très prononcé. Le Galaxy A8 (2018) ne redresse hélas pas significativement la barre. Malgré un capteur de 16 Mpx et une optique ouvrant à f/1,7, les résultats restent décevants. Toute l'image manque de piqué et les petits détails se perdent dans des aplats trop lisses. On note une très légère progression par rapport à l'A5 (2017), mais on reste très loin de ce que propose le OnePlus 5T.

En basse lumière, le comportement du Galaxy A8 (2018) reste un cran en dessous de ce qu'on attend d'un smartphone à 500 €. Certes, il récupère une bonne quantité de lumière, mais au prix d'une grande perte de détails. Toutes les textures de notre scène sont lissées et seules les formes générales sont conservées. On peut malgré tout se consoler avec la bonne réactivité de l'appareil, mais cela reste insuffisant aujourd'hui pour espérer faire de bonnes photos dans des conditions de luminosité difficiles.

À l'avant, Samsung propose pour la première fois un double module photo. On trouve un premier capteur de 16 Mpx associé à une optique ouvrant à f/1,9 et un second capteur de 8 Mpx associé à une optique à ouverture identique, mais à l'angle de capture plus large. Le premier apporte des résultats satisfaisants en matière de détail et d'exposition des visages. Le second perd beaucoup en qualité et le lissage est bien plus marqué. Le Galaxy A8 (2018) propose également une fonction "Portrait" pour détacher le sujet de son arrière-plan. Le résultat est, comme très souvent, variable. Tantôt le découpage est correct, tantôt il donne la sensation d'un visage collé sur une image floue.

En capture de vidéos, le Galaxy A8 se contente d'une définition Full HD. Il s'en sort correctement en plein jour : la stabilisation d'image est très bonne et le suivi de mise au point est très performant. Lorsque la luminosité baisse, en revanche, le bruit électronique se fait évidemment bien plus présent.

Autonomie

La série des Galaxy A de Samsung est une référence en matière d'endurance depuis 2016. Le Galaxy A8 (2018) reste fidèle à cet esprit, mais il faudra veiller à ne pas activer le mode "Always On". Ce dernier, qui laisse toujours l'heure et les notifications sur l'écran de veille, se montre assez gourmand. Ainsi, sur notre protocole de test SmartViser, le Galaxy A8 a tenu 13 heures 49 avec Always On activé, et 16 heures 48 sans. Un écart non négligeable d'environ 20 %. Always On désactivé, le Galaxy A8 (2018) se place devant le OnePlus 5T (15 heures 49) ou le Huawei Mate 10 Pro (16 heures 20), mais derrière le Galaxy A5 2017 (17 heures 36).

Dans la pratique, en utilisation standard, le Galaxy A8 (2018) n'expirera pas avant 2 jours. Un usage plus intensif poussera à le recharger au bout d'une bonne journée et demie. Il faut environ 1 heure 30 pour retrouver une batterie pleine en partant de 0, grâce à la charge rapide.

Interface & OS

Malheureusement, le Galaxy A8 n'est toujours pas le premier smartphone de Samsung à débarquer avec Android 8.0 Oreo à son bord. Il faut pour le moment se contenter de la version précédente de l'OS. La version du logiciel de sécurité est tout de même celle de décembre 2017 à l'heure où nous écrivons ce test.

La surcouche Samsung Experience a bien évolué depuis les heures sombres de TouchWiz. L'interface est agréable et assez proche de ce que peut proposer Google dans la logique de navigation. Les habitués d'Android ne seront pas trop perdus.

Parmi les petites touches personnelles de Samsung, on peut relever leur dossier sécurisé, qui permet de stocker des fichiers ou d'installer des applications dans un espace protégé. Toujours dans le volet sécurité, on note l'apparition de la reconnaissance faciale, qui vient en renfort du lecteur d'empreinte. Il est possible d'installer 2 comptes distincts sur des applications comme Facebook ou Instagram.

Conclusion

POINTS FORTS

  • Finitions et étanchéité (IP68).
  • Excellent écran Super Amoled.
  • Autonomie solide (hors mode "Always On").
  • Performances générales satisfaisantes.
  • Capteur photo avant plutôt bon.

POINTS FAIBLES

  • Photos du capteur arrière décevantes.
  • Mode "Always On" très gourmand.
Rémi Jacquet
Les Numeriques / CnetFrance / MCN, via Mediacongo.net
1028 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Le smartphone, un outil d'aide au dépistage du cancer du col de l'utérus
left
ARTICLE Précédent : Un projet de fabrication de batteries pour panneaux solaires présenté au ministre des Affaires étrangères
AUTOUR DU SUJET

Le marché de la musique africaine courtisé comme jamais

Musique ..,

Xiaomi Mi 8 : un vrai tueur d’iPhone X ?

MC Geek ! ..,

Test du OnePlus 6 : la Porsche des smartphones ?

MC Geek ! ..,

Tendinites : consoles, smartphones et tablettes ont des conséquences sur nos articulations

Santé ..,