mediacongo.net - Actualités - La Sierra Leone se rend aux urnes pour des élections ouvertes

Retour Afrique

La Sierra Leone se rend aux urnes pour des élections ouvertes

La Sierra Leone se rend aux urnes pour des élections ouvertes 2018-03-08
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/militaires_sieraleonnais_18_002.jpg -

A Freetown, la capitale de la Sierra Leone, de militaires étaient chargés de surveiller le bon déroulement du vote à l'élection présidentielle, mercredi 7 mars

Les Sierra-Léonais élisent ce mercredi le successeur du président Ernest Bai Koroma, qui ne peut plus se représenter après deux mandats de 5 ans. Deux favoris se détachent pour diriger ce petit pays d'Afrique rongé par la corruption et aux services publics déficients.

La Sierra Leone vote mercredi sans angoisses et cela passe déjà pour une victoire. Cette quatrième élection présidentielle depuis la fin de la guerre civile s'annonce sans heurts alors même qu'elle est la plus ouverte que ce petit pays d'Afrique de l'Ouest ait connue.

Le président sortant Ernest Bai Koroma, après deux mandats au pouvoir, a accepté de partir comme l'exige la constitution. Il a donc poussé son dauphin, Samura Kamar, à la tête du Congrès de tout le peuple (APC). Peu connu, diplomate discret, le ministre des Affaires étrangères, 65 ans, a endossé immédiatement le rôle de favori. Si beaucoup de ses 15 rivaux ne feront sans doute que de la figuration, des challengers sérieux s'imposent.

D'abord Julius Maada Bio, investi par Parti du peuple de Sierra Leone (SLPP), une personnalité populaire de Sierra Leone. Chef d'une junte militaire qui a dirigé quelques mois le pays en 1996, il avait rendu le pouvoir aux civils, ce que lui vaut d'être considéré tout à la fois comme un père de la démocratie et comme un homme fort. Le duel entre ces deux partis qui dominent le pays depuis toujours pourrait cependant être perturbé par l'émergence de Kandeh Yumkella, un ancien haut fonctionnaire de l'ONU, dissident du SLPP. Il se présente volontiers comme un homme neuf, prêt à révolutionner le pays, un discours qui a séduit une partie de la jeunesse urbaine. Si ses chances pour la victoire finale apparaissent ténues, il pourrait néanmoins se trouver dans le rôle d'arbitre au soir du premier tour.

Une économie en berne

Les futures alliances qui surgiraient restent nébuleuses. Durant la campagne, les candidats se sont affrontés, promettant en masse de lutter contre une corruption au plus haut et pour une relance de l'économie stagnante. Samura Kamar met en avant les progrès de la Sierra Leone sous le précédent gouvernement, notamment sa capacité à attirer à nouveau les investisseurs étrangers. Il peut aussi se targuer des avancées sur la construction de routes et de réseaux d'électricité, avantage non négligeable quand la capitale, Freetown, a longtemps été totalement privée de courant.

Reste que la croissance, qui repose massivement sur l'exploitation d'un sous-sol riche notamment en fer, diamants et bauxite, a été plombée par la chute des cours des matières premières. Le chômage touche aujourd'hui au moins un tiers de la population. L'épidémie d'Ebola, qui a fait plus de 4000 victimes, a aussi freiné le développement. Mais elle a surtout éclairé violemment l'invraisemblable voracité des élites. Dans un rapport publié en 2017, la Croix-Rouge a dénoncé le détournement de plus de cinq millions d'euros d'aide par des banques et des fonctionnaires dans les pays touchés par le virus, dont près de deux millions en Sierra Leone.

Un scandale que ne sont pas privés de rappeler les opposants qui, tout en s'accusant mutuellement de malversations, dénoncent les limites des services publics. L'avenir des systèmes de santé, mais aussi de l'éducation, a été au centre des promesses qui s'étalent dans les programmes. En attendant cet avenir meilleur, les candidats comme les observateurs ont concentré leurs efforts dans des appels au calme.


Le Figaro
195 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
ARTICLE Précédent : 450 milliards de dollars pour assurer la "croissance verte" en Afrique
AUTOUR DU SUJET

Sierra Leone : Julius Maada Bio remporte la présidentielle

Afrique ..,

Sierra Leone : un deuxième tour à suspense

Afrique ..,

Sierra Leone: climat politique tendu pour le 2e tour de la présidentielle

Afrique ..,