mediacongo.net - Actualités - Le paludisme : première cause de morbidité et de mortalité infantiles, selon le ministre provincial de la Santé du Haut-Katanga

Retour Santé

Le paludisme : première cause de morbidité et de mortalité infantiles, selon le ministre provincial de la Santé du Haut-Katanga

Le paludisme : première cause de morbidité et de mortalité infantiles, selon le ministre provincial de la Santé du Haut-Katanga 2018-03-09
Provinces
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/lubumbashi_vue_17_003.jpg -

Le paludisme sévit de façon endémique sur 97% du territoire de la RD Congo, où il constitue la première cause de morbidité et de mortalité infantile, a déclaré mercredi le ministre provincial de la Santé du Haut-Katanga, Dr Modeste Balloy Kusiwa, à l’occasion de l’ouverture  de l’atelier d’analyse et de validation de données du Programme National de Lutte contre le Paludisme, (PNLP) 2017.

La RDC, a-t-il renchéri, occupe le deuxième rang en termes de morbidité et que les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans en constituent les groupes des populations les plus vulnérables.

Il a souligné que malgré les efforts déployés en rapport avec la rationalisation de la prise en charge, la gestion des médicaments et intrants spécifiques, le renforcement des capacités des prestataires des soins et en rapport avec le management, plusieurs efforts restent à fourni afin d’améliorer la lutte au niveau de zones de santé.

Le ministre provincial de la Santé du Haut-Katanga a exhorté les participants à savoir les médecins chefs de 16 zones de santé, les gestionnaires, les data managers à l’assiduité durant les trois jours de travail.

Cet atelier qui se tient à Lubumbashi et à Likasi  va passer en revue les données de toutes les 27 zones de santé du Haut-Katanga pour l’année 2017 afin de corriger les failles pour une meilleure performance en 2018. Cet atelier est organisé par le PNLP avec l’appui des divers partenaires.

Prise en charge de 15.467 cas de paludisme dans la zone de santé de Kenya à Lubumbashi en 2017

Par ailleurs, le médecin chef de zone de santé de la Kenya à Lubumbashi, Dr Franck Monga, a indiqué que 15.467 cas de paludisme sur 19.228 enregistrés en 2017 dans la zone de santé de Kenya à Lubumbashi, ont été traités selon la politique nationale de la prévention et la prise en charge du paludisme, soit 80%, une baisse par rapport à l’année 2016 où 23.949 cas ont été traités selon cette norme sur un total 25.853 soit 93%.

Il a noté que 41 décès ont été enregistrés en 2017, (20,4%) contre 37, en 2016 (13,7%).

Il a révélé qu’il a été constaté au cours de l’année 2017 le non-respect de la politique relative à la prévention et la prise en charge du paludisme dans certaines formations sanitaires, (FOSA),  la faible qualité des données, la faible réalisation des activités de suivi et évaluation (monitorage, supervisions, des FOSA non formées en système national d’information sanitaire, (SNIS).

Il a exprimé sa ferme volonté d’améliorer la qualité des données au cours de l’année 2018.


ACP / MCN, via mediacongo.net
676 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie
AUTOUR DU SUJET

Ghana : des moustiques « intelligents » qui résistent aux insecticides

Santé ..,

Paludisme : la RD Congo deuxième pays d’Afrique le plus touché en 2017

Santé ..,

Journée mondiale du paludisme : la maladie en recrudescence

Santé ..,

Paludisme : les scientifiques étudient la possibilité de rendre le sang humain toxique pour les...

Santé ..,