mediacongo.net - Actualités - Marche du CLC : trois ONG de défense des droits de l'homme suspendent leur participation à la Commission d'Enquête mixte

Retour Société

Marche du CLC : trois ONG de défense des droits de l'homme suspendent leur participation à la Commission d'Enquête mixte

Marche du CLC : trois ONG de défense des droits de l'homme suspendent leur participation à la Commission d'Enquête mixte 2018-04-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/04_avril/09-15/kapiamba_georges_18_0001.jpg -

Georges Kapiamba

Trois associations congolaises de défense des droits de l'homme ont annoncé mercredi qu'elles suspendaient leur participation à une commission mixte avec le gouvernement, estimant que ses recommandations restent "non appliquées" en République démocratique du Congo.

Cette commission, présidée par la ministre des Droits humains, Marie-Ange Mushobekwa, recommandait la levée de l'interdiction des réunions et des manifestations à quelques mois des échéances électorales, ainsi que la libération des manifestants arrêtés les 31 décembre et 21 janvier.

"Rien n'a été fait", a déploré Georges Kapiamba, président de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj), joint par l'AFP.

Avec l'Acaj, l'association "les amis de Nelson Mandela pour la défense des droits humains" (ANMDH) et la Voix des sans voix (VSV) ont écrit à la ministre des Droits humains avec copie au président de la République Joseph Kabila.

Elles demandent la convocation d'une réunion pour prendre "des mesures concrètes", a expliqué Georges Kapiamba.

En cette période de tensions politiques, la commission intègre des délégués du ministère des Droits humains, du ministère de la Justice, de la Commission nationale des Droits de l'homme (CNDH), de la société civile, du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme (BCNUDH) et du Bureau de liaison de l'Union africaine (UA).

Le 11 mars, cette commission avait fait état de 14 morts dans la répression des marches catholiques contre le pouvoir des 31 décembre et du 21 janvier, alors que les autorités ne reconnaissaient que deux morts.

Les organisateurs des marches - un collectif d'intellectuels soutenu par l'épiscopat - demande au président Kabila de déclarer publiquement qu'il ne sera pas candidat aux élections de décembre 2018 ainsi que la mise en oeuvre de mesures de "décrispation": liberté d'expression, droit de manifester, libération des prisonniers politiques...

Toute manifestation est interdite en RDC depuis septembre 2016.


AFP / MCN
975 suivent la conversation
1 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Mukulu - 13.04.2018 01:21

Toute manifestation est interdite si elle ne soutient pas les "efforts" du "gouvernement". Pourquoi nous africains avons peur du changement? des voix contraires? Pourtant, il est dit que du choc d'idées jaillit la lumière!

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Sans Diomi, Muyambo, Katumbi... le processus électoral est toujours exclusif (Acaj)

Politique ..,

Ouverture de l'information judiciaire contre Katumbi : l'ACAJ menace d'obtenir la démission du PGR

Politique ..,

Retrait des USA du CDH : l'ACAJ partage les "frustrations" de Trump

Société ..,

L'ACAJ préoccupée par la reconduction de deux anciens de la CSJ à la Cour de cassation

Société ..,