mediacongo.net - Actualités - Référendum au Burundi : forte affluence dans les bureaux de vote

Retour Afrique

Référendum au Burundi : forte affluence dans les bureaux de vote

Référendum au Burundi : forte affluence dans les bureaux de vote 2018-05-17
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/05-mai/14-20/nkurunziza_vote_18_00121.jpg -

Jour J pour le référendum constitutionnel contesté au Burundi qui devrait permettre au président Pierre Nkurunziza de rester au pouvoir jusqu'en 2034, et de concentrer tous les pouvoirs entre ses mains, en enterrant définitivement l'accord de paix signé en 2000 à Arusha. Un accord qui a ouvert la voie à la fin de la guerre civile qui a fait plus de 300 000 morts en 10 ans, en instaurant un partage du pouvoir entre les deux principales ethnies du pays. Près de 4,8 millions d'électeurs sont attendus dans les urnes. Les observateurs parlent d'une forte affluence dès le début du scrutin.


Avant six heures du matin, l'heure de l'ouverture des bureaux de vote, des centaines de personnes alignées bien en rang se pressaient déjà devant les quelque 11 000 bureaux de vote répartis à travers tout le pays. Les paysans burundais, qui représentent environ 90% de la population, votent toujours très tôt le matin avant d'aller travailler dans leurs champs.

Mais cette fois, le pouvoir burundais, qui tient à légitimer un référendum contesté avec un taux de participation élevé, a appelé tous ses militants à aller voter avant dix heures du matin. Beaucoup ont entendu cet appel, mais à de nombreux autres endroits, l'administration et les Imbonerakure, les jeunes du parti que l'ONU qualifie de milice, sont passés de maison en maison pour obliger les traînards à aller voter. Le président Nkurunziza a d'ailleurs donné l'exemple en allant remplir son devoir civique avant sept heures.

Vers la fin de l’accord d’Arusha
 
L'enjeu de ce vote est de taille, même si l'issu de ce scrutin ne fait aucun doute. D'autant que l'opposition et des journalistes ont déjà dénoncé de nombreux cas d'irrégularités, notamment des mandataires d'opposition chassés par dizaines de bureaux de vote ou encore des gens forcés de voter pour le oui. La Constitution actuelle interdit à un président de rester au pouvoir plus de dix ans. La nouvelle mouture devrait permettre à Pierre Nkurunziza de rester au pouvoir jusqu'en 2034 avec les pleins pouvoirs.

Les quotas ethniques prévus par l'accord d'Arusha restent d'actualité, au moins jusqu'en 2025, mais tout l'édifice construit pour qu'il y ait partage du pouvoir est détruit. Le chef de l'Etat aura le dernier mot face au Parlement, ne sera plus tenu d'avoir dans son gouvernement des représentants de tous les partis ayant obtenus plus de 5% des voix aux législatives, alors que la majorité des 2/3, nécessaire jusqu'ici pour l'adoption des lois au Parlement, est ramenée à la majorité absolue.


RFI /MCN via mediacongo.net
1410 suivent la conversation
2 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

VERITE' | MYBMKJD - posté le 18.05.2018 à 09:00

Un villageois. Tout un president qui utilise une poubelle comme box de vote.

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bob | 65TAKTN - posté le 18.05.2018 à 04:32

Il y aura une solution pour lui et il connaît bien la suite un idiot et sa tête ne plaît à personne malhonnête

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
ARTICLE Précédent : Ethiopie : Abiy Ahmed nomme le premier gouvernement paritaire de l'histoire éthiopienne
AUTOUR DU SUJET

Conseil des droits de l’homme : des experts demandent de continuer d’examiner la situation au...

Afrique ..,

Le Burundi déclare 3 experts de l'ONU persona non grata

Afrique .., Bujumbura, Burundi

Burundi : les violations des droits de l’homme se poursuivent, dit la Commission d’enquête...

Afrique ..,

"Deuxième guerre du Congo" : un triste anniversaire

Société ..,